Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

26 septembre 2013

Running Man

King_Running_manRoman de Stephen King, publié sous le pseudonyme de Richard Bachman.

Ben Richards ne supporte plus de voir son bébé mourir d’une maladie pulmonaire ou de savoir que sa femme se prostitue pour payer des médicaments sans effet. Il lui faut de l’argent, beaucoup d’argent. « Je suis au chômage depuis longtemps. Je veux travailler de nouveau, même si c’est pour devenir la victime d’un jeu truqué. Je veux subvenir aux besoins de ma famille. J’ai ma fierté. »  (p. 32) Pour sauver sa fille, il décide de participer à un des nombreux jeux télévisés organisés par le Réseau et diffusés sans interruption sur le Libertel, objet de contrôle de masse dans un monde futuriste. Sa candidature est retenue pour le plus cruel et le plus implacable des jeux, la Grande Traque. « Cette émission est l’un des meilleurs moyens dont le Réseau dispose pour se débarrasser de personnes potentiellement dangereuses. Telles que vous-même, monsieur Richards. Elle existe depuis six ans. À ce jour, il n’y a pas eu de survivant. Pour parler franchement, nous sommes certains qu’il n’y en aura jamais. » (p. 44)

Voilà, la Grande Traque est lancée. Aux trousses de Ben Richards, il y a Evan McCone et ses Chasseurs. « Evan McCone était le chef des Chasseurs. Un descendant direct de J. Edgar Hoover et de Heinrich Himmler. Une incarnation de l’acier caché par le gant de velours cathodique du Réseau. » (p. 187) Ben doit tenir trente jours sans se faire attraper et descendre. Chaque heure passée lui rapporte cent dollars. Commence donc une immense course poursuite dans tout le pays. Tous les coups sont permis pour survivre : se cacher, se déguiser, bluffer, trouver des complices, prendre des otages, etc. Si Ben veut survivre, c’est pour empocher le pactole et sauver sa famille, mais peu à peu, sa motivation change : il voudrait renverser le système de ces jeux brutaux et sans pitié, faire prendre conscience au public qu’il n’est pas diverti, mais perverti. « Ils nous ont donné le Libertel pour que le peuple crève tranquillement, sans faire d’histoires. […] Le Libertel nous tue. Pendant qu’on regarde leurs tours de passe-passe, on est aveugle au reste. » (p. 107 & 108)

Dans ce roman, il n’y a d’autre perspective de survie ou d’amélioration du quotidien que dans l’avilissement de l’être et sa soumission à des jeux ineptes et meurtriers. La mort devient un jeu, voire un enjeu : tiendra ou tiendra pas ? Et le public, aiguillonné par le Réseau, déverse sa haine sur le candidat désigné comme le mal incarné. « Le public sera très agité, mais c’est ce que nous cherchons. Il veut que ça saigne, comme dans les matches de foot-à-mort. » (p. 56) Ici, nous sommes au-delà de la saine catharsis antique puisque la foule des téléspectateurs se fait meurtrière et criminelle, alléchée par l’idée de gagner quelques centaines de dollars si elle repère l’homme traqué. Dans Marche ou crève, l’auteur livrait une réflexion sur la mort absurde de jeunes gens sacrifiés pour l’honneur de la nation. Ici, il s’agit de désigner un ennemi public et diabolisé, mais également de mépriser la vie humaine au profit de l’audimat. Running Man est un autre très bon roman sur la valeur de l’individu au sein de la masse et face à la machine étatique. À mesure que le compte à rebours s’égrène et que les pages se tournent, le lecteur doit choisir son camp, même si l’issue du jeu ne lui appartient pas.

Posté par Lili Galipette à 10:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [30] - Permalien [#]

Commentaires sur Running Man

    En lisant ton article j'ai tout de suite pense à Marche ou crève que j'ai lu récemment ! Un jeu sadique! La foule est le plus cruel des personnages

    Posté par Marjolaine, 26 septembre 2013 à 10:46 | | Répondre
    • Si tu as aimé "Marche ou crève", "Running Man" devrait te plaire aussi !

      Posté par Lili Galipette, 26 septembre 2013 à 13:05 | | Répondre
  • En ce moment, je suis en train de faire un stock de Stephen King avant sa venue à Paris. On m'a récemment conseillé les premiers livres écrits sous son vrais nom. Le style est, dit-on, très différent. En tous cas, ton avis confirme mon envie de regarder tout ça de plus près.

    Posté par marion, 26 septembre 2013 à 11:00 | | Répondre
    • Oui, n'hésite pas !

      Posté par Lili Galipette, 26 septembre 2013 à 13:06 | | Répondre
    • Pour avoir lu tout ce qui a été publié chez nous, je confirme que ces "premiers" romans sont de loin les meilleurs. Il y en a un que je te conseille, c'est "Rage", qui fut le premier écrit sous son pseudo Richard Bachman.

