Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

20 novembre 2008

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (To kill a mockingbird)

Roman de (Nell) Harper Lee. Ne_tirez_pas_sur_l_oiseau_moqueurPrix Pulitzer en 1961.

Alamaba, années 1930. Atticus, un avocat veuf élève seul ses deux enfants, Jem, 10 ans, et Scout, 6 ans. Les deux enfants partagent leur existence entre l'école et les jeux. Ils attendent l'été pour retrouver leur ami Dill et inventer avec lui des aventures extraordinaires qui ont presque toutes pour but de faire sortir Boo Radley, un reclus invisible, de sa maison. Les deux enfants goûtent les joies d'une éducation humaniste et libérée, au grand dam de certaines personnes bien pensantes de la ville. Leur quotidien bascule le jour où leur père décide de défendre un noir accusé de viol sur une femme blanche. L'affaire passionne le comté de Maycomb et tourne au drame. N'est-il pas vrai que c'est un péché de tuer un oiseau moqueur?

Quel superbe texte! Toute la narration, tenue par la voix fluette de la jeune Scout, Jean Marie de son vrai prénom, est délicate et touchante, comme seule peut l'être la voix d'une enfant. De nombreuses interrogations subsistent à la fin de la lecture. Pourquoi Atticus a-t-il arrêté de tirer, lui le meilleur tireur du comté? Comment était la mère des enfants? Pourquoi Boo Radley vit-il reclus? Mais ces manques ne sont pas préjudiciables à l'histoire. La question des droits civiques des noirs est abordée avec simplicité et bon sens, comme le ferait un enfant curieux. Quand on sait que ce livre reste l'ouvrage le plus lu et acheté après la Bible aux Etats-Unis, je ne peux que le conseiller. Quel dommage que l'auteure n'ait jamais plus rien écrit après ce texte!

Posté par Lili Galipette à 10:10 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [8] - Permalien [#]

Commentaires sur Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (To kill a mockingbird)

  • je note dans ma liste de noyel alors! gros bisous!

    Posté par mims, 20 novembre 2008 à 18:32 | | Répondre
  • Ça fait un moment qu'il traîne dans ma PAL, il va falloir que je lui fasse prendre l'air !

    Posté par Florinette, 21 novembre 2008 à 17:26 | | Répondre
  • J'ai lu ce livre étant plus jeune et il m'avait bien plu! Je le relirais bien une seconde fois!

    Posté par Lodia, 24 novembre 2008 à 14:53 | | Répondre
  • Quelle chance !

    Ah la la !! Avec Terre des oublis, il s'agit d'un livre qui faisait partie de ma liste de lecture pour 2008. Je suis très en retard. Et puis la liste s'allonge sans que j'aie le temps de la diminuer par ailleurs... je manque cruellement de temps pour lire en ce moment.
    Bon. C'est peut-être LE livre que je lirai au mois de décembre après tout... lol. Après avoir lu ceux dans lesquels je patauge en ce moment. Les pauvres livres.. que j'abandonne pour mille et mille tourments. Je tourne le dos au plaisir qu'ils me procurent afin de m'acharner sur des nécessités très obscures... beuh.

    Posté par Léthée, 27 novembre 2008 à 11:41 | | Répondre
  • Le temps...

    En ce moment, deux livres en chantier... et un grand nombre de billets pour ce blog relégués derrière les nécessités du quotidien. Heureusement que les livres sont patients et ne tiennent pas rigueur du temps qu'il nous faut pour revenir vers eux!

    Posté par Lili Galipette, 28 novembre 2008 à 08:34 | | Répondre
  • Sais-tu que Robert Mulligan (le génial metteur-en-scène du fantastique "The Other" en 1972) en avait fait un film au tout début de sa carrière ?

    Bravo pour cet article... je m'empresse de commander cet ouvrage... moi aussi en ce moment, j'ai deux livres en chantier"... mais que j'auto-édote avant noël ("Au Jardin", livre illustré par Isaly, et "Fées, Rêves et Glaces") ! Bises et longue vie à ton site et tes passions !

    Posté par dourvac'h, 28 novembre 2008 à 09:31 | | Répondre
  • Robert Mulligan!

    Je note le film de ce réalisateur. Merci pour le conseil, et bonne lecture!

    Posté par Lili Galipette, 28 novembre 2008 à 09:36 | | Répondre
  • Grand livre, en effet, et comme tu le dis, le fait qu'il y a des mystères non résolus apporte du charme au texte. Parmi les autres qualités, on trouve la magie de l'enfance et le racisme de l'époque. Beaucoup d'humanité dans cet excellent roman, qui appartient à la catégorie des indispensables.

    Posté par Nicolas, 29 juin 2009 à 21:12 | | Répondre
Nouveau commentaire