Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

17 juin 2014

Pauvre Miss Finch

Collins_Pauvre miss finchRoman de Wilkie Collins.

Mme Pratolungo, veuve, française et républicaine, entre au service de Lucilla Finch, une jeune aveugle au caractère très sensible. « Mon amour seul me fait vivre. Et mon amour est lié à mon infirmité. » (p. 537) Lucilla s’est éprise d’Oscar, un jeune inconnu au passé sombre. Sourde aux mises en garde de sa dame de compagnie, la jeune aveugle veut croire à son bonheur, mais elle est sans cesse convaincue que son entourage se joue d’elle. « Vous ne pouvez imaginer combien il est dur de se croire trompée quand on est une aveugle. » (p. 143) Quand arrive Nugent, le frère jumeau d’Oscar, les choses se compliquent au sein d’un triangle amoureux pervers. Et tout menace d’être dévoilé puisqu’un médecin allemand est convaincu de pouvoir rendre la vue à Lucilla. Une fois l’opération achevée, Lucilla doit réapprendre à voir, au propre comme au figuré, et déterminer ce qui la trompe, à savoir ses yeux, ses mains ou son cœur.

Mme Pratolungo est un personnage insupportable : donneuse de leçons et sans cesse convaincue de sa supériorité, elle pointe du doigt tous les défauts de son entourage sans voir les siens. De plus, je ne comprends pas ce qu’apporte au récit le fait qu’elle soit révolutionnaire et socialiste. Pourquoi l’auteur a-t-il de ses personnages de telles caricatures ? Entre l’épouse à mioches qui ne sait qu’égarer son mouchoir, le pasteur qui s’écoute parler et le médecin allemand qui ne pense qu’à manger, la lecture de ce roman demande une bonne dose de sang-froid. En outre, tout y est mélodramatique et atrocement exagéré : aucun personnage n’est capable de sentiment modéré ou de réaction normale. Enfin, l’auteur a pris plaisir à compliquer les choses en empilant une surenchère de péripéties et de contretemps.

Pauvre Miss Finch est loin, très loin, du génial Armadale et du très bon Secret absolu. J’espère que ce roman est une erreur unique de parcours et que les autres romans de Wilkie Collins ne lui sont en rien semblables.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Lignes d'affrontement [8] - Permalien [#]

Commentaires sur Pauvre Miss Finch

    Je ne l'ai pas lu celui-ci.

    Posté par Lydia B, 17 juin 2014 à 20:21 | | Répondre
  • Parfait. Grâce à des chroniques comme celle-ci, on évite de perdre son temps malgré le temps reconnu de cet auteur !

    Posté par Miss Alfie, 18 juin 2014 à 07:29 | | Répondre
  • Voilà encore un auteur à découvrir en ce qui me concerne mais ce ne sera pas avec celui-ci, c'est sûr !

    Posté par Asphodèle, 19 juin 2014 à 17:45 | | Répondre
    • En effet, je te déconseille de commencer avec ce titre...

      Posté par Lili Galipette, 19 juin 2014 à 17:54 | | Répondre
  • Bon. Pas pour moi, donc. Du coup, je passe avec joie!

    Posté par Karine:), 24 juin 2014 à 17:48 | | Répondre
Nouveau commentaire