Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

28 novembre 2008

En attendant le songe

Une fois n'est pas coutûme, voici une pièce, mise en scène par Irina Brooks, d'après Le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare., vue hier soir au théâtre de Privas. Traduction de Marie-Paule Ramo. Avec Vincent Berger, Jerry di Giacomo Gérald Parpasian, Christian Pélissier, Augustin Ruhabura, Cyril Guei (en alternance avec Hovnatan Avédikian).

En_attendant_le_songe1

Six techniciens de la pièce Le songe d'une nuit d'été annoncent en début de soirée que les comédiens ne pourront pas assurer la représentation du soir. Au pied levé, ils décident d'incarner les personnages de la pièce de Shakespeare, laissant une large part à l'improvisation, avec des costumes de fortune et des décors incongrus. Pleins de bonne volonté, ils se lancent avec passion dans la pièce. N'étant que six, ils incarnent tour à tour les quatre couples d'amants, les sept artisans et le cortège de fées et d'elfes qui accompagnent le roi et la reine de la forêt. On assiste ainsi à la fuite de Lysandre et d'Hermia qui, pour échapper à la loi d'Athènes et au père d'Hermia, partent se marier à sept lieues de la cité. Ils sont poursuivis par Démétrius, le prétendant choisi par le père d'Hermia, lui-même suivi par Héléna, un laideron très épris du fiancé éconduit. Dans la forêt, hors de la cité, ils entrent sur le territoire de Titania et Obéron, les seigneurs magiques de la forêt qui se disputent un petit page indien. Obéron, pour obtenir l'enfant et se rire un peu de son épouse lui jette un sort amoureux qui la contraint à s'éprendre de la première créature vivante qui croise son regard. La belle dame de la forêt tombe sous le coup d'une odieuse passion pour un artisan transformé en âne. Dans la forêt oeuvrent aussi une bande d'artisans athéniens qui veulent offrir au roi Thésée et à sa future épouse Hippolyta une interprétation de la tragédie de Pyrrhamus et Thisbée. Une folle nuit s'engage, où les vrais amants se déchirent et s'interrogent, où les puissants se moquent des pauvres, où les codes de la bienséance sont mis à mal au service de la comédie.

Cette reprise de la pièce du dramaturge anglais est une réussite! Pour avoir étudié le texte original, j'ai retrouvé dans cette adaptation toute la saveur et la finesse de l'oeuvre source. Les acteurs sont impressionnants, ils sautent d'un costume à l'autre, d'un personnage à l'autre avec une agilité stupéfiante. Ils courent dans le public et bondissent sur la scène. A la fin de la représentation, on est presque aussi essouflé qu'eux! Voici une très grande pièce, en tournée depuis deux ans, à ne pas manquer si elle passe près de chez vous!

En_attendant_le_songe2

Posté par Lili Galipette à 09:23 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [1] - Permalien [#]

Commentaires sur En attendant le songe

  • J'adore ce style de mise en scène, à la fois fidèle à l'esprit de Shakespeare et complètement revisité!!!
    Je prends note, je prends note...

    Posté par Melusine, 12 janvier 2009 à 16:26 | | Répondre
Nouveau commentaire