Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

05 juin 2013

Le château de la juive

Chateau_de_la_juiveRoman de Guy des Cars.

Lors d’un voyage à Tel-Aviv, l’auteur a rencontré l’héroïne du roman. Pendant toute une nuit, elle accepte de lui raconter son histoire.

Eva Goldski a été arrachée très tôt à son pays. De camp d’internement en camp de déportation, elle est devenue apatride. Quand elle attire le regard d’Éric de Maubert, comte jurassien et officier français, elle sait qu’elle tient sa chance. Enfin, elle sera riche, elle connaîtra la sécurité et elle pourra se venger d’avoir dû se courber devant plus fort qu’elle.

Hélas, le prince charmant n’est pas si riche qu’il semblait et le château n’est finalement qu’une gentilhommière un peu cossue qui menace ruine. Ne reste du prestige de la Tilleraye qu’un souvenir et des espoirs déçus. « Eva, comme tous ceux qui n’ont jamais rien possédé et qui n’ont connu que le dénuement total, avait une soif inextinguible de luxe… Un certain luxe qui ne pouvait se traduire, pour une échappée des camps, que par un confort ultra-moderne et des éclairages tapageurs. Comment, elle qui ne l’avait pas connu, aurait-elle pu goûter la grandeur nostalgique d’un Passé ? » (p. 57)

L’accueil réservé par Adélaïde, la mère d’Éric, est bien loin d’être chaleureux pour cette fille pauvre, sans lignée et juive. Or, la jeune épouse est bien décidée à faire valoir ses droits et à s’imposer sur le domaine. « Eva attaquerait de toute sa jeunesse douloureuse, Adélaïde se défendrait de toute son expérience tyrannique. » (p. 51) Séduisante, très intelligente et dotée d’un fort instinct de conservation, Eva sait nouer des relations intéressées et faire rentrer l’argent nécessaire à la rénovation du château et à un train de vie très élevé. Et surtout, Eva se constitue un trésor personnel : elle a trop manqué pour prendre le risque de ne rien avoir. Et tant pis si les paysans parlent dans son dos et si l’aristocratie locale répugne à visiter le château de la Juive : Eva est enfin à l’abri du besoin. Hélas, sa soif de possession la perdra.

Et Éric dans tout ça ? Fou amoureux de sa femme, complètement sous son emprise, il est bien incapable de percer à jour cette femme vénale et manipulatrice. « Pauvre Éric de Maubert qui n’avait jamais très bien compris Adélaïde et qui ne connaîtrait sans doute pas la véritable Eva ! » (p. 172) Mari cocu, mené par le bout du nez, il est le parfait dindon de la farce. Jusqu’à ce qu’une énième manipulation d’Eva échoue.

Relire ce roman est un vrai bonheur ! Il fait partie des rares textes non scolaires que j’ai lus pendant mes années de prépa. J’en gardais un souvenir ému d’évasion et de plaisir pur et je suis d’autant plus ravie d’avoir retrouvé le même plaisir. Le récit nocturne d’une Eva repentante a quelque chose des contes des mille et une nuits où les femmes sont toujours plus fines que les hommes, sachant user de leur charme pour survivre. Précision, ce roman n’est pas de la très grande littérature, il a même un peu vieilli, toutefois, ce portrait de femme déterminée et aventurière se lit très bien. N’hésitez pas !

Posté par Lili Galipette à 07:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [14] - Permalien [#]

Commentaires sur Le château de la juive

  • Ah, Guy des Cars ! Ma mère qui en était fan me l'a fait connaître en même temps que Konsalik. J'avoue avoir une préférence pour ce dernier.

    Posté par Lydia B, 05 juin 2013 à 08:34 | | Répondre
    • Ah, je ne connais pas du tout Konsalik ! Je note.

      Posté par Lili Galipette, 05 juin 2013 à 12:58 | | Répondre
      • Ah oui, oui, oui !!! Tu verras, on y met le nez dedans et... tu le ressors à la dernière page. J'aime particulièrement ceux qui ont un petit (léger) fond historique.

        Posté par Lydia B, 05 juin 2013 à 18:24 | | Répondre
  • Guy Des Cars... je pensais que c'était un genre de Harlequin, en fait. Il y en a TELLEMENT dans les biblioventes que j'ai eu cette idée. Mais bon, je les regarderai peut-être autrement l'an prochain!

    Posté par Karine:), 07 juin 2013 à 19:55 | | Répondre
    • Ses romans ont été largement classés dans la catégorie des romans de gare. Celui-ci tient la route !

      Posté par Lili Galipette, 07 juin 2013 à 19:59 | | Répondre
      • Konsalik aussi est classé dans ce genre. Ceci dit, il y a roman de gare et roman de gare...

        Posté par Lydia B, 08 juin 2013 à 11:55 | | Répondre
  • Ca donne envie, ça a l'air romanesque et dépaysant. Je note!

    Posté par Melusine1701, 15 juin 2013 à 11:54 | | Répondre
  • Ma mère ayant une petite collection de livres de Guy des Cars (à l'époque où il était très populaire) et après lecture de ton avis, je lui ai demandé si dans sa pile il y avait "Le château de la juive", réponse : "ah non, je suis presque sûre de l'avoir prêté à un collègue de travail qui ne me l'a pas rendu, enfin vérifie à la maison." Il ne me reste qu'à vérifier ou l'emprunter en bibliothèque.

    Posté par MissG, 17 juin 2013 à 09:19 | | Répondre
    • Ah, c'est donc qu'il a eu un certain succès !
      Bonne lecture !

      Posté par Lili Galipette, 17 juin 2013 à 09:20 | | Répondre
  • je viens egalement de le lire histoire passionnante, je me demandais justement (ayant lu plusieurs titres de des cars) si c'était egalement un roman venu de son imagination ou si l'histoire lui a été racontée et a été vécue, comme il le dit au debut du livre?

    Posté par baby, 14 octobre 2013 à 05:02 | | Répondre
  • Lecteurs, restez dans l'imaginaire pour que vos rêves vous élèvent à chaque fois que vous entamez un roman.
    Mais une fois redescendu sur terre, sachez que le roman de Guy des Cars sur le Château de la Juive est une totale romance sortie de son imaginaire.
    Rien est réel, mais c'est peut-être ce qui en fait le charme.
    Sa destiné :
    http://collectif-rec.20minutes-blogs.fr/archive/2014/03/31/chateau-de-la-juive-energivore-895393.html

    Posté par collectifrec, 04 avril 2014 à 00:59 | | Répondre
    • bonsoir, oui tous est peut étre imaginaire; Mais une chose est réele , le chateau, le chateau "dit de la juive" existe réèlement ; allez sur goole taper le chateau de la juive est vous aller tomber dessus .

      Posté par Louis robert, 17 mars 2019 à 19:47 | | Répondre
Nouveau commentaire