Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

08 octobre 2012

La faute de l'abbé Mouret

Faute_de_labbe_mouretRoman d’Émile Zola.

Après la mort tragique de ses parents dans La conquête de Plassans, Serge est entré au séminaire. Il est désormais l’abbé Mouret et il administre la cure des Artaud, une terre rude, presque païenne. Le jeune prêtre a pris avec lui sa jeune sœur Désirée. Elle est devenue une belle femme, mais son esprit est toujours celui d’une enfant et rien ne l’intéresse que sa basse-cour. L’abbé Mouret est un homme d’une foi ardente et d’une piété infinie qui rêve d’extase pure, dépouillée de l’avilissement des sens. « Après son ordination, le jeune prêtre était venu aux Artaud sur sa propre demande, avec l’espoir de réaliser son rêve d’anéantissement humain. » (p. 59) Désireux de traverser la vie dans une ascèse spirituelle, il est soudain rattrapé par les exigences de la chair quand il croise le regard de la jeune Albine, jeune fille à demi sauvage qui a grandi dans un jardin perdu des environs, le Paradou.

Heurtée à la réalité des sens, sa grande ferveur a plié et l’abbé Mouret est tombé gravement malade. Éloigné de sa cure par son médecin, il est soigné par Albine. Entre les mains de la jeune fille, il renaît. Il a tout oublié de son passé et ne veut qu’étancher son immense soif de tendresse. Dans les ombres tendres et propices du Paradou, les jeunes gens vont découvrir l’amour. Serge ne peut se passer de son amoureuse. « Je viens de m’éveiller, et je t’ai trouvée là, pleine de roses. » (p. 179) Dans ce grand jardin sauvage, réplique de l’Éden perdu, l’abbé Mouret – redevenu Serge – et Albine font l’apprentissage de la sensualité et de la chair. « C’était le jardin qui avait voulu la faute. »  (p. 246) L’aboutissement du plaisir rend à Serge sa vitalité perdue et sa mémoire. Le voilà redevenu l’abbé Mouret, rougissant de honte devant sa faute, mais incapable de ne pas aimer Albine. La solitude bénie des deux amants se heurte au monde dans le mur du Paradou s’effondre.

L’abbé Mouret n’avait pas la foi ambitieuse et arriviste de l’abbé Faujas, détestable ecclésiastique de La conquête de Plassans. Il mène une vie de foi et d’adoration divine jusqu’à la faute qui est annoncée dès le titre. Malgré ses dévotions, l’abbé n’échappera pas au péché et le drame se noue sous les regards de la Teuse, la vieille sacristine, ceux du Frère Archangias, religieux enragé contre les femmes et ceux du docteur Pascal, l’oncle de Serge. « Était-ce une damnation d’aimer Albine ? Non, si cet amour allait au-delà de la chair, s’il ajoutait une espérance au désir de l’autre vie. » (p. 320) Alors que la parenthèse enchantée est marquée du sceau de la honte, l’abbé Mouret se perd entre une foi ardente et un amour tout aussi brûlant, « raidi dans cette volonté de prêtre cachant les agonies de sa chair sous la dignité du sacerdoce. » (p. 335)

Dans des chapitres plus courts que ceux auxquels il nous a habitués dans les précédents volumes de la saga, Émile Zola chante la chair, la sensualité et le plaisir. Le Paradou est une jungle aux parfums étouffants, un boudoir d’amour à ciel ouvert. Adam et Ève des temps modernes, Serge et Albine échouent à préserver leur paradis : ici, le Dieu courroucé est un frère grossier, mais cela suffit à précipiter les amants dans des abîmes de tourments. En quatrième de couverture, Joris-Karl Huysmans célèbre La faute de l’abbé Mouret : « Ce volume n’est point à proprement parler un roman, mais bien un poème d’amour, et l’un des plus beaux poèmes que je connaisse. » À n’en pas douter, il a écrit ces mots avant de renier et d’agonir le naturalisme, mais son appréciation reste très juste. Sous les ombres et derrière les arbres du Paradou, un nouveau Cantique des Cantiques a été écrit. À la lyre, Salomon-Zola a chanté les beautés de l’amour avant la faute et le regard des vicieux.

Challenge_Relisons_les_Rougon_Macquart

Posté par Lili Galipette à 14:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [18] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur La faute de l'abbé Mouret

    Oh oui que j'avais aimé ce livre ! Je le trouve plus positif (malgré la fin) que les autres, et j'ai adoré la description de la nature luxuriante du Paradou ! Un très beau roman, une belle histoire d'amour (et pour une fois, ils ne finissent pas fous et l'hérédité est moins présente !)

