Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

26 janvier 2011

La cantatrice chauve

Cantatrice_chauvePièce d'Eugène Ionesco. Lettre I de mon Challenge ABC critiques de Babelio.

« Intérieur bourgeois anglais, avec des fauteuils anglais. Soirée anglaise. M. Smith, Anglais, dans son fauteuil et ses pantoufles anglais, fume sa pipe anglaise et lit un journal anglais, une petite moustache grise, anglaise. À côté de lui, dans un autre fauteuil anglais, Mme Smith, Anglaise, raccommode des chaussettes anglaises. Un long moment de silence anglais. La pendule anglaise frappe dix-sept coups anglais. » (p. 11) Voilà sur quoi s'ouvre le rideau. Mme Smith revoit par le menu le repas qu’elle et son mari viennent de terminer. De considération en amorce de dispute, la soirée se poursuit avec l’arrivée du couple Martin, venu dîner chez les Smith. Les deux couples entament des discussions étranges, relatent des récits loufoques et poursuivent des raisonnements tordus. Les interventions de Mary, la bonne, et du capitaine des pompiers nourrissent l’absurdité des situations et des dialogues. Finalement, après des hurlements haineux et dépourvus de sens, la pièce reprend du début avec une subtile nuance.

J'avais lu cette pièce au collège et, déjà, je n'avais rien compris. Mais l'absence de sens m'a bien moins gênée lors de cette nouvelle lecture. J'ai goûté avec délectation l'enchaînement de répliques décousues, l'utilisation de proverbes détournés, l'accumulation de banalités, la déclaration de vérités loufoques et de conclusions sophistiques.

" Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux." (p. 72)

" L'expérience nous apprend que lorsqu'on entend sonner à la porte, c'est qu'il n'y a jamais personne."  (p. 41)

Les personnages ne se répondent jamais vraiment, les répliques se croisent sans se trouver. Seule la pendule semble être au diapason de cette rencontre de fous parfois furieux. Elle est le baromètre qui suit les tensions et illustre l'atmosphère. Mais les Smith annoncent qu'"elle marche mal. Elle a l'esprit de contradiction. Elle indique toujours le contraire de l'heure qu'il est." (p. 64) Décidément, avec Ionesco, on ne peut jamais se fier à ses oreilles !

Le titre est largement déceptif mais deux répliques le justifient voire l'honorent : " - À propos, et la Cantatrice chauve ? [...] - Elle se coiffe toujours de la même façon." (p. 70) On n'en saura pas plus. Le titre, comme le reste de la pièce, échappe à toute rationalisation. Il ne reste qu'à admettre sans chercher à comprendre.

Challenge_ABC_Babelio

Posté par Lili Galipette à 11:50 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [10] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur La cantatrice chauve

  • Hum, je crois que je ne comprendrai jamais rien à cette pièce mais je caresse encore l'espoir d'apprendre à l'apprécier... Ce n'est pas encore pour aujourd'hui

    Posté par zarline, 26 janvier 2011 à 15:04 | | Répondre
  • @ Zarline

    Il faut prendre le temps ...
    Bonne journée !

    Posté par Lili Galipette, 26 janvier 2011 à 15:10 | | Répondre
  • Admettre sans chercher à compendre! Tu as raison, ce doit être la clé pour lire Ionesco!

    Posté par Sabbio, 26 janvier 2011 à 15:31 | | Répondre
  • @ Sabbio

    Mystère ...

    Posté par Lili Galipette, 26 janvier 2011 à 15:42 | | Répondre
  • En 3ème, avec des copines on avait appris des passages entiers de cette pièce, comme ça, pour le plaisir... et m'est resté quelques passages. C'est superbe d'absurdité- mais pas seulement, attention!- Peut-être un peu fastidieux à lire, mais un réel plaisir à voir jouer!

    Posté par sandrine, 26 janvier 2011 à 17:36 | | Répondre
  • Je garde un souvenir très confus de l'étude que nous en avions faite en première - je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans, etc. - mais je me souviens aussi l'avoir vu interprétée et m'être bien plus amusée qu'à la lecture.

    Posté par Laurence, 26 janvier 2011 à 17:37 | | Répondre
  • @ Sandrine

    J'aimerais beaucoup le voir sur scène !

    Posté par Lili Galipette, 26 janvier 2011 à 17:53 | | Répondre
  • @ Laurence

    Le charme de la lecture n'est pas le même que celui de la représentation. Mais j'aime tellement les didascalies !

    Posté par Lili Galipette, 26 janvier 2011 à 17:54 | | Répondre
  • je me suis arrêtée à Rhinocéros !!!il faudrait que je tente autre chose !

    Posté par George, 28 janvier 2011 à 15:31 | | Répondre
  • @ George

    Lis Le roi se meurt ! Au programme de mon Bac, j'en garde un souvenir ému et profond !

    Posté par Lili Galipette, 28 janvier 2011 à 15:33 | | Répondre
Nouveau commentaire