Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

23 septembre 2018

Potins #38

Frances Hodgson Burnett est une autrice anglaise née en  1849 et décédée en 1924.

POTIN - Elle a gardé le nom de son premier époux, même après s'être remariée et avoir à nouveau divorcé.

Lisez : Le jardin secret, Le petit Lord Fauntleroy, Le prince disparu.

Potins_Frances H Burnett

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [0] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2018

Je suis né un jour bleu

Tammet_Je suis ne un jour bleuTexte de Daniel Tammet.

« Penser à des nombres m’apaise. Les nombres sont mes amis, ils ne sont jamais loin de moi. Chacun est unique et possède une personnalité propre. » (p. 8) Daniel Tammet est atteint du syndrome savant : depuis l’enfance, son rapport aux chiffres est particulier, il parle plus de 10 langues, il pense en synesthésie et est capable d’impressionnantes constructions mentales. Tardivement diagnostiqué du syndrome d’Asperger, Daniel a su se construire une vie riche et épanouie, grâce à l’amour et au soutien de ses proches, mais surtout à force d’inlassables efforts personnels et de prises de risque pour s’intégrer dans un monde parfois trop grand pour lui et terriblement angoissant. « Le sentiment de ne jamais être tout à fait à l’aise ou en sécurité, d’être toujours d’une certaine manière à part ou exclu, me pesait toujours. » (p. 69) Ayant appris à vivre en famille, en société et en couple, participant à de nombreuses expériences et fréquents évènements, il partage son vécu pour aider ceux qui souffrent d’autisme, mais aussi pour sensibiliser le plus grand nombre à cette pathologie dont les manifestations sont aussi diverses que ceux qui en sont touchés. « Parfois, on me demande si cela me gêne d’être un cobaye pour la science. Je n’ai aucun problème avec cela parce que je sais que je contribue à une meilleure connaissance du cerveau humain, ce qui est quelque chose de bénéfique pour tout le monde. C’est aussi gratifiant pour moi d’en apprendre plus sur moi-même, et sur la façon dont mon esprit fonctionne. » (p. 168)

Dans cette courte autobiographie, Daniel Tammet porte un plaidoyer pour la différence et le vivre-ensemble. Ce livre même est une démonstration de courage tant il est difficile pour l’auteur de se confronter à ses sentiments et à les exprimer. Daniel Tammet a une vie exceptionnelle, autant que l’est son intelligence devant laquelle les scientifiques restent sans voix. Mais sa singularité n’est pas excluante, car comme il le rapporte très bien après avoir discuté avec une autre personne atteinte comme lui du syndrome savant, « vous n’avez pas besoin d’être handicapé pour être différent, car nous sommes tous différents. » (p. 175) Je vous conseille également de lire La joie de vivre ma vie de Thomas Mandil, témoignage lumineux d’un homme trisomique qui tire le meilleur de l’existence.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [0] - Permalien [#]

18 septembre 2018

Qui a tué Glenn ?

Swann_Qui a tue glennRoman de Leonie Swann.

Sous-titre : La première enquête résolue par Miss Maple, la brebis la plus intelligente du troupeau, voire du village, et peut-être même du monde…

Dans un pré d’Irlande, un troupeau de moutons découvre le corps du berger, George Glenn, transpercé d’un outil de jardinage. Pour les ovins, pas de doute, ce n’est pas un décès naturel. « Il n’est pas mort de maladie. Les bêches ne sont pas des virus ! » (p. 7) Les bêtes décident de mener l’enquête, mais les indices sont difficiles à relier : une empreinte de sabot, un bijou perdu, un testament, une nouvelle venue, des odeurs , des silhouettes, des clés. À force d’observation et de déduction, mais aussi en donnant de leur personne, les moutons élucident la mort de leur berger et révèlent toute la noirceur d’une petite communauté rurale. « Les hommes n’ont pas d’âme. Pas d’âme, pas d’esprit, rien. C’est aussi simple que cela. » (p. 18)

Comme dans Watership Down où tout est raconté du point de vue d’un lapin, ce roman se place à hauteur de museau ovin, sans anthropomorphisme, mais plutôt avec moutonmorphisme (oui, je sais, ce mot n’existe pas). « Le loup est à l’intérieur de chacun. […] / Comme un abîme ? […] Un abîme à l’intérieur ? » (p 266) Les moutons seraient-ils capables de spiritualité ? Si l’on parle de métaphysique, cela reste à prouver, mais d’un point de vue humoristique, c’est certain ! « Je suis bien content que ce seigneur-là ne soit pas mon berger ! » (p. 26)

Leonie Swann a magnifiquement développé le caractère de ses moutons : leurs réactions sont parfaitement crédibles et compréhensibles. En opposant un troupeau à un village, elle met en relief les défauts humains et souligne la délicatesse animale. « À quoi bon brouter en ce bas monde tant qu’il y aurait des bouchers ? » (p. 54) Cette enquête n’est donc pas simplement hilarante, elle est également sensible et en un sens poétique.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [5] - Permalien [#]

16 septembre 2018

Potins #37

Paul Auster est un auteur américain né en 1947.

