Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

19 juin 2019

Usagi Yojimbo - 4

Sakai_Usagi Yojimo 4Bande dessinée de Stan Sakai.

Miyamoto Usagi recroise le chemin de la valeureuse Tomoe, de Gen l’opportuniste, du farouche cochon aveugle et des ninjas nekos. Tous doivent s’allier pour déjouer le complot du seigneur Tamakuro envers le shogun et mettre de côté leurs rancœurs personnelles. « Nous autres ninjas sommes aussi des gens d’honneur. Nous avons notre propre code, tout comme vous avez le code guerrier, le bushido. » (p. 97) Il s’agit d’éviter une guerre civile et de préserver l’équilibre des forces entre les seigneurs, même si l’usage des armes à feu fait défavorablement pencher la balance du mauvais côté. L’affrontement final sera terrible et les pertes douloureuses.

Avec ce quatrième volume, l’auteur développe une histoire unique en plusieurs chapitres et c’est assez plaisant de ne pas sauter du coq à l’âne comme dans les volumes précédents qui enchaînaient une succession d’aventures. Les combats sont toujours très dynamiques et très visuels, magistralement servis par le noir et blanc. Et cerise sur le gâteau, la préface élogieuse d’Alejandro Jodorowsky donne ses lettres de noblesse à un cycle romanesque et à un personnage des plus attachants.

Challenge Totem

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [0] - Permalien [#]
Tags :

17 juin 2019

Elle se fit élever un palais...

Eluard_Elle se fit elever un palaisPoème de Paul Éluard. Illustrations : bois gravés de Serge Rezvani.

« Elle se fit élever un palais qui ressemblait à un étang dans une forêt, car toutes les apparences réglées de la lumière étaient enfouies dans des miroirs, et le trésor diaphane de sa vertu reposait au fond des ors et des émeraudes, comme un scarabée. »

Ce poème aux accents mythiques, voire mythologiques, est une folie amoureuse, sensuelle et même érotique. Sublimé par les portraits de femmes quelque peu callipyges et terriblement énigmatiques dessinés/gravés par Serge Rezvani, le texte est précieux et délicat.

Eluard_Elle se fit elever un palais

Produit en 16 exemplaires en 1947, le poème jouit d’une belle diffusion avec le fac-similé créé à l’occasion de la 21e fête de la librairie. Mon exemplaire m’a été offert par Fabienne, âme et libraire de Place Ronde.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [0] - Permalien [#]

16 juin 2019

Potins, la fin ?

J'ai fait le tour des auteurs dont je souhaitais parler.

Alors non, ce n'est pas vraiment la fin des potins. Je suis certaine de découvrir d'autres auteurs qui me feront battre le coeur et les yeux un peu plus vite et dont je voudrais parler ici. Je le ferai, mais occasionnellement.

Et je ne reprends pas pour autant les billevesées. Pas pour le moment, en tout cas, même si j'ai très envie de revenir vous parler de tout et n'importe quoi.

Mais je frôle un peu l'obligation de bloguer en ce moment et je refuse de me laisser entraîner là-dedans.

Si je blogue, c'est pour le plaisir. Il est donc préférable de me supprimer toute obligation hebdomadaire.

Cela ne signifie pas que je publierai rien le dimanche, mais il s'agira sans doute de chroniques littéraires, tout simplement. Au moins pour un temps.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [6] - Permalien [#]
Tags :

14 juin 2019

Élévation

King_ElevationNouvelle de Stephen King.

Scott Carey maigrit, mais sans perdre de poids. « Ce n’est pas que je n’ai rien vu de pareil : à mon avis, personne n’a jamais rien vu de pareil. C’est impossible, point final. » (p. 11) Avant, le premier de ses problèmes était les crottes que les chiens de ses voisines lesbiennes laissent sur sa pelouse. Voisines avec lesquelles il essaie de repartir sur un meilleur pied. Parce que Scott est un homme sympa et qu’il aimerait que Castlerock reste la petite ville charmante qu’il connaît. Désormais, son souci majeur, c’est savoir quand il atteindra le Jour 0 : le jour où la balance lui dira qu’il ne pèse plus rien.

