Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

08 avril 2011

Marthe, histoire d'une fille

Marthe__histoire_d_une_filleRoman de Joris-Karl Huysmans.

Marthe, ouvrière dans un atelier de fausses perles a"des ardeurs étranges, un dégoût de métier, une haine de misère, une aspiration maladive d'inconnu, une désespérance non résignée." (p. 22) Lascive et paresseuse, elle cherche la vie facile. "Un beau soir, la faim la roula dans la boue des priapées ; elle s'y étendit de tout son long et ne se releva point. [...] L'apprentissage de ce nouveau métier était fait ; elle était passée vassale du premier venu, ouvrière en passions." (p. 37) Après un passage dans une maison close qui lui meurtrit l'âme et imprime en elle la haine de la condition de fille, elle monte sur les planches du théâtre de Bobino. Belle et légère, elle sait que "tous les yeux étaient braqués sur elle, tous flamboyaient en honneur de sa gorge." (p. 17) Un soir, elle se laisse prendre aux doux mots de Léo, journaliste et écrivain sans talent. "Léo vivait de sa plume, autrement dit, il vivait de faim." (p. 41) Mais le concubinage entre l'écrivaillon et la putain chanteuse n'est pas aussi magique que promis. Léo en souffre le premier et se dégoûte de sa belle, "ce suicide d'intelligence que l'on nomme "un collage" commençait à lui peser." (p. 53) Revoilà le ruisseau pour Marthe, ruisseau qui charrie ses regrets, ses remords et ses pudeurs vaines et tardives.

Remarquable esthète décadent avant d'être écrivain religieux, Huysmans a d'abord baigné dans le naturalisme. Ce court récit en est un concentré minutieux et foisonnant : la langue épaisse et grasse épouse son sujet et se déploie lourdement, comme un rideau de velours poussiéreux dont on pourrait compter chaque fil. Huysmans ne s'épargne aucune peine et fouille les dessous honteux de la belle Marthe, il retourne la crasse des bouges et scrute le fonds des chopes, à l'affût de l'infime détail qui signera superbement la scène qu'il dépeint. Comme l'a fait Zola dans son cycle gigantesque, Huysmans se pique de théories sociales : "Une fille est perdue dès qu'elle voit d'autres filles. [...] L'atelier, c'est la pierre de touche des vertus, l'or y est rare, le cuivre abondant." (p. 22) Huysmans esquisse ici une classification : sous sa plume, la fille prend place au pied de l'échelle du monde, elle ne peut en gravir les échelons que pour mieux les redescendre. L'amnestie n'est pas permise pour elle. Marthe est une autre Nana, mais moins audacieuse et moins lumineuse. Si Nana fait aimer la vie canaille et débraillée, Marthe en dégoûte. "Les filles comme elles ont cela de bon qu'elles font aimer celles qui ne leur ressemblent pas, elles servent de repoussoir à l'honnêteté." (p. 109) On le sait, les filles de joie remplissent une mission d'utilité publique, mais il n'est pas certain qu'elles en cernent tous les détails.

Depuis Là-bas, j'ai décidé de lire Huysmans jusqu'à la dernière ligne. La collection Il était une fois la femme, des éditions Galaade, propose de courts récits que l'on trouve d'ordinaire dans des recueils. Les livres sont petits, faciles à manipuler et bénéficient d'une mise en page simple mais très esthétique. Entre noir et rouge se déploient le texte et quelques photos d'auteurs et gravures. En ouvrant le livre, on sait qu'on plonge dans un univers où la femme est reine, qu'elle trône sur un siège d'immondices ou qu'elle chevauche la vertu à la recherche de la connaissance.

Posté par Lili Galipette à 11:11 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [17] - Permalien [#]

Commentaires sur Marthe, histoire d'une fille

    Il faut que je découvre Huysmans !
    J'adore le principe de tout lire d'un auteur, j'y suis presque avec Fitzgerald !

    Posté par D., 08 avril 2011 à 11:30 | | Répondre
  • @ D.

    Le style de cet auteur change à mesure qu'il expérimente de nouvelles voies d'écriture. L'écrivain naturaliste n'a rien à voir avec le décadent et le satanaiste. Et ça n'en est que plus passionnant de découvrir son oeuvre en intégralité !
    Bonne journée !

    Posté par Lili Galipette, 08 avril 2011 à 11:39 | | Répondre
  • Quel beau billet ! je suis un peu comme toi, quand j'aime un auteur, j'ai tendance à tout vouloir lire et là, tu me donnes envie de le découvrir ce Huysman dont j'entends parler depuis pas mal de temps, je note !!^^

    Posté par Asphodèle, 08 avril 2011 à 13:10 | | Répondre
  • satanaiste? il a été satanaiste ? et ça consiste en quoi, ça le satanaiste ?

    Perso, je suis moins fan de ses écrits naturalistes. (mouvement que je n'aime pas trop -ceci expliquant sans doute cela !) L'idée d'une "littérature qui obéit aux mêmes lois que la science" j'ai du mal à adhérer !

