Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

26 octobre 2012

La librairie Tanabe

Librairie_TanabeRecueil de récits policiers de Miyuki Miyabe.

  • De terribles années
  • Mort sans mot dire
  • Le clairon menteur
  • Le chasseur solitaire
  • Un mois de juin peu ordinaire

Monsieur Iwa tient une librairie de livres d’occasion dans la ville de Tanabe. Son petit-fils, le jeune Minoru, lui prête main forte le week-end. Le vieux Iwa est doté d’un gros bon sens et d’un esprit de déduction assez poussé. Il est un peu le justicier des environs et il résout les mystères qui entourent des corps calcinés dans un abri antiatomique, des meurtres qui ressemblent à l’intrigue d’un roman ou le malheur d’un enfant battu.

Au sens étymologique, le policier est celui qui fait appliquer l’ordre et maintient le calme dans la cité. Monsieur Iwa est de cette trempe, même s’il ne sort pas souvent de sa boutique et qu’il passe beaucoup de temps à réprimander son petit-fils. Je n’ai pas vraiment apprécié ce recueil. Une nouvelle doit être concise, c'est-à-dire courte et condensée. Pour moi, ces récits ne sont que courts, voire sans profondeur. Et ce qui m’a surtout gênée, c’est une certaine idée selon laquelle les livres sont coupables. Ils sont au centre de toutes les intrigues et ils provoquent les malheurs. Pour moi, le livre est source de réconfort et d’épanouissement. Je suis donc opposée à l’esprit général de ce recueil.

Et, comme souvent, j’ai bien du mal à entrer dans les textes asiatiques. En premier lieu, je me mélange les yeux avec tous ces noms étrangers. Ensuite, c’est clairement une culture que je ne maîtrise pas : elle m’intéresse, mais je n’arrive pas à la cerner au travers des livres.

C’est donc une lecture ratée. J’espère qu’elle plaira davantage à mes copines du club de lecture. Mais certaines ne sont pas sensibles au genre policier et d’autres apprécient peu le format de la nouvelle.

Posté par Lili Galipette à 10:00 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [12] - Permalien [#]

Commentaires sur La librairie Tanabe

  • La littérature asiatique et moi... ça ne fait pas bon ménage !

    Posté par Lydia, 26 octobre 2012 à 18:44 | | Répondre
    • Pareil pour moi, mais ça me frustre beaucoup. Je me rappelle du "Fusil de chasse" de Yasushi Inoué : une poésie incroyable, une beauté folle des mots et des idées, mais je n'ai pas compris grand chose...

      Posté par Lili Galipette, 26 octobre 2012 à 19:35 | | Répondre
      • Moi, ça ne me frustre pas. Je me dis que j'ai déjà tellement de bouquins de littérature française à lire que je ne vais pas me casser la tête à essayer de comprendre la littérature asiatique...

        Posté par Lydia, 27 octobre 2012 à 12:15 | | Répondre
      • C'est vrai, mais je suis curieuse de tout.

        Posté par Lili Galipette, 27 octobre 2012 à 12:25 | | Répondre
  • J'aime la littérature asiatique et j'aime les nouvelles, mais j'aime les nouvelles abouties, qui présentent une vraie histoire du début à la fin. Vu ce que tu en dis ce n'est pas le cas ici, donc hop, je zappe !

    Posté par Natiora, 26 octobre 2012 à 19:13 | | Répondre
    • Il y a de vraies histoires, mais le style est elliptique !

      Posté par Lili Galipette, 26 octobre 2012 à 19:36 | | Répondre
  • C'est dommage la littérature asiatique est pourtant très riche!

    Posté par herisson08, 30 octobre 2012 à 22:33 | | Répondre
  • Je suis tout à fait d'accord avec ta critique! Je suis aussi rassurée de voir que je ne vais pas être la seule à ne pas avoir aimé ce livre!

    Posté par Accalia, 06 novembre 2012 à 17:57 | | Répondre
  • je viens de lire ce livre, je cite ton article dans le mien sur mon blog. bonne soirée!

    Posté par Profil supprimé, 12 juin 2013 à 19:17 | | Répondre
Nouveau commentaire