Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

26 avril 2011

L'attrape-coeurs

Attrape_coeursRoman de J. D. Salinger.

J'ai commencé ce livre deux fois et deux fois l'ai abandonné. Après la lecture des Nouvelles de l'auteur et tout le plaisir qu'elles m'ont procuré, j'ai décidé de tenter ma chance une troisième fois. Dernier essai réussi ? En partie.

"Je ne vais pas vous défiler ma complète autobiographie. Je veux juste vous raconter ce truc dingue qui m'est arrivé l'année dernière vers le Noël avant que je sois pas mal esquinté et obligé de venir ici pour me retaper." (p. 9) Ainsi commence le récit d'Holden Caufield, dix-sept ans, élève au collège Pencey en Pennsylvanie. Renvoyé de l'établissement trois jours avant les fêtes de fin d'année, Holden quitte l'école de nuit et erre pendant trois jours à New York. "Je devais me planquer deux ou trois jours dans un ôtel pour pas rentrer à la maison avant le début des vacances." (p. 77) Pendant trois jours qui glissent comme un songe ou un brouillard, il fait des rencontres étonnantes ou inquiétantes, tire de fabuleux plans sur la comète, mais reste un gamin anxieux à la santé fragile qui n'a nulle autre part où aller que chez lui. On a le sentiment qu'Holden ne tient pas vraiment au monde : "Je possède vraiment rien que ça m'ennuierait vachement de perdre il me semble." (p. 112) Et pourtant, la conclusion prouve qu'il tient à quelque chose.

La solitude à laquelle condamne la cité new-yorkaise le ronge et lui inspire les plus funestes pensées : "De quoi foutre le bourdon, et de temps en temps, en marchant, sans raison spéciale, on avait la chair de poule. On pouvait pas se figurer que Noël viendrait bientôt. On pouvait pas se figurer qu'il y aurait encore quelque chose qui viendrait." (p. 145) Étrange et douloureux de constater un tel désarroi chez un adolecent. La maturité dont il fait preuve me semble artificielle et projetée par l'auteur sur son héros.

Par bribe, on découvre la famille du jeune Holden. Il a une petite soeur, Phoebé, qu'il aime et admire. Il a perdu un de ses frères, Allie, et l'aîné, D.B., "il est à Hollywood, il se prostitue" (p. 10) Ainsi comprend-on l'aversion du héros pour le cinéma et le théâtre. Plus généralement, il exprime des sentiments violents envers la mièvrerie des films. Sans jouer au caïd ou à l'intello, ce dont il se sait incapable, et sans renier sa sensibilité, il préfère la puissance des romans de Karen Blixen Ernest Hemingway ou Francis Fitzgerald.

Profondément triste voire désespéré, Holden trimballe son mal de vivre et sa solitude à travers les nuits enneigées de New York. Avec une sensibilité à fleur de peau et une pensée vagabonde, il perd pied dans un monde où il n'est, somme toute, qu'un enfant qui voudrait être pris au sérieux. Doté d'un esprit cinglant et capable de réparties bien trop cyniques pour son âge, il revendique les expériences d'une génération à laquelle il n'appartient pas. En dépit des fumées de cigarettes, des vapeurs d'alcool et du désir de femme qui parfois le taraude, son indépendance n'est pas encore acquise et toute son attitude est celle d'un être qui sait ne pas être à sa place, mais qui refuse de partir.

Vaguement amoureux d'une voisine, Jane Gallagher, et vaguement entreprenant avec une autre gamine, Sally Hayes, Holden Caufield témoigne de son intérêt pour les filles et la sexualité. Très sensible au charme féminin, il se fait poète sans le savoir : "Quand elle arrive au rendez-vous, si une fille a une allure folle, qui va se plaindre qu'elle est en retard ? Personne." (p. 153) Criant, n'est-ce pas ? Un peu trop pour un gamin.

"Je suis le plus fieffé menteur que vous ayez jamais rencontré." (p. 27) Disant cela, il est parfaitement honnête et il donne la pleine mesure de ses capacités tout au long du récit. Saisi de frénésie, il débite à toute allure des histoires abracadabrantes au premier venu. À ses mensonges et à ses exagérations s'ajoutent des digressions folles qui perdent le récit dans des détails a priori inutiles, mais qui constituent les murs du petit monde d'Holden. Et comme il le dit lui-même, "moi j'aime bien quand on s'écarte du sujet. C'est plus intéressant." (p. 220) Étrangement, le récit s'achève sur un reniement : "Faut jamais rien raconter à personne. Si on le fait, tout le monde se met à vous manquer." (p. 253) Là encore, si la conclusion trouve écho en moi, je la trouve inadaptée sous la plume d'un jeune de dix-sept ans.

Cette troisième lecture est loin d'avoir été aussi déplaisante que les deux premières. Mais je ne peux me défaire du sentiment que ce livre intervient trop tard dans mon parcours de lectrice. Adolescente, peut-être aurais-je été touchée par ce récit. Peut-être aurais-je compris ce désarroi si grand. Aujourd'hui adulte (hum...) et quelque peu oublieuse des douleurs exacerbées de mes quinze ans, il me semble que le texte sonne faux. Toutefois, j'ai été moins gênée par l'expression du jeune héros : cette langue gouailleuse de gosse de riche qui se cherche m'a plutôt convaincue, même si les fautes de langage m'ont fait bondir... Je suis enfin venue à bout de ce roman dont on a tant parlé. Je ne rallie pas les rangs des enthousiastes, mais finalement je ne jette plus de pierres.

