Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

24 mars 2014

Sans oublier

Blois_Sans oublierRoman d’Ariane Bois.

La narratrice livre le récit a posteriori du deuil qui a ébranlé sa vie et menacé de la réduire en miettes. Quand sa mère décède dans un accident d’hélicoptère, la jeune femme lâche prise, repoussant son mari et délaissant ses enfants. Sa mère si souvent absente et désormais définitivement disparue prend toute la place et le chagrin abolit les raisons de continuer à vivre. « On perd ses parents au moment où l’on pourrait s’en faire des amis. » (p. 78) Le mari de la narratrice fait son possible, mais les enfants du couple ne veulent plus d’une maman qui ne fait que pleurer. Pour faire son deuil, elle part pendant plusieurs mois. Elle interroge alors ses rapports avec ses enfants et son propre statut de mère. « Au moment où je perds ma mère, ma fille me refuse le seul titre qui m’importe. » (p. 129) Loin des siens, la narratrice se cherche sur les traces de sa mère.

Écrite dans un style fluide et élégant, cette histoire n’est pas déplaisante, mais elle ne m’a pas convaincue. J’ai été très étonnée par l’intrusion de la Seconde guerre mondiale dans le dernier quart du récit, alors que rien ne la laissait présager. Cet arrière-plan historique tombe comme un cheveu sur la soupe et constitue pour moi un hors-sujet à la douleur de la narratrice. Sans oublier rappelle la nécessité du deuil : continuer au-delà du chagrin sans occulter le passé.

Le roman d’Ariane Bois est une histoire plaisante, mais je ne pense pas qu’elle me marquera longtemps. Merci aux éditions Belfond pour cet envoi.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [5] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Sans oublier

    Mais pourquoi faut-il toujours que l'on refourgue la Seconde Guerre Mondiale partout ?

    Posté par Lydia B, 24 mars 2014 à 10:51 | | Répondre
  • Pour les 100 ans de la guerre 14-18, cette année c'est l'horreur sur les blogs, on ne voit que ça ou presque ! je n'en peux plus de ces romans avec une des deux guerres en toile de fond (ou en personnage principal) ! Certes il y a le devoir de mémoire, certes...on ne risque pas d'oublier ! Ce livre, en revanche... No comment !

    Posté par Asphodèle, 30 mars 2014 à 14:49 | | Répondre
    • Voilàààà, c'est de ce roman dont je te parlais au téléphone tout à l'heure. Je l'oublie sas arrêt...

      Posté par Lili Galipette, 30 mars 2014 à 18:57 | | Répondre
Nouveau commentaire