Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

18 novembre 2012

Billevesée du dimanche #47

L'argot est parfois appelé "la langue verte". En dépit de mes nombreuses recherches, je n'ai pas trouvé pourquoi. Serait-ce parce qu'elle est particulièrement fleurie ou qu'elle est si vilaine qu'elle pourrit métaphoriquement la bouche ?

Si vous avez des informations, je suis preneuse !

Alors, billevesée ?

Billevesee_langueverte

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [13] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Billevesée du dimanche #47

  • On parle aussi du Vert Galant en citant Henri IV. La couleur doit désigner à mon sens une certaine gouaille et un penchant pour la gaudriole !!

    Posté par mamanous, 18 novembre 2012 à 10:17 | | Répondre
  • Langue verte, pour argot (1852), correspond à la fois à "jargon des jeux" ( à cause de tapis vert) et à " langue forte, rude, pittoresque".
    Source : Le Robert Dictionnaire historique de la langue française

    je ne sais pas si cela amène quelque chose de plus....Explication un peu succinte je trouve...enfin cela explique le "vert".

    Posté par laurence M, 18 novembre 2012 à 11:21 | | Répondre
    • Merci pour la précision, ça explique en effet le vert !

      Posté par Lili Galipette, 18 novembre 2012 à 11:32 | | Répondre
  • Le vert n'a pas une très bonne réputation, surtout avant... Je suis en pleine lecture de "Noir" de Pastoureau alors je suis complètement obsédée par les couleurs!

    Posté par Violette, 18 novembre 2012 à 13:40 | | Répondre
  • Tiens, voilà une "colle" qui m'intéresse !

    Posté par Lydia, 18 novembre 2012 à 17:48 | | Répondre
    • En plus, tu as sûrement des sources plus fournies que les miennes !

      Posté par Lili Galipette, 18 novembre 2012 à 17:49 | | Répondre
      • Pas sûr !

        Posté par Lydia, 18 novembre 2012 à 18:19 | | Répondre
  • Vous avez donc dit « langue verte » ! Mais pourquoi verte, au fait? Selon le lexicographe Gaston Esnault, auteur du Dictionnaire des argots (1965), l'expression naît, et la chose n'a a priori rien de bien surprenant, autour des tapis
    de la même couleur, c'est-à-dire dans le monde du jeu. La « langue verte » serait donc, à l'apparition de l'expression c'est-à-dire à la moitié du xixe siècle, le « langage cabalistique des joueurs ». Rien n'interdit cependant de penser
    avec Alfred Delvau, Esnault le note également, que cette formulation fasse aussi allusion à la verdeur, à l'agilité et à la hardiesse d'un langage hors-piste. Hardiesse, agilité et verdeur...



    L'argot : On désigne souvent ce dernier sous le nom de «langue verte», appellation qui trouverait son origine dans le «tapis vert» (la table de jeu) sur lequel jouaient des tricheurs à l'argot bien distinctif. Généralement, on entend par «argot» la langue secrète des «malfaiteurs» de toutes sortes, le jargon qu'ils utilisent pour mieux exclure toute personne étrangère à leur milieu.


    Pour compléter un peu mon Robert, peu bavard là-dessus, voilà ci-dessus ce que j'ai trouvé sur le net. Un mélange sans doute de cette langue utilisée par des tricheurs que ne voulaient pas se faire comprendre des autres autour du tapis vert et puis le sens de vert " vigoureux", pour ce langage bien hardi et haut en couleur...

    J'aime bien les billevesées du dimanche ( et la sonorité de ce mot).

    Posté par laurence M, 18 novembre 2012 à 20:58 | | Répondre
    • Merci pour toutes tes précisions ! Et merci de ton intérêt pour mes billevesées !

      Posté par Lili Galipette, 19 novembre 2012 à 07:49 | | Répondre
  • Intéressant !

    Posté par liliba, 24 novembre 2012 à 11:35 | | Répondre
Nouveau commentaire