Et quelqu'un peut-il m'expliquer le titre ?

Posté par Lili Galipette à 18:57 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [13] - Permalien [#]

Commentaires sur L'attrape-coeurs

  • Je l'ai dans ma PAL, et je suis contente de lire un avais mitigé du coup je vais moins en attendre que ce que je pensais

    Posté par Sandrine (SD49), 26 avril 2011 à 19:03 | | Répondre
  • Pour ta question :

    " Le père portait un de ces chapeaux gris perle que portent les pauvres quand ils se mettent en frais. Lui et sa femme avançaient en bavardant, sans surveiller leur gosse. Le gosse était impec.
    Au lieu de marcher sur le trottoir il se baladait dans la rue mais tout près du bord du trottoir. Il faisait comme font les gosses, comme s'il marchait sur une ligne bien droite, et tout le temps il arrêtait pas de fredonner.
    Je l'ai rattrapé, et j'ai entendu ce qu'il chantait. C'était ce truc "Si un coeur rattrape un coeur qui vient à travers les seigles". Il avait une jolie petite voix. Il chantait comme ça, pour lui tout seul. Les voitures passaient en vrombissant, les freins grinçaient tous azimuts, ses parents faisaient pas attention et il continuait à longer le trottoir, en chantant "Si un coeur attrape un coeur qui vient à travers les seigles".
    Alors je me suis senti mieux. Je me suis senti moins déprimé." p.142

    Je l'ai moi aussi découvert sur le tard et il était loin de m'avoir conquise.
    Mais même ado, je pense que je n'aurais pas pu m'identifier à ce héros qui, même dans sa fugue, reste tout de même un privilégié...

    Posté par Cynthia, 26 avril 2011 à 19:17 | | Répondre
  • @ Sandrine(SD49)

    Si tu en attends moins que ce que tu espères, tu ne vas plus y trouver grand-chose...

    Posté par Lili Galipette, 26 avril 2011 à 19:30 | | Répondre
  • @ Cynthia

    Ok !! La vache, je suis totalement passée à côté !

    Posté par Lili Galipette, 26 avril 2011 à 19:31 | | Répondre
  • Je viens justement de finir de le lire et je n'ai pas accroché :s

    Posté par Alicia, 26 avril 2011 à 20:56 | | Répondre
  • @ Alicia

    Héhé, j'ai moins l'impression d'être une vieille ronchon alors !
    Qu'est-ce qui t'a déplu ?

    Posté par Lili Galipette, 26 avril 2011 à 20:59 | | Répondre
  • T'es pas ronchon !

    J'ai fait comme toi, j'ai eu du mal à dépasser les premières pages (en me disant : de qui se moque-t-on ?) et je me suis laissée happer puis j'ai été séduite par ce gamin qui en fait ne veut pas grandir. L'explication (en même temps que celle du titre) tu la trouves page 208 : "Si un coeur attrappe un coeur" (...)Bon je me représente tous ces petits mômes...." J'ai fait un billet il y a...je ne sais plus...tu y trouveras peut-être d'autres significations...^^

    Posté par Asphodèle, 27 avril 2011 à 09:28 | | Répondre
  • @ Asphodèle

    Merci pour l'explication du titre, mieux vaut deux fois qu'une. Et c'est vraiment la preuve que j'ai de la crotte dans les yeux parfois !
    Où est ton billet ???? Je veux d'autres significations !

    Posté par Lili Galipette, 27 avril 2011 à 10:04 | | Répondre
  • Bé, billet sur mon blog !!

    De la crotte, de la crotte, faut pas exagérer, mais c'est vrai que ce livre est léger et profond, qu'il mérite une lecture attentive malgré sa désinvolture affichée ! Après, on aime...ou pas, c'est un autre débat !!^^

    Posté par Asphodèle, 28 avril 2011 à 12:26 | | Répondre
  • Bonjour,

    Je n'arrive pas bien comprendre cette citation : Quand elle arrive au rendez-vous, si une fille a une allure folle, qui va se plaindre qu'elle est en retard ? Personne."

    Merci de bien vouloir m'expliquer

    Posté par Cklein, 16 mars 2016 à 18:57 | | Répondre
    • J'ai fini mes études depuis un moment et je n'ai aucune envie de faire les devoirs des autres !
      En réfléchissant un peu, je suis certaine que vous comprendrez tout seul !

      Posté par Lili Galipette, 16 mars 2016 à 20:48 | | Répondre
  • Je viens de le lire en entier et en vo . J'ai été séduite par le style du roman , j'ai adoré ce décalage entre l'âge du héros et ses perceptions de la vie . ( j' habite là où est né Arthur Rimbaud , un autre jeune de 17 ans ......) .J'ai adoré son vocabulaire et ses locutions " vulgaires" qui démontrent son détachement (faux) des convenances et conventions de son époque ; mais pouvait-il en être autrement dans cette société percluse de patriarcat et de bien-pensance ?
    Sa liberté de vocabulaire est sa façon de se révolter et démontre par le menu qu'il a une acuité certaine des choses de la vie .
    Je pense en effet qu'il faut accepter le caractère désuet des images qui aujourd'hui, sont difficilement décryptables par des jeunes gavés d'images électroniques toutes faites ....

    Posté par Agitaïri, 02 juillet 2019 à 16:53 | | Répondre
    • Je suis bien loin d'être une jeune gavée d'images électroniques toutes faites...

      Posté par Lili Galipette, 02 juillet 2019 à 17:30 | | Répondre
Nouveau commentaire