Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

03 août 2011

Faux jour

Faux_jourPremier roman d'Henri Troyat, Prix populiste en 1935.

Pour Jean, son père est « cet homme aux larges épaules et aux yeux d’enfant dont les belles mains laissaient couler sur nous une intarissable pluie de miracles », un être fabuleux sorti des meilleures histoires. À la mort de sa mère, Jean est envoyé chez sa tante, loin de son père. Chérissant le souvenir d’un modèle, Jean est surpris de retrouver un homme à qui rien ne réussit. Guillaume brasse mille idées, milles projets dont  aucun ne prend forme. Avide de gloire et de richesse rapides, il dilapide les quelques économies de la famille et entreprend des investissements qui mènent à la ruine et à la pauvreté. Mais l’échec n’est pas tout : Guillaume n’est plus l’homme superbe des souvenirs d’antan. « Je souffrais de voir que ces étrangers, non seulement n’admiraient pas mon père, mais encore le méprisaient et parfois se moquaient de lui. »

Car Guillaume, bel homme aux manières charmantes et au bagout indéniable, est un fantoche. Il jette de la poudre aux yeux et tente d’éblouir avec des discours éculés et mille fois répétés. Désormais, quand Jean regarde son père, il n’éprouve plus aucune admiration, mais plutôt « le sentiment d’une duperie grotesque, d’une infinie dérision. » La révélation de la véritable nature du père, d’abord douloureuse, finit par alimenter une haine intense. L’enfant assiste avec dégoût à l’éternelle représentation que donne son père. « C’est qu’à présent, je ne me bornais pas à mépriser mon père, mais il m’en coûtait de savoir que d’autres ne le méprisaient pas. Toute admiration qu’on lui portait révoltait en moi un obscur sentiment de justice. Je la sentais imméritée, volée. Je m’irritais à la pensée que ma qualité de fils, non seulement m’interdisait de dévoiler aux yeux du monde la véritable nullité de mon père, mais encore m’associait à lui dans le mensonge, m’obligeait à le suivre, à le soutenir, à le couvrir contre mon gré. »

Alors que Guillaume ne cesse de former des plans sur la comète, qu’il fréquente des femmes falotes et qu’il traite avec des filous, Jean se surprend à devenir la réplique de son père. La même inertie brièvement parcourue d’éclairs d’énergie se saisit de lui. Mais cette assimilation est écœurante. « J’avais fini d’espérer en mon père. » Ce dernier aveu formulé, Jean assiste placidement à la déchéance de Guillaume. Le dénouement, nécessairement tragique, laisse un enfant seul, à tout jamais privé de figure paternelle.

Henri Troyat s’y connaissait dans la peinture des nauséabonds sentiments familiaux, ainsi qu’il le prouvera à nouveau avec L’araigne, prix Goncourt en 1938. Ici, c’est la relation père-fils qui est mise au pilori. Si Jean tue symboliquement le père, il n’en retire aucune gloire et il ne dépasse en rien le modèle renversé. Guillaume a saboté tout seul l’emprise qu’il avait sur son fils et l’issue n’est qu’un gâchis de sentiments : Jean aurait voulu aimer ce père, en être le digne prolongement. Il n’est en fait que l’aboutissement nécrosé d’une vie médiocre et vulgaire. Pour Jean, peu d’espoir, même pas celui de perpétuer le souvenir de son père.

Le sujet est gênant et le lecteur est plusieurs fois mis en position de voyeur, étant brutalement introduit dans l’intimité chiche du couple père-fils. Et c’est l’enfant, avec la narration directe, qui attire ainsi le lecteur dans un maelström de dégoût et de rejet. Du père, on ne voit que les manifestations extérieures de ridicule comme on assisterait aux gesticulations bouffonnes d’une marionnette trop souvent sortie de son coffre. Peut-on avoir pitié de Guillaume ? Rien n’est moins sûr. Mais on aimerait vraiment que Jean lui pardonne tout et soit un véritable soutien. Assister à l’inexorable détachement de l’enfant est le plus douloureux.

Le texte est brillamment écrit et rend parfaitement les brefs emportements du père et le lent recul de l’enfant. La scène initiale, au pied d’un lumineux arbre de Noël, porte en elle tout le drame à venir. De fait, on entre dans le récit au moment du climax, la suite n’est que dégringolade. Et Henri Troyat saisit cette débandade familiale avec une plume toujours talentueuse.

Posté par Lili Galipette à 07:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [12] - Permalien [#]

Commentaires sur Faux jour

    Quel billet ! Toujours aussi percutante ! J'en ai encore à lire d'Henri Troyat, j'aime beaucoup sa plume. Il s'y connait en histoires "familiales". Heureuse de te savoir proche...

    Posté par Asphodèle, 03 août 2011 à 09:56 | | Répondre
  • @ Asphodèle

    Un grand ce Troyat !
    Je t'appelle dans la soirée. Pour le moment, je bosse.

    Posté par Lili Galipette, 03 août 2011 à 10:17 | | Répondre
  • un roman de Troyat que je n'ai pas lu, mais m'intéresse, tu t'en doutes, pour cette relation père/fils si difficile ! et comme le dit Asphodèle, très beau billet !

    Posté par George, 03 août 2011 à 14:19 | | Répondre
  • @ George

    Je me doutais que ce roman attirerait ton œil !

    Sinon, les filles, vous n'avez pas l'impression de manquer un brin d'objectivité ? Demain, je chronique le bottin, juste pour voir...

    Posté par Lili Galipette, 03 août 2011 à 14:23 | | Répondre
  • Le bottin ? Curieux de voir cela...

    Posté par Benoît, 03 août 2011 à 17:42 | | Répondre
  • @ Benoît

    Attention, j'ai tendance à relever tous les défis débiles...

    Posté par Lili Galipette, 03 août 2011 à 17:46 | | Répondre
  • Je n'ai pas lu ce titre d'Henri Troyat mais j'avais beaucoup aimé "La neige en deuil" dans lequel il met en exergue les relations entre deux frères.

    Posté par La plume..., 03 août 2011 à 22:16 | | Répondre
  • @ La plume et la page

    Il est sur ma PAL. Au programme pour très bientôt !

    Posté par Lili Galipette, 03 août 2011 à 22:25 | | Répondre
  • J'ai encore Aliocha et La tête sur les épaules dans ma PAL, il va falloir les ouvrir un jour ! sûr... Et tu ne m'auras pas avec le Bottin, aussi mondain fut-il...

    Posté par Asphodèle, 04 août 2011 à 16:05 | | Répondre
  • @ Asphodèle

    J'ai aussi La tête sur les épaules.
    Je ne t'aurai pas avec le Bottin Dommage !

    Posté par Lili Galipette, 04 août 2011 à 16:10 | | Répondre
  • Je sais bien que tu as la tête sur les épaules, ah ah ! On pourrait se faire une LC un de ces jours, je ne donne pas de date vu mon programme en cours... Biiises

    Posté par Asphodèle, 07 août 2011 à 09:52 | | Répondre
  • @ Asphodèle

    Mon programme est assez chargé aussi... Quand je reviens pour de bon en métropole, on se cale une LC !

    Posté par Lili Galipette, 07 août 2011 à 09:57 | | Répondre
Nouveau commentaire