POTIN - Il a connu des débuts littéraires difficiles et a travaillé sur un pétrolier pour gagner sa vie.

Lisez : Leviathan, Dans le scriptorium, La trilogie new-yorkaise, La nuit de l'oracle, Moon Palace, Le livre des illusions, Pourquoi écrire ?, Seul dans le noir.

Potins_Paul Auster

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]
Tags :

14 septembre 2018

La femme aux lucioles

Harrison_Femme aux luciolesRecueil de nouvelles de Jim Harrison.

Quatrième de couverture – Trois nouvelles. Des personnages qui n'ont rien de commun. Des copains de campus devenus sages volant au secours d'un des leurs dont l'enragement terroriste ne s'est pas élimé. Une femme mûre qui ne veut simplement que s'évader de sa vie pour en retrouver la source. Un grand diable d'homme des bois qui a retrouvé un chef indien en plongée et veut l'enterrer dans le cimetière caché de ses ancêtres dont une accorte ethnologue traque le passé à travers lui...
Que ses personnages aient quitté les bois pour la civilisation, les nostalgies de jeunesse, les fidélités qu'on se doit à soi-même, Jim Harrison leur garde leur sève, leurs élans et écrit l'un des plus beaux livres depuis Légendes d'automne.

Voilà un abandon. Lâche. Rapide. Sans vergogne. Dans les 2 premières pages, un truc m’a chiffonnée. Je ne sais pas quoi, je n’ai pas cherché. J’ai tenu jusqu’en page 30 et je n’ai même pas essayé de lire la deuxième et la troisième nouvelle. Je vous l’ai dit, c’est un abandon lâche et rapide. J’avais tenu bon jusqu’à la dernière page de Péchés capitaux, je n’ai pas fait cette erreur avec ce recueil. Tant pis, je passe apparemment à côté d’un des plus grands auteurs américains du 20e siècle, mais je le vis bien.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Enfer - Lignes d'affrontement [4] - Permalien [#]

11 septembre 2018

Étouffements

Oates_EtouffementsRecueil de nouvelles de Joyce Carol Oates.

Ces nouvelles ont été publiées dans différents journaux et magazines avant d’être regroupées dans une publication unique. Vous y trouverez :

  • Une femme qui avertit son premier amour qu’elle est prête à se venger, plus de 20 ans après,
  • Une intrusion dans une maison vide,
  • Le souvenir envahissant d’un premier époux,
  • Une partie de poker où l’avantage change de camp,
  • Une enfant qui accuse sa mère d’infanticide,
  • Un interrogatoire qui tourne mal,
  • Un neveu dont il est urgent de se débarrasser,
  • Une fille partagée entre son père en prison et sa mère qui refait sa vie,
  • Une sordide agression sexuelle,
  • Un soldat gravement blessé qui ne reconnaît pas les siens.

Évidemment, ce ne sont jamais de jolies histoires. « Tant qu’à vous donner délibérément un dur fardeau à porter, on imaginerait que Dieu vous donnerait aussi la force de le faire, non ? C’est ce qu’on imaginerait. » (p. 134) Évidemment, le pire de la nature humaine s’exprime toujours sous la plume de Joyce Carol Oates. Évidemment, ça rend nauséeux. « Quand les filles boivent, elles hurlent de rire. Comme des oiseaux qu’on massacre, elles hurlent de rire. Les filles défoncées hurlent de rire. Et quand elles font l’amour, elles hurlent de plaisir, du moins Jess avait-il des raisons de le croire. » (p. 203) Le plus terrible est que cela ne semble pas si improbable. Ce qui est écrit pourrait se lire en première page d’un journal : ce sont d’affreux faits divers pourtant tristement probables. Et le talent de l’autrice est de mettre les mots justes sur l’innommable.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]

09 septembre 2018

Potins #36

Colette est une autrice française née en 1873 et décédée en 1953.

POTIN - Autrice, journaliste et actrice, elle a aussi été mime.