Rien à voir avec La peau sur les os et pas de malédiction lancée par une vieille gitane. Stephen King n’explique pas pourquoi son personnage s’allège, mais il en profite pour égratigner l’Amérique bienpensante et porter un sérieux de coup de pied dans les valseuses de la lesbophobie. C’est d’autant plus réjouissant que, en ancrant son histoire à Castlerock, il ne manque pas de faire référence à d’autres histoires de son œuvre. Élévation n’est sans doute pas le meilleur texte du maître de l’horreur, mais c’est un texte doudou, qui sent bon le King et qui console quand on n’a rien d’autre à se mettre sous la dent.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [4] - Permalien [#]

12 juin 2019

Globule, une vie de jeune lapin

Mamemoyashi_Une vie de jeune lapinManga de Mamemoyashi.

Dans Globule, une vie de lapin, l’auteur présentait son quotidien et ses habitudes avec sa petite lapine. Ici, il parle des premiers jours et des premières fois, quand il a juste adopté la bestiole adorable. Le jeune maître de ce lapin aux yeux étrangement globuleux observe son animal et essaie de le comprendre. Le lagomorphe a son petit caractère et s’illustre dans de très beaux sauts twistés. Quelle émotion quand Globule accepte les premières caresses, voire en réclame ! Quelle joie de la voir à l’aise dans un nouvel appartement ! « Elle mangeait avec entrain, crottait avec le même entrain… Globule était bel et bien devenue la maîtresse des lieux. » (p. 72) Avec la peur de mal faire et l’envie de couvrir les besoins de son lapin, Mamemoyashi raconte humblement ce qu’un maître doit être, l’animal de compagnie n’étant ni un jouet ni un objet. Évidemment, gros coup de cœur !

Challenge Totem

Posté par Lili Galipette à 08:40 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]

10 juin 2019

Challenge Destination PAL : ma PAL 2019

Voyage bien ordonné commence par soi-même : voici ma PAL ! Cette année, je privilégie une liste. Si j'en viens à bout, je lirai d'autres titres de ma PAL que j'ajouterai au fur et à mesure !

Destination PAL

Ma sélection (oui, je sais, elle est minuscule, mais je fais ce que je veux ! Et il y a un pavé dedans !)

  1. Graine de sorcière, Margaret Atwood
  2. Vox, Christina Dalcher
  3. Le soleil des rebelles, Luca di Fulvio
  4. Le mur invisible, Haushofer Marlene
  5. Wild, Cherryl Strayed
  6. Les délices de Tokyo, Durian Sukegawa
  7. Guerre et paix, Leon Tolstoi (3 tomes)
  8. Tous les hommes du roi, Robert Penn Warren

Les lectures en plus

Posté par Lili Galipette à 09:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Challenge Destination PAL : édition 2019

On remet ça ? Ok, on remet ça !

Les blogueurs à destination de leur PAL sont priés de se présenter au ponton d'embarquement !

 

Destination PAL

 

 

Les règles ?

 

On prend les mêmes et on recommence, et surtout on continue à ne pas se prendre la tête !

 

Pour participer, communiquez-moi votre PAL dans les commentaires. J’accepte les liens vers des pages de blog ou les GoogleDoc, mais pas les documents Word ou PDF, ni les mails. Vous pouvez présenter toute votre PAL ou seulement une PAL d’été : à vous de fixer votre objectif ! Nous sommes là pour nous amuser, pas pour entrer en compétition avec nous-mêmes ou les autres.

 

Ensuite, il n’y a plus qu’à lire ! À la fin du challenge, vous comparerez votre PAL de départ et votre PAL d’arrivée. Je ne tiendrai pas la liste de vos lectures : moi aussi, je serai en vacances (enfin, non, pas vraiment, mais bon, je n'ai pas que ça à faire...) ! Je vous demande donc de créer un article pour recenser vos lectures estivales et les liens vers vos articles. À la fin du challenge, c’est les liens vers ces articles que je recenserai en bas de cet article. (Oui, c'est le quasiment même texte que les années précédentes... Pourquoi réinventer l'eau chaude ?)

 

Les dates ?

 

Le challenge commence le 20 juin. Certains d'entre vous sont en congés plus tôt que les autres, autant qu'ils en profitent pour bouquiner ! Il s'achève le 1er septembre, mais comme je suis un capitaine de bord très sympa, vous avez jusqu'au 30 septembre pour me donner le lien vers votre article récapitulatif. Et comme je suis une blogueuse hyper compréhensive, vous pouvez publier les articles de vos lectures estivales jusqu'au 30 octobre.

 

 Alors, qui embarque sur mon paquebot ?

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [6] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2019

Potins #75

Sorj Chalandon est un auteur français né en 1952.

POTIN - Son roman, Mon traître, s'inspire de son amitié avec Denis Donaldson, assassiné en 2006.

