Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

10 juin 2013

Le dernier Lapon

Dernier_laponRoman d’Olivier Truc. Prix Biblioblog 2013.

Le 10 janvier, en Laponie, tout le monde attend le retour du soleil après 40 jours d’obscurité. Mais personne ne s’attendait au cambriolage du musée sami et au vol d’un ancien tambour chamanique. Dans le même temps, l’assassinat et la mutilation d’un éleveur de rennes mettent en émoi la communauté de Kautokeino. Rien ne semble relier les deux affaires, mais Klemet Nango et sa jeune collègue Nina, tous les deux officiers de la police des rennes, vont mettre au jour une histoire qui remonte à plusieurs siècles.

Pendant ce temps, l’attitude et les desseins d’André Racagnal, géologue français trop friand de jeunes filles, laissent perplexe. Quelle richesse dissimule le sous-sol finlandais ? Alors que l’enquête emmène la police des rennes jusqu’en France, auprès d’un homme qui a accompagné Paul-Émile Victor dans une des ses expéditions, il semble que le tambour dérobé est plus qu’un objet rituel. Et la lumière se fait sur cette histoire à mesure que les jours rallongent et que le soleil reprend ses droits sur le sol gelé des confins de la Laponie.

Tout d’abord, il me semble évident qu’il y aura une suite et que l’inspecteur Klemet va devenir un autre de ces policiers du froid qui a fait du polar scandinave un genre littéraire à part entière. Par ailleurs, l’intérêt principal de ce roman est de présenter les rites samis avec les joïks (chants traditionnels) et l’élevage du renne qui est la base même de la survie du peuple lapon. « Le renne était un bon animal si l’on savait en prendre soin. Il nourrissait, habillait. » (p. 223) Olivier Truc évoque également le long travail de sape mené par les protestants pour éradiquer les rites lapons et assimiler cette population nomade aux Finlandais, aux Norvégiens et aux Suédois.

J’ai aimé le personnage d’Aslak, éleveur de rennes resté très proche des traditions. Une question subsiste à la fin du roman : le dernier Lapon, est-ce lui ou est-ce Klemet, d’origine sami ? Mais bon, le polar et moi, ça fait deux, même s’il se passe en pleine neige. Ce roman est plein d’intérêt, mais je crois que je manque fondamentalement de patience et ça m’ennuie d’enquêter au côté des policiers. Si vous aimez les polars, allez-y, vous aimerez. Moi, ça me laisse froide.

Posté par Lili Galipette à 12:00 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [10] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Le dernier Lapon

    Cette lecture est prévue en 2013...ou 2014...ou peut-être 2015. Mais elle est prévue.
    Le Papou

    Posté par Le Papou, 10 juin 2013 à 14:54 | | Répondre
  • J'adore ta dernière phrase ! Je n'ai pas encore testé le polar scandinave mais cela ne saurait tarder.

    Posté par Lydia B, 10 juin 2013 à 20:32 | | Répondre
    • Parfois, quand je n'aime pas, je suis vache !!

      Posté par Lili Galipette, 10 juin 2013 à 20:44 | | Répondre
      • C'est presque normal, ne te tracasse pas.

        Posté par Lydia B, 10 juin 2013 à 20:51 | | Répondre
  • Froide chez les lapons, c'est plutôt logique, non ? et puis tu n'aimes pas la chaleur !!! Je ne l'ai toujours pas lu, mais il me fait bien envie ! (moi j'aime les polars !)

    Posté par liliba, 15 juin 2013 à 17:41 | | Répondre
  • Je l'ai noté, mais vu mes piles encore plus énormes que d'habitude, je vais attendre qu'il vienne à moi de lui-même...

    Posté par liliba, 15 juin 2013 à 19:24 | | Répondre
  • Mouhaha, un polar qui te laisse froide à la fin, c'est inquiétant !!! Moi j'aime bien les polars scandinaves justement, j'adore quand on grelotte mais mes piles dodelinent et me disent "non non", ...

    Posté par Asphodèle, 19 juin 2013 à 18:28 | | Répondre
Nouveau commentaire