Lisez : L'entrave, La chatte, L'ingénue libertine et le reste de son oeuvre.

Potins_Colette

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]
Tags :

07 septembre 2018

L'Aleph

Borges_AlephRecueil de textes de Jorge Luis Borges.

Dans ces textes très courts, vous trouverez :

  • Un fleuve qui rend immortel et un homme déterminé à s’y baigner,
  • Un bandit brésilien très ambitieux,
  • Des théologiens qui s’affrontent autour d’hérésies,
  • Un barbare converti,
  • Une fille qui venge son père,
  • Le Minotaure,
  • La confession d’un officier nazi,
  • Averroës,
  • Une pièce de monnaie particulière,
  • Le mystère du pelage des tigres,
  • Des rois et des dieux,
  • Un peu d’alchimie.

Dans ces courts écrits qui relèvent du conte, de la nouvelle, de la parabole, de la légende ou encore de la chronique, Jorge Luis Borges interroge la destinée et ses mystères. Les personnages qu’il met en avant sont nombreux à s’engager dans une quête de leur identité et de leur rôle dans le monde, et souvent c’est dans l’autre, le double et l’opposé qu’ils se retrouvent le mieux. Loin d’être de simples historiettes, ces textes ont un sens profond, parfois caché et sont riches d’une grande poésie et d’une forte spiritualité.

Quelques extraits à savourer.

« À Rome, je conversai avec des philosophes qui opinèrent qu’allonger la vie des hommes est allonger leur agonie et multiplier le nombre de leurs morts. » (p. 10)

« Être immortel est insignifiant ; à part l’homme, il n’est rien qui ne le soit, puisque tout ignore la mort. » (p. 21)

« Il est naturel que je pense à mes ainés, puisque je suis si près de leur ombre, puisqu’en quelque sorte je suis eux. » (p. 71)

« Le diamètre de l’Aleph devait être de deux ou trois centimètres, mais l’espace cosmique était là, sans diminution de volume. » (p. 135)

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [1] - Permalien [#]

05 septembre 2018

Zombies zarbis - Panique au cimetière !

Pavlenko_Zombies zarbis_Panique au cimetiereRoman de Marie Pavlenko et Carole Trébor. Illustration de Marc Lizano. À paraître le 5 septembre.

Chaque soir, dans le petit cimetière du très tranquille village de Noirsant, les morts-vivants sortent de leur tombe, prennent le frais à l’ombre de la vieille église romane et mènent leur vie. Ou leur non-vie, comme vous voulez. « Partout, des os pointaient : trois orteils par-ci, une clavicule ou un humérus par-là. Et toutes les anatomies étaient représentées : des costauds, des minces, des graciles, des minus, des pourris, des pelés, des à moitié momifiés. » (p. 16) Mais une menace plane, sous la forme d’un projet immobilier qui s’installerait à la place du cimetière et de l’église. La jeune Léo, jolie zombie à l’œil baladeur (pour de vrai), est bien décidée à sauver les lieux, mais surtout à ne pas s’éloigner de Romain, un garçon vivant qui a par hasard découvert les activités nocturnes des habitants du cimetière de Noirsant.

Cette nouvelle série pour la jeunesse est plutôt de bonne facture, avec notamment une blague de prout très subtile, totalement Lili-approuved ! À mesure que les personnages sont présentés, les autrices distillent un peu d’Histoire de France, avec des détails qui – j’espère – donneront envie aux jeunes lecteurs d’en savoir plus. D’ailleurs, il aurait été intéressant de proposer un petit carnet thématique en fin d’ouvrage pour expliquer ce qu’est la Commune ou décrire un peu plus les mines du Nord de la France. Seul gros bémol de ce roman, une énorme erreur : non, les cheveux des morts ne continuent pas de pousser après le décès, c’est un mythe largement démonté par de nombreuses études scientifiques ! Cependant, j’ai vraiment apprécié cette histoire qui s’interrompt sur une vraie fin suspendue et j’espère qu’on en saura plus dans le tome 2 qui paraîtra en novembre ! Les zombies devront-ils quitter leur cimetière ? Si oui, pour aller où ?

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [3] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2018

Challenge Destination PAL : édition 2018 - Tout le monde descend !

L'été et les vacances touchent à leur fin. Tout le monde descend du paquebot et vérifie de ne rien avoir oublié dans sa cabine et d'avoir bien pointé sa liste de lecture.

Bref, c'est l'heure du bilan ! Envoyez le résultat !

Destination PAL

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [8] - Permalien [#]
Tags :