Lisez : Le petit Bonzi, Une promesse, Mon traître, La légende de nos pères et tout le reste de son oeuvre, comme je m'apprête à le faire au cours des prochains mois.

Potins_Sorj Chalandon

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]
Tags :

07 juin 2019

Frères sorcières

Volodine_Freres sorcieresRoman d’Antoine Volodine.

Quatrième de couverture – Trois voix puissantes, toutes liées au théâtre, à la féminité, au chamanisme et à la mort. Dans un pays de montagnes et de désert, une petite troupe itinérante est attaquée par des bandits. Bien vite, l'unique survivante est entraînée dans la vie criminelle et sauvage de ses ravisseurs. Esclave sexuelle d'un chef, elle reste obsédée par un cantopéra composé de vociférations magiques qui s'adressent à toutes les petites sœurs du malheur et qui les guident vers l'apaisement, vers l'art de mourir ou vers d'autres mondes. La deuxième voix reprend intégralement le texte de la pièce étrange qui habite la comédienne. La troisième voix répond aux deux autres. Elle raconte en une seule longue phrase sorcière le parcours sans fin, de renaissance en renaissance, d'un être sans genre, tantôt masculin, tantôt féminin, qui erre dans l'espace noir. Des aventures violentes et démoniaques, marquées par une sexualité délirante mais aussi par la nostalgie de la déclamation, de la parole et du souffle. Et de la survie coûte que coûte.

Pourquoi me réfugier derrière la quatrième de couverture ? Parce qu’elle en dit suffisamment sans en dire trop. Oui, c’est un métier de rédiger les quatrièmes de couverture… Et aussi parce que j’ai tant aimé ce roman que j’ai peur d’en parler et de ne pas vous donner suffisamment envie d’y plonger. Ça parle de férocité, de femme, de violence, de liberté, de barbarie, de théâtre et de sorcellerie. Il est question d’un enlèvement, d’un homme vieux de plusieurs dizaines de siècles, du pouvoir de la voix et de l’incantation. C’est une fable politique, une chronique sociale, une dystopie terrifiante, un conte légendaire. C’est une création originale, une exploration inédite de la langue, une proposition étonnante. Trop d’épithètes, peut-être, dans mes quelques mots. Fiez-vous aux extraits qui suivent. Lisez-les à voix haute et soyez convaincus !

« Ils nous faisaient pratiquer le théâtre beaucoup plus comme une cérémonie humblement chamanique destinée à reproduire de très vieilles prières intérieures que comme une activité susceptible de nous procurer quelques aumônes. » (p. 12)

« Des vociférations venues d’ailleurs, hurlées ou chuchotées par des femmes, par des créatures féminines, en tout cas, et destinées à des femmes en partance pour on ne sait quelle guerre radicale, en tout cas pour l’ailleurs, pour la mort et pour l’enfer. » (p. 15 & 16)

« Luttez contre votre tendance à la formule. Elle ne sert à rien. Elle n’apporte rien. » (p. 45)

« C’était comme ça, un de ces rares moments où la parole crée du temps, de l’espace en même temps que la mort du temps et de l’espace. » (p. 59)

« Les contraires n’existaient plus. C’est vous qui avez tardé à comprendre. Après le décès, les contraires n’existent plus. C’est bien connu. » (p. 75)

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [6] - Permalien [#]

05 juin 2019

Mildiou

Bande dessinée de Lewis Trondheim.

Mildiou a tenté de renverser le roi, mais une révolte populaire a rejeté ce tyran. Furieux et déterminé à montrer son pouvoir à tous, Mildiou décide de tuer Lapinot, pour l’exemple et pour la gloire. « Mais pourquoi vous m’en voulez comme ça ? Je ne vous ai rien fait. / Tu es un symbole, crétin de lapin. Un symbole !! » (p. 21 & 22) Évidemment, le lapin se défend et s’enfuit. Il tente de discuter, d’argumenter, de calmer le fou furieux, mais rien n’y fait. Et Mildiou n’est pas le seul à s’en prendre au pauvre lapinou. « Mais vous n’avez rien d’autre à faire que de me casser les pieds ? » (p. 98) Heureusement, le lagomorphe est du genre tenace et très chanceux.  Des geôles souterraines aux hautes tours du château, ça s’empoigne, ça se chahute, ça se castagne, ça se tombe sur le râble, ça se cogne, ça se tabasse, ça s’asticote. Bref, c’est la grosse bagarre façon course-poursuite. Et c’est vraiment hilarant.

Challenge Totem

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]