Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

09 avril 2013

Quand nous serons frère et soeur

Quand_nous_serons_frere_et_soeurRoman de Sophie Adriansen.

« On ne choisit pas sa famille… », dit la chanson. À 30 ans, Louisa apprend la mort du père qu’elle n’a jamais vu et l’existence d’un frère jamais soupçonnée. Et il y a cet héritage sous condition, qui ne sera versé que si Louisa vit un mois avec Matthias, son frère. La jeune femme quitte alors Paris pour Lougeac, village perdu du centre de la France, pour rencontrer un parfait inconnu. Et s’il n’y avait que ça : Louisa est métisse, fille d’une Peule ramenée d’Afrique par un séducteur aventureux et évaporé. Et Matthias n’est pas le jeune frère qu’elle s’attendait à rencontrer, mais un cinquantenaire taiseux et bourru. Alors, vivre un mois dans un environnement hostile auprès d’un homme mutique, cela vaut-il la peine, même pour un héritage colossal ? « Et la vie commune […] pouvait n’être que le rapprochement de deux solitudes qui, bien qu’additionnées, ne se départaient nullement de leur essence. » (p. 67)

Devant la difficulté de créer un lien fraternel, Louisa se demande si la solitude et l’absence de famille n’étaient pas préférables puisque l’état civil et le sang ne suffisent pas à faire d’elle et Matthias une sœur et un frère. « Si la fraternité était une valeur qui rapprochait les êtres, si les proches amis s’en réclamaient entre eux, être frère et sœur pour de bon était un état de fait qui n’avait guère à voir avec les affinités. » (p. 91) L’amour et la confiance demandent du temps, mais Louisa n’a qu’un mois, dans un monde qu’elle ne connaît pas. « Et si Matthias, simplement, ne savait pas plus s’y prendre avec elle qu’elle ne savait s’y prendre avec lui ? » (p. 94) Et un jour, la pluie se met à tomber et le frère vient à la rencontre de la sœur. Pas de miracle ou d’épiphanie, seulement deux êtres qui se choisissent et qui se reconnaissent comme frère et sœur. Tout ça grâce à une condition suspensive qui est une demande de pardon adressée d’outre-tombe par un homme qui n’a pas su avoir une famille. Le testament est une amende honorable, le seul et ultime cadeau d’un père à ses deux enfants solitaires et abandonnés.

J’ai toujours adoré mon frère, notre gémellité y étant probablement pour beaucoup, mais mes petites sœurs (Surtout une… Pardon, poulette…), j’ai dû apprendre à les aimer. Alors, ce titre au futur, ce lien en devenir et à construire, je l’ai parfaitement compris, je l’ai fait mien. Entre Louisa et Matthias, pas de retrouvailles, mais plutôt des trouvailles, comme un trésor que l’on ne soupçonnait pas et que l’on déterre par hasard en cherchant les racines d’un arbre généalogique presque mort. Bien qu’issus de la même branche, Louisa et Matthias n’étaient pas assurés que la greffe prenne. Et pourtant, au frère qu’elle n’a jamais eu, Louisa peut enfin dire « Je t’aime ».

Si j’ai aimé ce roman ? Oui, passionnément, bouleversée à chaque page devant les hésitations de Louisa et les peurs muettes de Matthias. Une bande-son n’a pas cessé de tourner dans ma tête durant la lecture, celle de Maxime Le Forestier (vous l’aviez reconnu, non ?) qui a si bien su chanter la famille et les liens d’amour. Vous avez des frères, des sœurs ? Vous les aimez ? Vous les détestez ? Vous en vouliez ? Lisez ce roman, il est pour vous.

J'en profite pour vous conseiller de découvrir les autres titres du catalogue des éditions Myriapode, grâce auxquelles je me suis déjà régalée avec Le descendant africain d'Arthur Rimbaud de Victor Kathémo. Et un grand merci à Sophie Adriansen pour l'envoi de son roman et pour sa touchante dédicace.

Posté par Lili Galipette à 07:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [14] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Quand nous serons frère et soeur

  • Merci beaucoup Magali pour ce billet touchant !

    Posté par Sophielit, 09 avril 2013 à 10:30 | | Répondre
  • Eh bien qu'est-ce qu'elle publie Sophie !!! Celui-ci pourrait me plaire, j'aime le thème !!! Très beau billet Lili.

    Posté par Asphodèle, 09 avril 2013 à 11:20 | | Répondre
    • Et elle publie bien !
      Pas de doute, ce livre-là te plairait !

      Posté par Lili Galipette, 09 avril 2013 à 19:01 | | Répondre
  • magnifique billet et avis que je partage complètement

    Posté par Géraldine, 09 avril 2013 à 13:30 | | Répondre
  • Voici un thème qui me parle beaucoup !
    Dans une fratrie, la frontière entre complicité et rivalité est souvent très très mince...
    Merci Magali pour ce tendre et joli billet.

    Posté par Mamanous, 09 avril 2013 à 23:24 | | Répondre
    • Nos frangins-frangines, quand on a, ce sont nos premiers compagnons d'armes, amis ou ennemis !

      Posté par Lili Galipette, 10 avril 2013 à 06:26 | | Répondre
  • Ouh, alors celui-là, je me le note de suite dans mes prochains livres à acheter ! Et bien au-dessus sur la liste d'ailleurs !

    Posté par Lydia B, 11 avril 2013 à 20:10 | | Répondre
    • Oui oui oui !!!

      Posté par Lili Galipette, 11 avril 2013 à 20:12 | | Répondre
    • Oui oui oui aussi !!!

      Posté par Sophielit, 11 avril 2013 à 21:53 | | Répondre
      • Mais oui Sophie, ne te tracasse pas ! Je passe commande dès lundi !

        Posté par Lydia B, 13 avril 2013 à 14:13 | | Répondre
  • Quel beau billet! Vu le thème, je ne peux que prendre note.

    Posté par Melusine1701, 15 avril 2013 à 11:28 | | Répondre
Nouveau commentaire