Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

04 février 2013

L'homme qui rit

Homme_qui_ritRoman de Victor Hugo. Lecture commune avec Mélusine.

Résumer cet énorme roman est chose impossible ! Disons simplement que Gwynplaine est un enfant abandonné. Une froide nuit d’hiver, il a sauvé un bébé. Depuis, Dea et lui sont inséparables et tendrement unis. Mais le passé de Gwynplaine va le rattraper : l’homme sans cesse moqué va se voir offrir une toute autre vie, pleine d’honneur. Reste à savoir s’il en voudra.

Pourquoi est-il moqué ? Il faut vous dire que Gwynplaine est un homme défiguré. « La nature avait été prodigue de ses bienfaits envers Gwynplaine. Elle lui avait donné une bouche s’ouvrant jusqu’aux oreilles, des oreilles se repliant jusqu’au nez, un nez informe fait pour l’oscillement des lunettes de grimacier et un visage qu’on ne pouvait pas regarder sans rire. » (p. 349) Au 17e siècle, le commerce des enfants allait bon train et était encore plus lucratif quand la marchandise était défigurée pour créer de vilains bouffons. « Cela faisait des êtres dont la loi d’existence était monstrueusement simple : permission de souffrir, ordre d’amuser. » (p. 81) Gwynplaine est l’Homme qui rit : il arbore à jamais un sourire figé, taillé dans sa propre chair. « Vous masquer à jamais avec votre propre visage, rien n’est plus ingénieux ? » (p. 85) Dès qu’il apparaît, la foule éclate de rire devant son visage contrefait.

Il faut aussi vous dire que Dea est aveugle. Cette infirmité non défigurante la coupe du monde, mais lui ouvre le cœur. Pour elle, Gwynplaine est unique, parfait, absolument beau. Et Gwynplaine est à genoux devant la beauté parfaite de Dea. Entre celui qu’il ne faudrait pas voir et celle qui ne voit pas, l’amour dépasse le visible.

Mais il faudrait aussi vous parler d’Ursus et Homo, un philosophe et un loup. Présentés dans le premier chapitre, ils semblent être des personnages légendaires, mais sont finalement bien réels. Il ne faut pas oublier les naufragés de l’ourque et la bouteille qu’ils ont jetée dans l’océan furieux. Et n’oublions pas Lord Clancharlie, Lord David Dirry-Moir, Lady Josiane et la reine Anne. Et aussi Barkilphedro, à la fois espion et déboucheur des flacons rejetés sur les rivages.

Gwynplaine est un personnage éminemment pathétique en ce qu’il attire la compassion. Défiguré pour faire la fortune de ses maîtres et le plaisir de la foule,  il est une marionnette consciente. Le rictus figé dans sa chair est sa ressource et sa malédiction. « Il y a du consentement dans le sourire, tandis que le rire est souvent un refus. » (p. 77) « Seulement, le rire est-il synonyme de la joie ? » (p. 349) Quand Victor Hugo s’interroge sur des traditions passées, il donne un avis qui se prétend objectif, mais qui est évidemment tranché.

Le texte de Victor Hugo est un roman historique, d’amour et de cape et d’épée. Les longs développements historiques liminaires font montre du grand savoir de l’auteur, mais également de sa maîtrise du récit. Tous les faits et toute cette matière historique sur l’Angleterre se mettent en place et se tiennent. « À tout fait se rattache un engrenage. » (p. 530) L’homme qui rit est une fabuleuse cornu copia littéraire, mais également un roman un peu fou. Par ailleurs, Victor Hugo ne se contente pas de parler de l’Angleterre ou de renvoyer à l’histoire française ou antique : il ironise souvent et critique sans vergogne. Sous sa plume, le sarcasme est érudit et les anecdotes historiques illustrent à merveille ce qui peut aussi se lire comme un virulent traité politique et social.

L’homme qui rit est un pavé, mais c’est un chef-d’œuvre ! Oubliez le nombre de pages et laissez vous prendre à l’étrange sourire de Gwynplaine. J'ai manqué les projections de la dernière adaptation cinématographique, mais ça ne me désole pas tant que ça. Je trouvais l'acteur choisi pour incarner Gwynplaine bien trop jeune premier pour ce rôle : reportez-vous à la description qu'Hugo fait de son personnage et vous comprendrez.

Posté par Lili Galipette à 06:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [13] - Permalien [#]

Commentaires sur L'homme qui rit

    D'accord avec toi sur l'acteur. Par contre, j'ai trouvé que le roman manquait un peu d'intrigue et accentuait trop le traité politique et social, ça m'a un peu lassée.
    Merci pour la LC!

    Posté par Melusine1701, 04 février 2013 à 07:53 | | Répondre
    • C'est vrai que c'est une somme, mais je ne me suis pas lassée !

      Posté par Lili Galipette, 04 février 2013 à 13:43 | | Répondre
  • Voilà un titre bien vendu qui réussira peut-être à me faire enfin entrer dans l'écriture de V. Hugo.

    Posté par Dédale, 04 février 2013 à 09:04 | | Répondre
    • Oh, je te le souhaite vraiment ! Bonne lecture !

      Posté par Lili Galipette, 04 février 2013 à 13:43 | | Répondre
  • Je suis vraiment heureuse de trouver un billet sur ce livre, j'ai une grande envie de le lire et je l'ai téléchargé en numérique, je me réserve sa lecture lors d'un voyage ou des vacances quand je me sers à fond de ma liseuse

    Posté par Dominique, 04 février 2013 à 09:38 | | Répondre
    • Bonne idée, il faut du temps pour lire ce roman !

      Posté par Lili Galipette, 04 février 2013 à 13:43 | | Répondre
  • Lu il y a très longtemps, j'en garde un souvenir très fort, notamment de la fin ...

    Ai raté aussi la dernière adaptation mais en fait tant pis aussi, ça me faisait froid dans le dos ... je préfère rester sur les mots de Hugo ...

    Posté par missbouquinaix, 04 février 2013 à 12:03 | | Répondre
    • Froid dans le dos ? Moi, je trouvais juste ça ridicule...

      Posté par Lili Galipette, 04 février 2013 à 13:44 | | Répondre
  • En ce moment, Hugo et moi, nous ne sommes pas copains !

    Posté par Lydia B, 04 février 2013 à 14:23 | | Répondre
  • Bonsoir,
    je suis persuadée que le livre est bien meilleur que le film !
    Ce film je l'ai vu et j'ai été déçue par le fait que l'acteur ne corresponde pas du tout à la description de Victor Hugo !
    Tu peux me lire là à ce propos :
    http://imagimots.blogspot.fr/2013/01/lhomme-qui-rit-de-jean-pierre-ameris.html
    Bises et bonne soirée
    P.S : bravo pour les points sur les i ! Je modère et assume la modération et suppression quant les commentaires sont anonymes et non rien à voir avec le billets !

    Posté par Didi, 18 février 2013 à 19:23 | | Répondre
    • Oui, je me doutais bien que le film ne rendrait pas vraiment hommage a livre.

      Posté par Lili Galipette, 18 février 2013 à 19:59 | | Répondre
Nouveau commentaire