Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

16 février 2014

Billevesée #112

Depuis septembre, je travaille à deux pas (disons trois parce que j'ai des petites jambes) des Folies Bergère. Il n'a dû échapper à personne que je suis un peu psychorigide quand il s'agit de justesse orthographique. Alors, depuis septembre, je me pose tous les jours la même question : pourquoi n'y a-t-il pas de [s] à Bergère ? (Ma vie est pleine de questions de la plus haute importance !)

Cette salle de music-hall doit son nom à la rue Bergère qui est toute proche. À l'origine, la salle de spectacle s'appelait les Folies Trévise, du nom de la rue de Trévise qui est perpendiculaire au bâtiment. Voilà un bon mystère orthographique résolu !

Alors, billevesée ?

Billevesee_Folies bergere

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [7] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Billevesée #112

    Tu n'es pas la seule à être psychorigide en matière d'orthographe !!! Pour les Folies ça semble tellement évident quand tu nous expliques ! Cela dit les noeuds au cerveau font parfois moins mal que ceux aux mollets ! Bises

    Posté par Asphodèle, 16 février 2014 à 10:38 | | Répondre
    • Oui, c'est évident quand on l'explique, mais ça me choque toujours autant !

      Posté par Lili Galipette, 16 février 2014 à 11:22 | | Répondre
  • Mais si tu mets un -s à Bergère, ça ne veut pas dire grand chose non plus...

    Posté par Lydia B, 16 février 2014 à 12:23 | | Répondre
  • Les folies bergère(s), ça serait quoi ? Des moutons qui jouent à saute-moutons ? Ou alors, l'ancêtre du Salon de l'agriculture ?

    Posté par Mamanous, 16 février 2014 à 22:41 | | Répondre
    • Ou la salle de spectacle préférée de la bergère.

      Posté par Lili Galipette, 17 février 2014 à 07:14 | | Répondre
Nouveau commentaire