Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

15 avril 2013

Pseudo

PseudoRoman d’Ella Balaert.

Tout commence avec une annonce pour un meuble en acajou. La très mondaine Sophie propose à Alice, accro au poker, et Jeanne, romantique mélomane, d’entamer un petit jeu de séduction avec un antiquaire mystérieux. Les trois amies créent le personnage d’Eva et se lancent avec plaisir dans une correspondance électronique badine avec Ulysse, leur mystérieux interlocuteur. « Les mots flirtent. Parfois même sans que nous y prenions part. » (p. 145) À noter que Sophie et Alice voulaient surtout tirer Jeanne d’un état d’esprit chagrin dû à une rupture. Les trois femmes mettent un peu d’elles-mêmes dans ce personnage et c’est à trois voix qu’elles répondent à Ulysse. Tout cela n’est qu’un jeu, n’est-ce pas ? « De toute façon, on ne passera pas à l’acte, n’est-ce pas ? Moi, ce qui m’importe, c’est son esprit, pas son corps, d’ailleurs voué à l’immatérialité. » (p. 26) Un jeu, vraiment ? Comme dans toute relation, il y a forcément un moment où l’un s’investit plus que l’autre et c’est là que naît la souffrance.

D’une part, il y a les mails que s’échangent les amies pour créer le personnage d’Eva. D’autre part, il y a les échanges électroniques entre Eva et Ulysse. Mais un troisième discours se met en place, à la fois intrinsèque et déconnecté du premier, celui où deux femmes parlent entre elles de la troisième, pas toujours en bien, l’exclue étant souvent jugée coupable. Forcément, la tension monte et l’amitié tendre qui a présidé à la création d’Eva se crispe. Les masques tombent et l’on découvre un peu du quotidien de chacune des trois femmes et de leurs douleurs.

Comment ne pas penser aux liaisons dangereuses ? Plume ou clavier, l’effet est le même. Il y a des êtres qui font de l’échange une arme pour blesser. Jeux de mail, jeux de vilaines. La dissimulation est souvent la meilleure façon de révéler ce que l’on est – pire –, ce que l’on cache. « L’artifice est souvent plus proche de la vérité. » (p. 28) Alors que le principe d’un roman épistolaire électronique pouvait laisser supposer une œuvre niaise pour trentenaires/quarantenaires futiles, Pseudo est bien moins anodin qu’il n’y paraît au premier coup d’œil. Sans révolutionner l’étude des relations humaines, Ella Balaert met en lumière ce que j’appelle par expérience la méchanceté de l’amitié. Ou quand vos amis savent mieux que vous ce qui vous sera profitable…

J’ai rapidement compris une des révélations finales, mais la toute dernière phrase (Résistez à l’envie de la lire pour vivre le même coup de massue que moi !) remet en perspective toute l’intrigue, au point que je suis revenue à la première page pour être certaine que mes yeux ne m’avaient pas trompée. Servi par un style leste et entraîné, ce roman se lit avec beaucoup d’intérêt et de plaisir, forcément un peu pervers.

Posté par Lili Galipette à 07:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [11] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Pseudo

    Oh j'aime bien les romans qui revisite le concept de l'épistolaire, ça m'intrigue

    Posté par Melusine1701, 15 avril 2013 à 11:29 | | Répondre
    • Avec en plus la perversité des personnages, oui, ça peut te plaire !!

      Posté par Lili Galipette, 15 avril 2013 à 14:08 | | Répondre
  • Quand j'ai vu le titre, j'ai pensé à Pseudo de Romain Gary (que je n'ai toujours pas lu d'ailleurs) ! L'idée d'Ella Balaert me semble intéressante !!!

    Posté par Asphodèle, 15 avril 2013 à 12:23 | | Répondre
    • De Gary, je n'ai lu que "La vie devant soi", mais cet auteur m'ennuie...
      Le roman d'Ella Balaert est très bien !

      Posté par Lili Galipette, 15 avril 2013 à 14:09 | | Répondre
  • Intéressant !

    Posté par Lydia B, 15 avril 2013 à 14:18 | | Répondre
  • Je suis contente qu'il t'ait plu... J'avais beaucoup aimé moi aussi !

    Posté par Sophielit, 21 avril 2013 à 18:29 | | Répondre
    • Un grand merci aux éditions Myriapodes pour cet envoi ! (Et à toi pour la recommandation ?)
      En plus, l'auteure m'a envoyé un très gentil message.

      Posté par Lili Galipette, 21 avril 2013 à 18:43 | | Répondre
  • Oui, la reco c'est moi, mais je ne disais pas ça pour être remerciée : tu sais aussi bien que moi que quand on aime un livre, on ne souhaite rien tant qu'il soit découvert et aimé par d'autres...

    Posté par Sophielit, 21 avril 2013 à 18:50 | | Répondre
    • Oui, tout à fait !! Mais comme je ne t'avais pas créditée dans le billet, les commentaires, c'est parfait pour le faire !!
      Le livre est déjà parti chez une amie.
      (Et j'ai offert le tien plusieurs fois ! Un succès à chaque fois !

      Posté par Lili Galipette, 21 avril 2013 à 18:53 | | Répondre
  • Oh merci ! (je fais des petits bonds devant mon ordi)

    Posté par Sophielit, 21 avril 2013 à 18:57 | | Répondre
Nouveau commentaire