      Posté par Virginy, 26 septembre 2013 à 13:50 | | Répondre
      • Si je peux me permettre d'entrer dans la discussion : pour ma part, je ne dirais pas forcément que ses premiers romans sont les meilleurs. Ils sont juste très différents des plus récents, à la fois dans les thèmes et dans l'écriture... Et effectivement le style des "Richard Bachman" n'est pas du tout le même que celui des "Stephen King". Dans les premiers je conseillerais Carrie et Salem...
        Bonne journée à tous

        Posté par So, 26 septembre 2013 à 14:44 | | Répondre
        • Merci pour tes conseils !

          Posté par Lili Galipette, 26 septembre 2013 à 18:22 | | Répondre
        • oui, en effet, autant pour moi, So! 22/11/63 est vraiment bien également! Et il est vrai que son style a évolué au fur et à mesure de ses publications.

          Posté par Virginy, 26 septembre 2013 à 18:46 | | Répondre
  • Je ne l'ai pas lu celui-ci, je sais que je n'avais pas pu continuer "marche ou crève" ! J'ai tout une étagère dédiée à Stephen King, tous, sauf ceux que tu aimes !!!

    Posté par Asphodèle, 26 septembre 2013 à 11:14 | | Répondre
  • Encore un Richard Bachman génial mais terriblement dur...

    Posté par So, 26 septembre 2013 à 13:24 | | Répondre
    • En effet !!

      Posté par Lili Galipette, 26 septembre 2013 à 13:32 | | Répondre
      • Je note !!!

        Posté par Lili Galipette, 26 septembre 2013 à 13:53 | | Répondre
      • Et dire que le premier roman qu'il a publié sous ce pseudo n'est plus publié sur demande expresse de SK lui-même. Il s'agit de "Rage". Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous le conseille

        Posté par Virginy, 26 septembre 2013 à 13:58 | | Répondre
        • Une raison au fait que le livre n'est plus publié ?

          Posté par Lili Galipette, 26 septembre 2013 à 18:21 | | Répondre
  • Oui: un exemplaire de ce roman a été retrouvé dans le casier d'un lycéen qui a tué trois de ses camarades dans l'établissement où ils étudiaient (SK a même été entendu par le FBI). Et certains disent qu'il aurait servi à l'élaboration du massacre de Columbine, mais là, je n'ai rien trouvé qui allait dans ce sens là. Et comme ce roman raconte l'histoire d'un ado qui prend en otage sa classe...

    Posté par Virginy, 26 septembre 2013 à 18:52 | | Répondre
    • Oh je ne savais pas...C'est dommage en tous cas, comme toi Virginy je conseille vraiment ce roman !

      Posté par So, 26 septembre 2013 à 21:57 | | Répondre
  • D'un coup, j'ai pensé au seul bouquin de Nothomb que j'ai pu lire, "Acide sulfurique".

    Posté par Lydia B, 26 septembre 2013 à 20:16 | | Répondre
    • L'histoire est ressemblante ?

      Posté par Lili Galipette, 26 septembre 2013 à 20:24 | | Répondre
      • Pas tout à fait : Elle mettait en avant la télé-réalité en organisant un jeu dans... un camp de concentration. Lorsque le public votait pour éliminer quelqu'un, il signait son arrêt de mort. C'est cette histoire de jeu qui m'y a fait penser en fait.

        Posté par Lydia B, 26 septembre 2013 à 20:27 | | Répondre
        • OK, je note !

          Posté par Lili Galipette, 26 septembre 2013 à 20:30 | | Répondre
          • Je l'ai lu il y a un petit moment mais je me souviens que c'était assez mordant. Je n'aime pas du tout Nothomb d'habitude mais là, le sujet m'intéressait.

            Posté par Lydia B, 26 septembre 2013 à 20:34 | | Répondre
          • J'avais également beaucoup apprécié ce livre, c'est vrai que l'atmosphère y est un peu similaire !

            Posté par So, 26 septembre 2013 à 21:59 | | Répondre
          • Bon, ça me rassure ! Je ne suis pas la seule à trouver des ressemblances !

            Posté par Lydia B, 27 septembre 2013 à 18:36 | | Répondre
  • Moi j'ai tout de suite repensé au film "le prix du danger" avec Gérard Lanvin, Michel Piccoli et Marie-France Pisier. Il y a eu d'ailleurs une polémique sur fond de plagiat car ce film était sorti 4 ans avant "running man".

    Posté par mamanous, 27 septembre 2013 à 00:00 | | Répondre
  • j'ai toujours un peu de mal avec les King - à croire que "Ca" m'a traumatisée durablement ^^ - mais le thème de "Running Man" m'inspire bien, je tenterai l'aventure!

    Posté par Cindy, 28 septembre 2013 à 14:14 | | Répondre
    • Je pense que je ne lirai jamais "Ça", trop flippant !

      Posté par Lili Galipette, 28 septembre 2013 à 16:39 | | Répondre
  • J'ai aussi pensé à "Acide Sulfurique" ou au concept de "Hunger Games" et autres "Battle Royale". Je note, pour faire la comparaison!

    Posté par Melusine1701, 02 octobre 2013 à 16:04 | | Répondre
Nouveau commentaire