Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

07 novembre 2008

Le chemin des sortilèges

Roman de Nathalie Rheims. Chemin_des_sortil_ges

Une voix de femme entraîne le lecteur quelque part à la campagne, dans une ancienne maison aux couleurs de poussière et de souvenirs. Après dix ans de séparation, elle a décidé de retrouver l'homme qui l'a vue naître et qui l'a accompagnée sans relâche. Dans la maison étrangement familière et curieusement inquiétante, cette femme revit son passé. Elle relit les contes de fées qui ont marqué son enfance. Tour à tour Belle au bois dormant, Blanche-Neige, Petit Chaperon Rouge, Petit Poucet, Petite Sirène ou Marchande aux allumettes, elle redécouvre des blessures passées qui n'ont jamais guéri, elle revoit les chers disparus. Seule, elle refait le chemin étrange et troublant qui a transformé la fillette en femme. Elle redécouvre le désir profond de n'être qu'un ange, un être qui passe sans déranger, sans souffrir. La maison renferme un secret troublant. Aura-t-elle la force de l'affronter, de s'avouer enfin la vérité?

J'ai un avis assez mitigé. La réutilisation des contes de fées dans le but d'expliquer une existence particulière me charme et me gêne tout à la fois. Il me semble que l'auteur pousse trop loin l'identification de son personnage aux héros des contes, qu'elle cherche trop à créer des connexions entre les contes et son héroïne. Le tout a un petit côté de la Psychanalyse des contes de fées de Bettelheim, en trop vulgarisé. Néanmoins, la langue est belle, poétique et sensible. La chute est surprenante, un peu abrupte, c'est un réveil brutal après plus de cent pages de fantasmagorie et de cauchemars. En conclusion, j'ai apprécié le roman, mais ce titre en particulier ne m'a pas donné spécialement envie de découvrir le reste de l'oeuvre de l'auteur.

Un extrait du livre: "Comment réduire ma présence dans l'espace, ne pas grandir, ne pas lever la tête, effacer ces formes qui devenaient trop lourdes, comment garder intact ce qu'il me restait d'enfance? Ne pas nourrir ce corps, le figer dans la douleur qui l'avait vu grandir. [...] Désormais mon corps était là, devant moi. Je le reconnaissais. Il était remonté à la surface et, avec lui, je respirais. Je restai ainsi à me regarder sans bouger. Le froid me glaçait les os. Je m'enveloppai dans ma chemise les bras croisés, telle la survivante d'un naufrage. C'était l'amour qui avait sombré sous mes yeux." pp 158-159

Un grand merci à Chezlesfilles  et aux Editions Editions_L_o_Scheer pour m'avoir gracieusement fait découvrir ce livre.

Posté par Lili Galipette à 09:31 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Le chemin des sortilèges

  • Même si tu ne le conseilles qu'un peu, ce sujet m'interesse. Je le met sur ma liste pour me faire ma propre idée.

    Posté par sandrine, 09 novembre 2008 à 15:00 | | Répondre
  • Je ne suis pas sûre d'aimer ce livre et j'en ai tellement qui m'attendent que je préfère passer mon tour !

    Posté par Florinette, 11 novembre 2008 à 16:41 | | Répondre
  • Joli billet.
    Et je suis d'accord avec toi, j'ai également publié un avis plus que mitigé sur ce roman !

    Posté par Roxane, 09 décembre 2008 à 11:44 | | Répondre
Nouveau commentaire