    Posté par bibalice, 08 avril 2011 à 13:16 | | Répondre
  • @ Asphodèle

    Ne serait-ce pas Anne-Claire qui te rebat les oreilles avec le bonhomme ?

    Posté par Lili Galipette, 08 avril 2011 à 13:18 | | Répondre
  • @ bibalice

    Alors, le satanaiste, euh, comment expliquer ça... Il faut que je relise mieux mes commentaires...

    Ce que j'ai aimé dans ce récit, c'est qu'on sent déjà la minutie systématique avec laquelle il écrira A rebours. Une sorte de continuité dans la rupture.

    Quant à la "littérature qui obéit aux mêmes lois que la science", c'est en effet parfois pénible. Mais j'aime l'ampleur et la folie des grandeurs au sein de laquelle ces auteurs ont inscrit leurs oeuvres.

    And thanks for stopping by !

    Posté par Lili Galipette, 08 avril 2011 à 13:24 | | Répondre
  • Just kidding !

    Posté par Bibalice, 08 avril 2011 à 14:13 | | Répondre
  • tu sais que tu es très forte! magistral billet qui m'a permis de me remettre le style de Huysmans en bouche : les mots rares, les images lourdes de sens, cette atmosphère sexuelle... As-tu lu les soeurs Vatard ???? un autre grand moment !

    Posté par George, 08 avril 2011 à 16:02 | | Répondre
  • Anne-Claire a disparu !!

    Non non ma Lili ce n'est pas Anne-Claire qui se fait rare et très silencieuse en ce moment !! Je lis aussi des critiques dans les journaux dans mon bled, je suis abonnée à des magazines on ne peut plus sérieux !!^^

    Posté par Asphodèle, 08 avril 2011 à 17:38 | | Répondre
  • @ George

    Toi et ta thèse sur Huysmans approuvez mon billet ? Comment dire ? Tu le vois le corbeau sur son arbre avec son fromage dans le bec ? C'est moi !

    Pas encore lu Les soeurs Vatard. Le prochain à venir est En rade. Can't wait, mais j'ai des partenariats à honorer... Ah oui, et j'ai un boulot aussi, il paraît...

    Posté par Lili Galipette, 08 avril 2011 à 18:25 | | Répondre
  • @ Asphodèle

    Anne-Claire est en vacances ce soir, elle sera peut-être plus dispo !
    Et je ne doute que la Vendée est un pays bien desservi ! Mais vois-tu, chaque fois que je suis avec Anne-Claire, on parle de Huysmans, c'est inratable !!

    Posté par Lili Galipette, 08 avril 2011 à 18:26 | | Répondre
  • Pas de nouveau commentaire depuis 2011... Tant pis, j'y vais quand même
    Je viens d'achever "Marthe", après avoir lu dans le désordre "En rade", "Sac au dos", "A rebours", "Là-bas", "En route" et "les routes de Lourdes".
    Je considère Huysmans comme un auteur absolument majeur, tant pour son style que pour sa pensée !
    En tout cas merci pour ce petit article, je suis tombé dessus via une recherche sur Google.

    Posté par sickfred, 18 juin 2017 à 21:22 | | Répondre
    • Merci pour votre commentaire !
      Je continue ma découverte de Huysmans et je l'apprécie toujours autant !
      Dernière lecture en date, "La cathédrale" : une merveille.

      Posté par Lili Galipette, 18 juin 2017 à 21:32 | | Répondre
      • Oh, consultant rarement cette boite mail, je viens de prendre connaissance de votre message que maintenant
        J'ai, pour ma part, passé un été huysmansien. J'ai relu dans l'ordre le roman de Durtal, à savoir "Là-Bas", "En route", "La Cathédrale" et "L'Oblat". Expérience de lecture de premier plan ! J'adore ce cheminement introspectif du personnage qui passe d'un intérêt pour le satanisme à la confirmation d'une vocation d'artiste au service de sa foi.
        Je lève un peu le pied afin de digérer tout cela et j'attaque "Sainte Lydwine de Schiedam
        Quand on aime, on ne compte pas !

        Posté par sickfred, 26 août 2017 à 22:43 | | Répondre
        • Ah, "Sainte Lydwine de Schiedam", une merveille !
          D'autant plus précieux pour moi que j'ai la chance d'en avoir une édition originale.
          Bon dimanche !

          Posté par Lili Galipette, 27 août 2017 à 08:13 | | Répondre
  • Je suis à peu près au tiers de "Sainte Lydwine de Schiedam". Stylistiquement c'est dans le même registre que "L'Oblat", deux bons degrés au-dessous d'"A Rebours" ou "En Route", et un sous "La Cathédrale"
    Mais dans le récit, c'est terrible, juste terrible !!! Quelle puissance, quelle violence dans la rédemption doloriste ! Je ne pense pas avoir la foi, mais j'en suis pas moi troublé ! Extraordinaire Huysmans ! Vraiment !

    Posté par sickfred, 31 août 2017 à 18:37 | | Répondre
  • Alors imaginez, pour quelqu'un comme moi qui a la foi, la puissance de cette lecture hautement troublante, sensuelle !

    Posté par Lili Galipette, 31 août 2017 à 18:51 | | Répondre
Nouveau commentaire