Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

01 juin 2014

Billevesée #127

Au gré de l'évolution, du réchauffement climatique et du développement de l'industrie textile, l'homme s'est peu à peu débarrassé de la fourrure qui le couvrait à l'origine. Mais il est loin d'être glabre puisque l'épiderme entier est couvert de poils d'épaisseurs, de formes et de couleurs diverses.

Le corps entier ? Non, quelques parties resistent encore et toujours à l'envahisseur. Il s'agit des faces intérieures des mains et des pieds. Et il en a toujours été ainsi. Ainsi, dire de quelqu'un qu'il a un poil dans la main, c'est supposer qu'il se sert tellement peu de cette dernière qu'une pilosité peut s'y développer.

Alors, billevesée ?

Billevesée_Poildanslamain

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Billevesée #127

  • Chez certains, ce n'est plus un poil, c'est la tignasse entière !

    Posté par Lydia B, 01 juin 2014 à 13:50 | | Répondre
    • Une tignasse... ou une rasta, comme dit mon papy !

      Posté par Lili Galipette, 01 juin 2014 à 13:51 | | Répondre
Nouveau commentaire