    Posté par missbouquinaix, 08 octobre 2012 à 14:32 | | Répondre
  • L'hérédité est moins présente, mouais... Désirée, on le savait déjà, est simplette. Et Serge est torturé par des instincts très primaires, même s'ils sont sublimés par l'amour et la foi. Et comme Albine n'accouche pas, on ne sait pas ce que cela aurait donné avec les rejetons de Serge...

    Mais tu as raison, c'est une très belle histoire d'amour.

    Cela dit, je ne trouve pas ce roman positif : Zola nous dit que, même pour les êtres bons et pleins d'amour, la fin sera la même et l'issue sera tragique. On se moque bien que l'abbé Faujas meure, mais que ça arrive à la jolie et tendre Albine, c'est rageant. Donc il me semble que c'est un roman très peu positif, sauf pour la parenthèse enchantée dans le Paradou : il y a comme un cynisme énorme dans ce volume. Même les anges et les amoureux sont condamnés.

    Posté par Lili Galipette, 08 octobre 2012 à 14:41 | | Répondre
  • Très très belle critique Lili. Zola t'inspire ! La fin est une petite merveille.

    Posté par Lydia, 08 octobre 2012 à 15:00 | | Répondre
    • Merci. Zola me porte et m'apporte beaucoup en ce moment.

      Posté par Lili Galipette, 08 octobre 2012 à 15:11 | | Répondre
  • oui c'est vrai que maintenant que tu le dis ... mais tout de même, la parenthèse enchanteresse sort de l'ordinaire ...
    Et puis pour Zola il ne peut y avoir de positif en lien avec la religion, il ne l'aime décidément pas ...
    Et oui j'avais oublié la phrase du Dr Pascal sur l'hérédité ... mhh Bon j'attaque le suivant !

    Posté par missbouquinaix, 08 octobre 2012 à 15:40 | | Répondre
  • Voilà pourquoi j'ai très envie de relire cette série, je suis incapable de relier les tomes entre eux comme tu le fais. Ce roman m'avait énormément plu, pour sa poésie, pour la question de la religion...Et ton billet lui rend hommage.

    Posté par Natiora, 08 octobre 2012 à 16:05 | | Répondre
    • Merci Natiora !
      Quand j'ai commencé à lire cette sage, je ne pensais pas qu'il était utile de lire les tomes dans l'ordre, mais ça se révèle essentiel pour bien comprendre le projet de l'auteur.
      A bientôt.

      Posté par Lili Galipette, 08 octobre 2012 à 16:10 | | Répondre
  • Tu sais faire envie et ton billet est somptueux comme souvent !!! Tu m'avais dit que l'ordre n'était pas important et maintenant tu dis que c'est crucial, je fais quoi avec Le ventre de Paris ??? J'ai déjà lu La Curée...

    Posté par Asphodèle, 08 octobre 2012 à 17:31 | | Répondre
    • Mea Culpa. À mesure que je progresse dans ce cycle romanesque, je deviens modeste et je rends à Zola ce qui lui revient, à savoir un projet global qui se comprend mieux si on suit l'ordre dans lequel il a été conçu.
      Mais après, chacun fait comme il veut et tu es bien assez sage et avisée pour pouvoir remettre les wagons dans l'ordre après lecture.

      Posté par Lili Galipette, 08 octobre 2012 à 17:53 | | Répondre
  • Rhaaaa tu fonces, moi j'en suis encore qu'au début! Je ne lis pas ton avis, je le garde pour après ma lecture

    Posté par Melusine1701, 08 octobre 2012 à 18:26 | | Répondre
    • Je l'ai commencé samedi, donc j'avais de l'avance.

      Posté par Lili Galipette, 08 octobre 2012 à 18:32 | | Répondre
  • On sent l'enthousiasme amoureux de la lectrice dans ce billet !

    Posté par George, 08 octobre 2012 à 19:01 | | Répondre
  • Mouais, je suis moins enthousiaste que toi, je m'attendais à un abbé plus torturé et moins romantique...

    Posté par Melusine1701, 15 octobre 2012 à 22:28 | | Répondre
    • Je le trouve très torturé, moi ! Au début, quand il rêve que l'Eglise écrase les Artaud et, à la fin, quand il rêve qu'Albine écrase l'église ! wahoo !!

      Posté par Lili Galipette, 16 octobre 2012 à 06:35 | | Répondre
  • Entamé comme tu le sais ce week-end, j'ai plus de mal avec le style lyrique et poétique qui me déconcerte un peu par rapport aux autres romans de Zola que j'ai lu pour le moment. Mais je ne doute pas qu'il s'agisse d'un immense roman, la manière dont Zola positionne la religion et le mysticisme qui l'accompagne parfois... Allez, j'y retourne !

    Posté par Miss Alfie, 17 août 2014 à 20:10 | | Répondre
Nouveau commentaire