Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

07 mai 2014

Corps et âme

Conroy_Corps et ameRoman de Franck Conroy.

Pour Claude, les journées dans le petit appartement de la cave offrent peu de distraction : le passage des piétons devant le soupirail et un peu de musique à la radio. Quand il trouve le petit piano blanc, il commence par jouer pour conjurer la solitude, car la cacophonie vaut mieux que le silence ou la pesante présence de sa mère dont les activités nocturnes semblent lui attirer bien des ennuis. Emma est « une grande femme en colère, prisonnière d’un discours perpétuel qui semblait se nourrir de lui-même. » (p. 115) Rapidement, Claude se découvre une passion et un don pour la musique. Avec l’aide d’Aaron Weisfeld, le propriétaire du magasin de musique voisin, le petit garçon apprend et travaille avec patience et acharnement. « La musique était là, simplement, sans qu’il y pense, sans qu’il se concentre sur elle. Il n’en était pas plus conscient que de sa propre respiration. Il n’avait pas l’impression qu’il la faisait mais qu’elle existait indépendamment, circulant dans un coin de son cerveau. » (p. 79)

Claude apprend vite et développe son talent avec une aisance qui impressionne ses maîtres. Jeune prodige, il entre très tôt dans le monde des concertistes. La musique lui est aussi nécessaire que l’air, elle est même un second souffle indispensable. « À l’exception possible de Weisfeld, nul ne savait que la musique l’avait sauvé. Que grâce à elle, il l’avait échappé belle. […] Sans musique, il serait encore, et toujours, cet enfant vague, faible, aussi évanescent qu’une volute de fumée. » (p. 301) Par certains côtés, et en dépit des nombreuses rencontres qu’il fait, Claude est coupé du monde, en apesanteur dans une bulle qui vibre d’accords et de notes. Entre répertoire classique et rythmes jazzy, Claude fait chanter les pianos et il donne à la musique une densité légère et enveloppante. « La musique est ce qui compte le plus au monde, pour moi. […] Plus je fais de la musique, plus ça me paraît évident. Je voudrais jouer, je voudrais composer. La musique ne s’épuisera jamais. Elle ne disparaîtra jamais. Je voudrais donc lui consacrer ma vie. » (p. 282)

Il y a beaucoup de théorie musicale dans ce roman, mais il n’est pas besoin de la comprendre pour saisir l’extraordinaire mélodie qui sourd des mots et qui émane du roman tout entier. Corps et âme est un texte émouvant, parfois drôle et acerbe. C’est un roman fleuve qui entraîne le lecteur dans une frénésie harmonique, au sein d’une New York qui se déconstruit et revêt les atours de la modernité. Chaque fois que j’ouvrais le livre, je plongeais dans un monde très beau et délicat, suivant l’histoire de Claude en retenant mon souffle devant la beauté de cette partition littéraire.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [8] - Permalien [#]

Commentaires sur Corps et âme

  • Je pense que ça pourrait me plaire, ce que tu en dis me parle ! Je le note !

    Posté par Asphodèle, 07 mai 2014 à 11:22 | | Répondre
  • J'ai un souvenir ébloui de ce livre!
    En regardant le docu d'arte consacré à la Juilliard school j'y ai repensé avec bonheur, et nostalgie. J'aimerais tant lire un roman qui m'emporte de la même manière!

    Posté par Violette, 07 mai 2014 à 13:41 | | Répondre
    • Je ne suis pas étonnée du tout que ce roman t'ait plu. Il est magistral !!

      Posté par Lili Galipette, 07 mai 2014 à 17:57 | | Répondre
  • Très belle critique ! Tu me donnes envie de le lire !

    Posté par Lydia B, 08 mai 2014 à 11:34 | | Répondre
  • J'ai adoré ce roman. Je l'ai offert plusieurs fois depuis!

    Posté par Karine:), 14 mai 2014 à 00:15 | | Répondre
Nouveau commentaire