Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

04 octobre 2011

Bouquiner - Autobiobibliographie

BouquinerTexte d'Annie François.

« Annie François, sans diplômes, sans titres, sans tambour ni trompette, a passé trente ans de sa vie professionnelle à lire dans diverses maisons d’édition. Elle est décédée en 2009. » Cette courte biographie liminaire nous présente un état civil. Ce qui suit présente une âme.

Annie François décrit en quelques 200 pages son rapport aux livres et à la lecture. Objet sacré par excellent, le livre doit être protégé, entouré de soins et chéri. « Mais brûler des livres, c’est aussi déchirant que de brûler des lettres d’amour ou un cahier d’école de sa grand-mère. » (p. 28) Le lien qui se crée entre un livre et son propriétaire relève de l’irrationnel, comme toute relation oscillant entre possessivité et intimité : « Oui, un livre emprunté est sacré. L’ouvrir semble déjà une profanation. » (p. 20) Pour Annie François, la relation avec un livre est toujours tourmentée et exigeante, des deux côtés.

Au détour de ses réflexions, Annie François présente ses livres chéris et ses auteurs chouchous. L’on croise plusieurs fois Cormac McCarthy. Elle cite à tour de bras des noms et des titres. Lectrice avide, curieuse et jamais rassasiée, elle est toujours en quête d’un nouveau livre. Mais gare à l’overdose ! « Comme le boulimique évite la devanture des pâtisseries, je me détourne de la vitrine des librairies pour éviter les fringales d’entraînement, les achats compulsifs qui ne feraient qu’augmenter l’immense pile d’attente qui vacille près du lit : sûr, les ouvrages se vengeraient en me dégringolant dessus pendant mon sommeil. » (p. 39)

L’auteure présente un bouquet d’expériences dont le point commun est toujours le livre ou la lecture. La manipulation de l’objet-livre est une synesthésie, un feu d’artifices. Pour peu que l’on le laisse faire, le livre nous fait éprouver des sensations fabuleuses. Mais personne ici n’en doutait ! Seulement, il y a un hic. Plus on lit, plus on aime lire, donc plus on lit. Mais la pauvre mémoire humaine a encore des ratés. « Comment le lecteur peut-il emmagasiner tout ça ? Il n’emmagasine pas. Il est amnésique. Un clou chasse l’autre. Pour limiter les dégâts de l’oubli, il note ce qu’il lit. » (p. 117) Du classieux carnet Moleskine à l’inévitable enveloppe en passant par les blogs, le plaisir de noter prolonge le plaisir de lire et étend encore la synesthésie.

Alors, devant tant de plaisir non dissimulé, qui l’aime la suive ? Oui mais pas de trop près. Le lecteur est un personnage dont il faut se méfier et guetter les réactions épidermiques ! « Le lecteur en apnée est imprévisible : un petit baiser dans le cou peut le faire sauter au plafond. C’est un asocial, un solitaire, une sorte d’autiste. Essayez de l’empêcher de finir son paragraphe : l’être le plus amène s’ensauvage. Tant qu’un lecteur n’a pas reposé son livre de son plein gré, c’est un individu potentiellement dangereux. » (p. 73 & 74) Dangereux, mais également fragile, toujours sur la sellette. La lecture n’est pas un droit acquis, c’est un plaisir qui se gagne de haute lutte, qui se mérite. « Pour un lecteur, même modeste, le désamour de la lecture constitue un symptôme. « Je n’ai même plus envie de lire » signifie qu’il a atteint le fond de la dépression, de la fatigue, du chagrin. » (p. 101)

Le portrait qu’Annie François dresse d’elle-même, et plus largement celui de tous les mordus en lecture, déborde d’un humour gentiment féroce. Ils sont fous ces lecteurs ! Carrément atteints ! « Jamais sans mon livre. Jamais sans ma clope. La lecture a quelque chose de beaucoup moins convenable et recommandable qu’il n’y paraît. Quand je pense à tous ces parents qui se désolent de l’inappétence de leurs rejetons pour la lecture mais pétochent à la perspective d’une possible toxicomanie. Sornettes : c’est la même chose. » (p. 162) Qu’on se le dise, l’homo lectorus sait s’adapter à son milieu et il trouvera partout sa dose nécessaire ! Pour ceux qui en doutaient, oui je me suis reconnue dans ce portrait à l’encre très sympathique !

Posté par Lili Galipette à 03:30 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [9] - Permalien [#]

Commentaires sur Bouquiner - Autobiobibliographie

  • ce petit livre est (bien sûr) dans ma PAL !!!!!!

    Posté par George, 04 octobre 2011 à 08:41 | | Répondre
  • @ George

    Même pas étonnée !

    Posté par Lili Galipette, 04 octobre 2011 à 09:30 | | Répondre
  • Je me souviens avoir beaucoup ris quand je l'avais lu mais un passage en particulier m'a marquée. Il s'agit de celui ou elle déclare que si on interdit un accès aux livres à un ado, on verra le vrai rebelle dans celui qui contourne cette interdiction.

    Posté par Axl, 04 octobre 2011 à 17:38 | | Répondre
  • @ Axl

    Un très beau passage en effet !

    Posté par Lili Galipette, 04 octobre 2011 à 19:12 | | Répondre
  • Un livre que j'ai beaucoup aimé et qui a fait grossir ma PAL et ma LAL!!!

    Posté par Jules, 04 octobre 2011 à 20:37 | | Répondre
  • @ Jules

    Idem !! J'ai lu ce livre pendant mes vacances au Québec et heureusement : poids limité en soute, sinon j'aurais foncé chez Renaud Bray pour acheter tous les titres qui me tapaient dans l’œil !!!

    Posté par Lili Galipette, 04 octobre 2011 à 20:43 | | Répondre
  • Ravie que tu aies aimé ! Je l'ai acheté pour moi, finalement !

    Posté par Liliba, 19 octobre 2011 à 19:07 | | Répondre
  • @ Liliba

    Je suis certaine que tu te régaleras !!

    Posté par Lili Galipette, 21 octobre 2011 à 18:03 | | Répondre
  • Je pense que oui, vu le sujet

    Posté par Liliba, 21 octobre 2011 à 20:46 | | Répondre
Nouveau commentaire