Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

18 août 2012

Watership Down

Watership_DownRoman de Richard Adams.

Hazel et Fiver sont deux frères lapins dont la seule préoccupation est de chercher à manger en compagnie de leurs amis. Leur vie aurait pu se poursuivre sur ce mode idyllique, mais Fiver est doté d’un don de prémonition : « If I start feeling there’s anything dangerous, I’ll tell you. » (p. 18) Le jeune lapin est en quelque sorte les yeux et les oreilles de la garenne, et son frère Hazel a toute confiance en ses capacités. « He can often tell when there’s anything bad about, and I’ve found him right again and again. » (p. 23) Et voilà qu’un projet immobilier est prévu sur la garenne. Chief Rabbit, grand maître de la communauté des lapins, ne prête pas foi aux avertissements de Fiver et refuse de quitter la garenne. Mais Hazel et Fiver ne comptent pas attendre l’arrivée du danger et décident de trouver un nouveau lieu où s’installer. Ils sont suivis de nombreux lapins pour qui ce voyage sera la plus extraordinaire des aventures.

Ce fut un vrai plaisir de suivre les péripéties de ces adorables petits mammifères dont les prénoms originaux résonnent très joliment sur la garenne : Hazel, Fiver, Dandelion, Bigwig, Hawkbit, Silver, Buckthorn, Toadflax, Cowslip, etc. Cette longue odyssée pour atteindre les garennes de Watership Down est pleine de dangers et de difficultés. Pour ces petits mammifères, traverser une route ou franchir une rivière sont de grandes épreuves. « To rabbits, everything unknown is dangerous. The first reaction is to startle, the second to bolt. » (p. 34) Oui, les lapins sont peureux. Non, ils ne sont pas des héros sans peur et sans reproche. Mais, peu à peu, ils vont surmonter leurs terreurs, éprouver leur courage et oser l’incroyable.

Ce roman n’est pas simplement un texte de littérature jeunesse. Richard Adams développe un univers riche et complet dans lequel les lapins ont un langage propre avec des idiomes originaux. Les lapins ont également une religion particulière et une mythologie riche de légendes dont le lapin El-Ahrairah est le fabuleux héros. Entre roman d’aventures et conte philosophique, Watership Down est un texte frais, pétillant, drôle et émouvant. Les jeunes lecteurs ne bouderont pas leur plaisir, mais les adultes y trouveront aussi de quoi se régaler.

Cette lecture m’a rappelé un dessin animé que j’ai regardé des dizaines de fois avec mon frère et mes sœurs. Si vous ne connaissez pas Les animaux du bois de Quatre-Sous, je vous le conseille ! Et je savais que j’avais déjà entendu parler du roman de Richard Adams. Grâce à Internet, bingo ! Le livre est cité dans le film Donnie Darko où un grand lapin maléfique fait des siennes auprès d’un adolescent. Encore un chef-d’œuvre que je vous conseille !

Voici un billet avec peu de citations, mais j’ai été bien prise par la lecture et par mon dictionnaire franco-anglais. Et puis on me reproche de donner des citations non traduites, alors je m’abstiens ! J’ai vu que le roman a été adapté plusieurs fois, mais je n’arrive pas à mettre la souris sur une version sous-titrée ou traduite. Alors, appel aux bonnes âmes : je ne suis jamais rassasiée de lapins, en tout bien, tout honneur !

Posté par Lili Galipette à 13:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [4] - Permalien [#]

Commentaires sur Watership Down

    Même en anglais ! C'est vraiment une passion ces lapins !

    Posté par Lydia, 19 août 2012 à 10:49 | | Répondre
  • @ Lydia

    Et oui, j'en vois et j'en trouve partout !

    Posté par Lili Galipette, 19 août 2012 à 11:16 | | Répondre
  • En parlant de lapins, je t'ai trouvé un truc que tu vas adorer ...

    En tout cas, contente que le livre t'ait plu ! (tu me le prêterassss ? yeux de lapins)

    Posté par missbouquinaix, 20 août 2012 à 10:30 | | Répondre
  • @ missbouquinaix

    Un truc ? Quel truc ????????
    Range tes yeux de lapins, je te prête ce livre !

    Posté par Lili Galipette, 20 août 2012 à 10:38 | | Répondre
Nouveau commentaire