Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

14 juin 2012

Les enfants de l'aube

Enfants_de_laubeRoman de Patrick Poivre d'Arvor.

Alexis assiste au suicide de son père, Tristan. Il ne lui reste qu’un carnet dans lequel Tristan raconte son histoire avec Camille. C’est ainsi que l’enfant découvre l’amour de ses parents.

Tristan est un adolescent malade qui se complaît dans la douleur. « Tristan, si tu t’arrêtes de pleurer, mon vieux, appuie là où tu souffres, et, tu verras, cela repartira tout seul. Cela te va si bien à l’âme et au teint de te sentir seul au monde, malheureux comme les pierres. » (p. 19) Envoyé dans un sanatorium suisse, le garçon rencontre Camille, malade comme lui. Mais l’adolescente ne se laisse pas vaincre sans combattre. Avide de vivre et de ressentir, elle séduit Tristan et l’entraîne dans une passion ravageuse. L’adolescent écrit avec fièvre des déclarations brûlantes et exaltées. Désormais, il ne veut plus vivre que pour Camille. « Je sais que je vais mourir avant les autres. Mais je voudrais que ce soit avec vous. Ou après vous avoir connue. Brûlez-moi. » (p. 48)

Tristan et Camille sont des enfants que la maladie a fait grandir trop vite. Comment rester enfant quand la mort risque de vous saisir avant vos vingt ans ? Il faut que tout aille plus vite et plus fort. À 15 et 16 ans, ils ne sont plus innocents. Alors que Tristan est prêt à tout donner, Camille affirme une indépendance têtue. « Don’t be jealous, darling. Les autres, c’est du pipi. Mais je suis sur un nuage. On ne m’attrape pas. Let me fly. » (p. 85) Pour préserver leur amour, les adolescents fuguent. Cette parenthèse volée au temps et aux adultes est à la fois une épreuve et une récompense. « Le matin du troisième jour, nous avons commencé à comprendre que ce voyage avait un sens et que nous allions beaucoup plus loin que le simple bonheur d’être ensemble. » (p. 94) À s’aimer si fort, Tristan et Camille font un enfant. Mais la naissance du petit Alexis sera la fin de Camille.

Ce roman a tout pour être très émouvant, mais je ne suis décidément pas faite pour les amours adolescentes et les fugues. J’y ai retrouvé ce qui m’avait déplu dans E=mc², mon amour de Patrick Cauvin ou L’attrape-cœur de Salinger. Mon adolescence a été trop sage, voire trop morne, pour que je vibre au récit des exaltations d’autres adolescents. Voici un roman qui devrait plaire à de jeunes lecteurs. Pour moi, c’est décidément trop tard.

Posté par Lili Galipette à 07:00 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [10] - Permalien [#]

Commentaires sur Les enfants de l'aube

  • Je n'ai accroché tout à fait ni "E=mc²" ni à "l'Attrape coeurs". Par conséquent, ce roman, je crois, n'est pas pour moi. Du moins, il ne me tente guère.

    Posté par Reka, 14 juin 2012 à 15:00 | | Répondre
  • @ Reka

    Passe ton tour sans regret !

    Posté par Lili Galipette, 14 juin 2012 à 15:16 | | Répondre
  • Moi j'ai adoré L'attrape-coeurs, E= Mc2 n'étant qu'un vague souvenir... Par contre j'avais commencé un livre de PPDA que je n'ai pu finir, à voir !

    Posté par Asphodèle, 14 juin 2012 à 20:12 | | Répondre
  • @ Asphodèle

    L'histoire est jolie, plaisante... Mais je ne suis pas/plus la cible.

    Posté par Lili Galipette, 14 juin 2012 à 21:29 | | Répondre
  • Non.

    Je m'abstiendrai de remarques concernant l'auteur...

    Et je passe aussi mon tour: ça m'a l'air un tantinet trop sérieux (alors qu'au moins, j'avais bien souri aux aventures des personnages de "E=MC2 mon amour" (lu à l'adolescence) et de "Pythagore, je t'adore" (je me souviens d'avoir acheté mon exemplaire dans une petite librairie de Vire il y a dix ans)).

    Posté par DF, 15 juin 2012 à 14:45 | | Répondre
  • @ DF

    Je plussoie à ton absence de remarque sur l'auteur !

    Posté par Lili Galipette, 15 juin 2012 à 17:38 | | Répondre
  • Je ne dirai rien moi non plus sur l'auteur. Ce n'est pas mon genre de bouquin. Les amours des ados m'ennuient à mourir.

    Posté par Lydia, 15 juin 2012 à 17:54 | | Répondre
  • @ Lydia

    J'arrive à la même conclusion...

    Posté par Lili Galipette, 15 juin 2012 à 18:01 | | Répondre
  • Moi aussi j’ai été sage alors ce roman ne me concerne pas!

    Posté par missycornish, 26 juin 2012 à 16:41 | | Répondre
  • @ Missycornish

    Hihi, bienvenue au club !

    Posté par Lili Galipette, 26 juin 2012 à 18:15 | | Répondre
Nouveau commentaire