Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

26 mars 2014

Le choeur des femmes

Winckler_Choeur des femmesRoman de Martin Winckler.

Jean Atwood est une jeune interne en médecine talentueuse. Major de sa promotion, elle se destine à la chirurgie gynécologique. Mais pour valider le dernier semestre de sa cinquième année, elle doit rejoindre le service de la médecine des femmes. Ce centre de médecine générale est dirigé par le Dr Franz Karma qui jouit d’une excellente réputation. Pourtant, le courant ne passe pas entre Atwood et Karma. Et la jeune femme ne supporte pas d’assister aux consultations, estimant perdre son temps avec des femmes qui ne connaissent rien à la gynécologie. « Comme si j’y connaissais quelque chose, moi qui ne sait pas ce qui se passe dans le mien, à ce qui se passe dans leur corps. » (p. 49) Karma lui propose un marché : elle sera à l’essai pendant une semaine. « Ne jugez pas les femmes. Écoutez-les. » (p. 69) Une semaine durant laquelle elle pourra émettre toutes les critiques qu’elle souhaite, sans obligation de prolonger son séjour à la médecine des femmes, mais avec la certitude que son semestre sera validé. Commence alors une série de jours décisifs pour Jean qui, outre la capacité à écouter ses patientes, va apprendre à s’écouter elle-même. « Si tu n’aimes pas soigner, tu te feras chier… » (p. 230)

Je n’ai pas aimé ce roman. Inutile d’y aller par quatre chemins pour le dire. L’ambitieuse et arrogante Jean Atwood m’a été immédiatement antipathique et le processus très artificiel utilisé par l’auteur pour la rendre touchante n’a pas fonctionné avec moi. Sortir un passé douloureux, une vie amoureuse houleuse et un corps difficile à assumer sont des ficelles trop énormes et font basculer sans élégance le personnage de garce sans cœur à victime pitoyable. Ça ne prend pas avec moi, d’autant plus qu’il est couru d’avance que la grande gueule va se révéler sensible et dévoiler un cœur d’or. Bla bla bla… Et comment supporter les longues introspections du personnage qui ne sont que des récriminations furibondes égrenées en chapelets haineux et vindicatifs ? Un cri du cœur ? Mouais…

Je passe à la forme du récit. Outre l’expérience de Jean Atwood et ses pensées, on lit le récit des femmes qui entrent dans le bureau du Dr Karma. C’est tout à fait indigeste et n’est qu’une compilation de stéréotypes féminins. On croise la camionneuse sexy, la cougar amoureuse, l’adolescente qui veut prendre la pilule en cachette, la nymphomane, la femme battue, la mère pondeuse, etc. Aucune subtilité dans ces portraits qui figent des images de femmes telles que l’auteur les voit, sans finesse, ni profondeur. Quant à parler de chœur, j’évoquerai plutôt une assemblée tonitruante et vociférante. Aucune harmonie ne se dégage des différents témoignages de femmes, rien ne tend vers une féminité universelle, encore moins vers une féminité apaisée.

Je passe sur la fin qui est l’exemple ultime du grand n’importe quoi. Entre secrets familiaux et recherches scientifiques, les coïncidences pleuvent et noient le lecteur dans un grand bol de clichés et de pathos aromatisé à l’eau de rose. Pas émue pour deux sous, j’avais envie d’éclater de rire à chaque nouvelle révélation, pour une fois impatiente de savoir quelle autre bêtise (je reste polie) l’auteur allait ajouter à l’équilibre déjà précaire de ce roman bien indigeste.

Finalement, qu’essaie de dire ce texte ? Peut-être qu’il y a autant de médecines qu’il y a de femmes et que le médecin doit comprendre sa patiente au lieu de débiter ses connaissances. Voilà une évidence qui enfonce bien des portes et qui ne méritait pas un tel pavé.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Enfer - Lignes d'affrontement [22] - Permalien [#]

Commentaires sur Le choeur des femmes

  • Ton avis contraste sérieusement avec tous ceux que j'avais pu lire jusqu'ici très élogieux, je finirai par le lire un jour car il est à la mediatheque mais il ne fait pas partie de mes priorités

    Posté par Bianca, 26 mars 2014 à 09:04 | | Répondre
    • Je sais que mon avis est très dissonnant au regard de l'unanimité qui entoure ce livre, mais je n'ai pas du tout été convaincue par ce texte...

      Posté par Lili Galipette, 26 mars 2014 à 12:54 | | Répondre
  • moi j'avais bien aimé hormis la fin. L'auteur aurait du arrêter son livre une centaine de pages plus tot et ça aurait été mieux. Mis à part ça, j'ai trouvé ça bien (beaucoup mieux en tout cas que celui que je suis en train de lire en ce moment)

    Posté par Lilli de..., 26 mars 2014 à 17:33 | | Répondre
    • La fin est en effet un concentré de n'importe quoi !

