Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

28 mars 2012

La dernière conquête du major Pettigrew

Derni_re_conqu_te_du_Major_PettigrewPremier roman d'Helen Simonson.

Le major Ernest Pettigrew, retraité du régiment du Royal Sussex, apprend la mort de son frère Bertie. Au-delà de la douleur, il reste la solitude. Veuf depuis plusieurs années, le major constate que les chers liens de l’existence se rompent les uns après les autres. Et ce n’est pas auprès de son fils, l’ambitieux Roger, qu’il sait pouvoir trouver du réconfort et de l’affection. L’avenir du major semble devoir se résumer à des parcours de golf, des invitations à prendre le thé et des parties de chasse avec la fine fleur des fusils d’Edgecombe Saint Mary.

Le petit village de la campagne anglaise vit doucement à des kilomètres d’une Londres chatoyante, bruyante, moderne et un brin vulgaire. Seule la boutique de Mme Ali, d’origine pakistanaise, rompt la monotonie traditionnelle du village. Veuve depuis peu, Mme Ali a recueilli un grand neveu, Abdul Wahid, et essaie de lui faire oublier ses idées trop religieuses. Indépendante et radieuse, cette femme touche le cœur engourdi du major. Dernière toquade ou véritable amour ? C’est ce que dira ce roman où les senteurs poussiéreuses sont électrisées par des épices et des couleurs orientales.

Le major Ernest Pettigrew est un homme selon mon cœur, un parfait gentleman anglais. Attaché aux traditions, fidèle à certains principes et valeurs, il n’est cependant pas engoncé dans une attitude austère. « Je crois fermement qu’il existe encore quelques rares individus qui continuent de croire en l’Angleterre que Kipling aimait. Malheureusement, nous sommes une poignée de reliques poussiéreuses. » (p. 154) Le cœur et l’esprit ouverts, il ne tolère pas que Mme Ali soit considérée comme une simple marchande. Les sarcasmes de son fils et le qu’en-dira-t-on des membres du club d’Edgecombe Saint Mary n’étouffent pas la flamme qu’il nourrit pour la belle veuve. « Le major fut une fois de plus sidéré de constater le nombre de gens animés de cette envie de perdre leur temps et leur énergie à juger défavorablement les autres. » (p. 220)

Avec Rudyard Kipling et ses livres pour chaperons bienveillants, cette histoire d’amour se décline en pudeurs et en délicatesses vraiment charmantes. « Il eut le sentiment de ne pas avoir de mission plus importante et plus épanouissante que de faire rire Mme Ali. » (p. 94) La séduction est douce, mais parfois traversée de folles initiatives. Le major a passé l’âge des emportements irréfléchis et pas question de se conduire à la hussarde, mais il se laisse aller à la tendre folie de cette dernière passion, tout en respectant, peut-être à outrance, l’honneur de Mme Ali. « Il se rendit compte qu’il lui inspirait à la fois confiance et le sentiment d’être son obligé – ce qui interdisait à un homme honorable de tenter avant longtemps de l’embrasser. Il se maudit de sa sottise. » (p. 238) Lentement, le major se libère de certaines craintes et ose alors revendiquer le doux sentiment qu’il porte à Mme Ali. C’est une fameuse paire de fusils Churchill qui représente tout ce dont le major aura à se libérer pour être enfin prêt à aimer une dernière fois.

Le major Pettigrew et Mme Ali ne sont pas les seuls à connaître les errements du cœur. Abdul Wahid et Roger, incarnation de la génération future, se débrouillent aussi mal que leurs aïeux. « L’espèce humaine est partout la même, dès lors qu’il s’agit des relations de cœur. [...] Une absence saisissante de maîtrise des pulsions associée à une totale myopie. » (p. 256) Toutefois, le roman d’Helen Simonson déborde d’un bel optimisme : au diable la raison quand il s’agit d’amour, au diable la tentaculaire famille pakistanaise et ses codes, au diable l’étroitesse pincée des dames patronnesses ! Le choc des cultures est particulièrement bien rendu. Edgecombe Saint Mary est un village typique de la campagne anglaise. Mme Ali est une représentante discrète de la culture pakistanaise et musulmane. C’est en organisant un bal foutraque sur le thème des derniers jours de l’Empire moghol que le si digne club du village met le feu aux poudres. Tous les regards se tournent alors avec le digne major et la belle épicière. La dernière conquête du major Pettigrew n’est pas qu’amoureuse, elle est sociale et personnelle.

Détail anecdotique, mais qui a amorcé ma lecture sous de bons auspices : j’ai trouvé la première de couverture particulièrement belle. Il y a tant de promesses dans ces deux pardessus enlacés ! En dépit de quelques phrases maladroites et de coquilles, j’ai été happée par ce roman d’amour qui distille un humour très fin et très sûr. Le major Pettigrew a fait une autre conquête en ma personne et je gage que de nombreuses lectrices succomberont au charme tout britannique de ce gentleman.

Un grand merci à Christelle, des éditions Robert_Laffont, pour l'envoi de ce livre et d'une boîte du fameux thé du major Pettigrew. Les deux découvertes ont été savoureuses et la rencontre de blogueuses sur le stand des éditions Robert Laffont au Salon du livre a été un très bon moment.

Posté par Lili Galipette à 10:10 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [12] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur La dernière conquête du major Pettigrew

    J'ai presque terminé le livre, il me reste 30 pages à dévorer ! C'est un très joli livre, une bouffée de campagne anglaise très rafraichissante !

    Posté par Titine, 28 mars 2012 à 11:48 | | Répondre
  • @ Titine

    Du même avis que toi !

    Posté par Lili Galipette, 28 mars 2012 à 11:56 | | Répondre
  • C'est d'ailleurs la couverture qui m'a fait acheter le livre en version originale. Je suis contente qu'elle soit la même en français!

    Posté par Jules, 28 mars 2012 à 15:21 | | Répondre
  • Ton avis ainsi que le commentaire de Titine font encore grandir l'envie de s'y plonger. Chouette !

    Posté par Stephie, 28 mars 2012 à 15:25 | | Répondre
  • @ Jules

    C'est en effet assez rare que les couvertures suivent la traduction. J'espère que le livre te plaira.

    Posté par Lili Galipette, 28 mars 2012 à 15:27 | | Répondre
  • @ Stephie

    J'espère qu'il te plaira autant qu'à nous.

    Posté par Lili Galipette, 28 mars 2012 à 15:28 | | Répondre
  • Tout à fait le genre de roman british qui pourrait me plaire !

    Posté par Miss Alfie, 28 mars 2012 à 16:00 | | Répondre
  • @ Miss Alfie

    Je n'en doute pas !!

    Posté par Lili Galipette, 28 mars 2012 à 16:57 | | Répondre
  • j'ai juste parcouru ton billet pour conserver la surprise ! mais si tu as aimé ainsi que Titine, ça me paraît bien parti pour que j'aime aussi cette lecture !

    Posté par George, 28 mars 2012 à 19:00 | | Répondre
  • @ George

    Je parie un carambar que tu vas aimer !!

    Posté par Lili Galipette, 28 mars 2012 à 19:07 | | Répondre
  • La couverture m'avait tapée dans l'oeil ! Et si le contenu est à la hauteur, je vais avoir du mal à résister...

    Posté par Cynthia, 28 mars 2012 à 23:37 | | Répondre
  • @ Cynthia

    Ah, cette couverture !!!

    Posté par Lili Galipette, 29 mars 2012 à 07:21 | | Répondre
Nouveau commentaire