Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

17 février 2010

La peau de chagrin

Peau_de_chagrinRoman d'Honoré de Balzac.

Le récit s'ouvre sur la ruine de Raphaël de Valentin. Son dernier sou sacrifié sur une table de jeu, désargenté et solitaire, il songe à mourir, à se jeter tête première dans les eaux froides et sombres de la Seine. Il doit sa survie à un magasin de curiosités dans lequel il acquiert un antique talisman, une peau d'âne légendaire, qui est censée exaucer le moindre de ses souhaits. L'objet magique en poche, il rencontre des amis et se livre à une soirée de débauche. À son ami Émile, il raconte ses trois années de réclusion, consacrées à l'étude et à l'écriture de La Théorie de la Volonté, son chef-d'oeuvre. Il raconte aussi son amour malheureux et non payé de retour pour la froide et insensible comtesse Foedera, à laquelle il sacrifie ses maigres économies et sa santé. Désespéré par cette passion vaine, empli de haine pour cette coquette inaccessible, au terme de cette nuit décadente et vidé par sa confession, il décide de brûler son existence en caprices et excès. La vie de Valentin ne tient désormais qu'à un fil. Chaque souhait exprimé réduit l'existence du jeune homme de quelques jours, de quelques mois ou de quelques années, à mesure que la peau de chagrin rétrécit. Terrifié par le pouvoir du talisman, il tente de vivre en reclus, de se soustraire au monde pour ne plus se laisser tenter par ses attraits. Son amour pour Pauline, la fille de son ancienne logeuse devenue riche, semble lui rendre goût à l'existence, mais la peau de chagrin continue de diminuer, et avec elle les jours de Raphaël.

La première partie du livre, où Raphaël raconte ses misérables années dans sa mansarde puis sa passion fatale pour Foedera, est insupportablement longue. La confession n'en finit pas, et on s'impatiente de découvrir le pouvoir de la peau de chagrin, de voir s'exercer son emprise sur la vie du héros. Mais quand, enfin, il se décide à l'utiliser, il conçoit rapidement le danger qu'elle représente et il n'a de cesse de vouloir le contrer. Ce qui donne un texte frustrant, qui ménage une trop grande attente pour une trop courte satisfaction.

"Vouloir nous brûle et Pouvoir nous détruit." (p. 58), voici les sages paroles du vieux marchand, aux allures de sorcier ou de gourou oriental. Le vieux bonhomme enjoint donc à pratiquer l'ataraxie, ce qui est assez illusoire dans un siècle de décadence comme celui où vit Raphaël. J'ai lu avec ironie la description de sa vie studieuse, dans la misérable chambre d'une miteuse pension de famille. Le jeune homme se contente de quelques biscuits, de bol de lait et de la contemplation des astres éternels. Pas étonnant qu'il se lance à coeur perdu dans son amour pour Foedera, et plus tard dans une vie au train fastueux. Amoureux romantique dans un monde hyper-réaliste et matérialiste, il se cogne à toutes les portes. Sa période d'écrivain maudit est encore celle où il est le plus glorieux. Au moins, il ne gêne personne et il ne fait pas trop de bruit.

Et n'est-il pas insupportable cet homme attiré uniquement par les femmes entourées de luxe? L'amour dans la pauvreté lui est inconcevable. La jeune et jolie Pauline lui tend les bras depuis le début, et il s'acharne à ne voir en elle qu'une soeur. Il faut qu'elle soit devenue une riche héritière, vêtue de baptiste, les cheveux ornés de fleurs, pour qu'il lui trouve du charme. Insupportable et pervers... Voyeur qui s'introduit dans les appartements de la femme qu'il convoite, il n'est qu'un pleutre. Aveuglé par sa passion pour l'éclatante de comtesse qui ne tait pas son dégoût des hommes et de l'amour, il refuse d'admettre l'échec amoureux, et il s'embourbe dans un délire passionné absolument insupportable.

Dans l'ensemble, ce roman m'a agacée. Raphaël est un pleurnicheur insupportable, incapable de savoir ce qu'il veut, et encore plus incapable d'accepter l'échec. L'attrait mystique du roman, la peau de chagrin et ses légendaires pouvoirs, sont réduits à l'état de curiosités. Flirtant avec le fantastique macabre, le texte manque de force et semble plus bouffon que terrifiant.

J'ai cependant retrouvé avec plaisir le désabusé dandy Eugène de Rastignac, une des grandes figures de La Comédie Humaine. Voilà un personnage qui a de la classe et de la prestance! Ca change du minable Raphaël de Valentin et ses atermoiements!

Livre reçu par le biais de l'association Bibliopoche

Objectif_PAL

Posté par Lili Galipette à 14:43 - Mon Enfer - Lignes d'affrontement [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur La peau de chagrin

  • Oui, j'ai aussi été déçue par ce type de fantastique.
    Néanmoins, je kiffe le nom du héros, rien à faire.

    Posté par Mélusine, 17 février 2010 à 15:13 | | Répondre
  • @ Mélusine

    Le nom du héros m'agace... Raphaël et Valentin, deux prénoms beaucoup trooooooop romantiques. Où est l'homme dans tout ça??

    Posté par Lili Galipette, 17 février 2010 à 15:35 | | Répondre
  • J'adore quand tu nous ressors des classiques de fond de tiroir, même si celui-ci ne me tente guère !

    Posté par Liliba, 17 février 2010 à 18:53 | | Répondre
  • @ Liliba

    Je mets à jour ma culture classique... mais c'est pénible avec des oeuvres pareilles! Certainement pas le meilleur de Balzac!

    Posté par Lili Galipette, 17 février 2010 à 18:58 | | Répondre
  • Pour moi le meilleur reste l'Assomoir !
    ^^

    Posté par Emilie, 17 février 2010 à 20:47 | | Répondre
  • @ Emilie

    L'assommoir est en effet un très bon livre, mais il est de Zola, non?
    J'ai pour ma part été très looooooongtemps convaincue que Hugo avait écrit "J'accuse"... Comme quoi, on a bien tendance à dépouiller Zola de ses écrits...

    Posté par Lili Galipette, 18 février 2010 à 13:36 | | Répondre
  • Je ne saurai te remercier assez de me donner une bonne excuse pour ne pas finir ce livre. Commencé en septembre, je n'ai jamais réussi à le finir, je suis resté bloquée au passage zarbi de la maison de passe, ou je ne sais quoi, où tout le monde est enfumé et drogué. Du moins, c'est tout ce qu'il m'en reste. j'ai bloqué, et pour repasser à quelque chose de plus agréable, eh bien... j'ai relu pour la quinzième fois(ou serait-ce la vingtième déjà?) Les Enfants de la Terre. Du début. Que veux-tu, on ne se refait pas.

    Posté par nath, 07 mai 2011 à 22:08 | | Répondre
  • @ nath

    C'est la partie que j'ai préférée ! Mais les atermoiements sentiments et moraux du bonhomme, très peu pour moi !

    Et tu es une psychopathe...

    Posté par Lili Galipette, 07 mai 2011 à 22:27 | | Répondre
  • Hélas, tu ne m'apprends rien de neuf, tout le monde me le dis depuis que j'ai 13 ans...^^

    Posté par nath, 07 mai 2011 à 22:33 | | Répondre
Nouveau commentaire