      Posté par Lili Galipette, 26 mars 2014 à 18:58 | | Répondre
  • Je n'ai lu que des éloges de ce roman et pourtant, à chaque fois que je me penchais dessus, il m'inspirait un avis aux antipodes ! En lisant ta chronique, je m'y retrouve bien plus ! (et je crois que je ne vais définitivement pas m'acharner sur ce bouquin)

    Posté par Lili, 27 mars 2014 à 10:26 | | Répondre
    • Ah, je me sens moins seule devant ce prétendu géant de la littérature !!

      Posté par Lili Galipette, 27 mars 2014 à 12:53 | | Répondre
  • Je n'étais pas convaincue moi non plus. Pas aussi vindicative que toi, mais tes propos m'ont inspiré plusieurs hochements de tête... Après plusieurs mois, je ne retiens rien de ce livre si ce ne sont des témoignages mal écrits et stéréotypés.
    Le côté résolument démonstratif de ce pavé m'avait royalement ennuyée.

    Posté par Reka, 27 mars 2014 à 14:58 | | Répondre
    • Je ne pense pas avoir été vindicative. Virulente peut-être.
      Tu as raison de parler d'aspect démonstratif : il y a une propension au thésaurus qui dépasse l'indigestion !

      Posté par Lili Galipette, 27 mars 2014 à 19:31 | | Répondre
  • Eh, mais il y a un concentré de "Lili" ici !

    Bon, je l'ai sur ma Kobo, si ça ne m'inspire pas, un petit clic et zou, à la poubelle !

    Posté par Lydia B, 27 mars 2014 à 18:36 | | Répondre
    • Essaie toujours, tu es peut-être de celles qui aiment ce genre de littérature.

      Posté par Lili Galipette, 27 mars 2014 à 19:30 | | Répondre
  • Je te rejoins sur le côté grand n'importe quoi de la fin, et antipathique de Jean. Sans rejoindre les éloges reçus par ce livre et en étant parfaitement d'accord sur les faiblesses de l'écriture, j'ai trouvé le propos intéressant sur le rapport femme médecin..

    Posté par Lectureetcie, 28 mars 2014 à 12:02 | | Répondre
    • Même le rapport femme/médecin m'a agacée. Sous ses dehors ouverts et progressistes, Karma est une bonne grosse figure machiste et paternaliste.

      Posté par Lili Galipette, 28 mars 2014 à 19:09 | | Répondre
  • Rho zut alors, je ne l'ai pas lu mais devant le "choeur" unanime et enthousiaste de billets lus, je l'ai offert à un ami... On ne devrait offrir que ce qu'on a aimé !

    Posté par Asphodèle, 29 mars 2014 à 10:24 | | Répondre
    • Surtout ce qu'on a lu ! Même si on n'aime pas, on sait si ça peut plaire ailleurs !

      Posté par Lili Galipette, 29 mars 2014 à 10:29 | | Répondre
  • Tu es le premier avis négatif que je lis... du coup, je suis encore plus curieuse, surtout que le roman est dans la pile...

    Posté par Karine:), 30 mars 2014 à 01:17 | | Répondre
  • Le style de Martin Winckler est de base spécial, et ne convient pas à tout le monde. Les critiques que tu fais sont tout à fait justifiées... Même si, prises à l'envers, c'est ce qui a fait que j'ai aimé ce livre !

    Posté par Miss Alfie, 31 mars 2014 à 13:24 | | Répondre
    • Je comprends tout à fait qu'on puisse aimer ce livre, mais pas moi. Je n'adhère pas à ce genre de discours.

      Posté par Lili Galipette, 31 mars 2014 à 16:44 | | Répondre
  • Je n'ai pas lu celui-ci mais j'aime beaucoup cet auteur. Il n'est pas super facile à lire, parfois déroutant, mais on regard sur le monde médical est vraiment intéressant !

    Posté par liliba, 06 avril 2014 à 21:43 | | Répondre
    • Ce n'est pas un univers qui m'intéresse vraiment, à la base.

      Posté par Lili Galipette, 07 avril 2014 à 07:24 | | Répondre
  • Il est dans ma PAl mais son épaisseur me fait un peu peur ... encore plus quand je te lis !!

    Posté par MAnika, 13 juin 2014 à 17:03 | | Répondre
  • Pour certain(e)s, c'est une référence, alors tente ta chance !

    Posté par Lili Galipette, 13 juin 2014 à 18:05 | | Répondre
Nouveau commentaire