Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

10 août 2011

Zakia Madi - La Chatouilleuse

Zakia_Madi_la_chatouilleusePièce d'Alain-Kamal Martial. Prix de l'Océan indien.

Après cinq semaines à Mayotte et une dizaine à vivre encore, il est temps que je découvre la littérature mahoraise, n'est-ce pas ?

Avertissement de l’auteur : « Cette œuvre n’est pas un témoignage d’historien et encore moins la défense d’une idéologie politique quelconque. Je parle à l’extérieur de la politique et de l’histoire, c’est en tant qu’homme que j’écris et c’est de l’intérieur de mon indignation que je crie. » (p. 11) Alain-Kamal Martial est un homme d’honneur, un digne héritier des combats de ses aïeules et un Mahorais épris et fidèle à sa terre.

Une commune de Mayotte. Alors que Monsieur le Maire essaie de convaincre sa seconde épouse d’entrer dans le lit conjugal afin de consommer l’union, la première épouse se révolte contre la polygamie, cette « douleur viscérale qui cisaille nos intestins de mère et d’épouse. » (p. 36 & 37) Premier objet contre lesquelles hurlent les Mahoraises, la domination des hommes. « La phallocratie a fait de nous des tiers-humains, nous les femmes, nous devons remonter vingt et un siècles de déshumanisation parce que la phallocratie nous a volé deux tiers de notre humanité. » (p. 39)

Second objet de révolte, la destruction du cimetière Mangamagari à des fins immobilières véreuses. Les esprits des femmes enterrées là crient à la profanation et investissent les corps des vivantes. Furaha, la jeune épouse du Maire est possédée par l’esprit de Zakia Madi, célèbre chatouilleuse assassinée le 14 octobre 1969 sur la jetée de Mamoudzou. « Laisse-la prendre mon corps pour qu’elle dise au monde entier sa douleur, la douleur de notre île. » (p. 52) À travers le corps de Furaha, le fantôme de Zakia Madi demande justice pour Mayotte et dénonce la corruption en costume-cravate : « Vous vous laissez acheter, vous vendez votre terre et sa mémoire et vous osez parler de progrès et de développement là où les inégalités génèrent le paupérisme, la misérable vie de vos administrés. » (p. 87) Que font ces femmes investies des esprits des chatouilleuses ? Elles chatouillent ! Et leur pouvoir est plus puissant que celui des hommes.

Cette pièce de théâtre ne souffre d’aucun temps mort. J’y ai retrouvé ce qui fait la particularité de Mayotte : des voix féminines puissantes, une corruption à la solde des Blancs et des riches et une forte culture orale. Les propos en mahorais ne sont pas traduits, mais les injures, quelle que soit la langue, ont le même sens… La pièce d’Alain-Kamal Martial est un bel hommage aux femmes, une mise en accusation des pratiques politiques et un cri d’amour pour la richesse culturelle et historique de Mayotte. Je commence à être amoureuse de cette île moi…

Zakia Madi a réellement existé. Promptement enterrée après sa mort, elle est de ces victimes dont la mort reste impunie. Son unique crime ? Avoir été une chatouilleuse, comme le fût l’illustre Zena M’déré, première chatouilleuse de Mayotte. « La chatouille » est une pratique féminine importée de Madagascar : les femmes ne frappent ni n’injurient les politiciens, mais elles les chatouillent jusqu’à leur infliger un rire de mule qui leur reste coincé dans la gorge. C’est ainsi que les Mahoraises ont obtenu que Mayotte reste française et ne rejoigne pas l’Union des Comores en 1976. Mayotte est devenue département français depuis mars 2011 : la République française a de nombreux et d'urgents chantiers à conduire pour se rendre digne de cette île magnifique.

Posté par Lili Galipette à 10:50 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [5] - Permalien [#]

Commentaires sur Zakia Madi - La Chatouilleuse

  • Tu ne serais pas allée à Mayotte toi, par hasard ?

    Posté par Benoît, 10 août 2011 à 12:07 | | Répondre
  • @ Benoît

    Y a des chances... Pourquoi ?

    Mais j'enrage de ne pas parvenir à rendre tout ce que cette pièce évoque en moi quand je pense à cette île.

    Posté par Lili Galipette, 10 août 2011 à 12:09 | | Répondre
  • Laisse faire le temps, et un bon travail en souterrain, comme dirait l'autre

    Posté par Benoît, 10 août 2011 à 14:34 | | Répondre
  • En souterrain ? Moi je crois que Mayotte te "chatouille" en surface et pas qu'un peu ! Mais ça c'est le phénomène de ces îles ! J'ai ressenti la même chose après mon séjour en Calédonie ! Pas de panique, tu vas la revoir cette belle île ! Et au moins ils ont des écrivains "force de frappe", on en trouve peu dans les DOM-TOM ! Beau billet comme de coutume, et ne me dis pas que je ne suis pas objective et que tu vas sortir le Bottin, hein !!!!

    Posté par Asphodèle, 11 août 2011 à 17:42 | | Répondre
  • @ Asphodèle

    Héhé bien vu ! Mayotte me chatouille !

    Je me doutais que cette pièce te chatouillerait... Et d'accord, je range mon bottin pour le moment !

    Posté par Lili Galipette, 11 août 2011 à 17:51 | | Répondre
Nouveau commentaire