Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

15 septembre 2014

La nuit de l'oracle

Auster_Nuit de loracleRoman de Paul Auster.

L’écrivain Sidney Orr relève d’une longue maladie. Alors qu’il pensait ne plus pouvoir écrire, il retrouve l’inspiration grâce à un carnet bleu. « Ces carnets sont très sympathiques, mais ils peuvent aussi être cruels et tu dois prendre garde à ne pas t’y perdre. » (p.53) Il commence à écrire l’histoire de Nick Bowen, personnage qui a trouvé le manuscrit de Sylvia Maxwell, La nuit de l’oracle. Absorbé par son nouveau roman, Sidney a l’impression que les frontières entre réalité et imagination deviennent poreuses. « C’était un lieu illusoire qui appartenait à ma tête, et où je me trouvais aussi. Dans ces deux lieux en même temps. Dans l’appartement et dans l’histoire. Dans l’histoire dans l’appartement que j’écrivais encore dans ma tête. » (p. 39) Alors que les mots lui reviennent enfin, il doit faire face à des difficultés d’ordre privé. Très amoureux de son épouse Grace, il a le sentiment que celle-ci lui échappe et il n’a que son imagination pour combler les blancs. « Depuis que j’ai acheté ce carnet, tout se déglingue. Je ne pourrais plus dire si c’est moi qui me sers du carnet ou le carnet qui se sert de moi. » (p. 166 & 167)

Les longues notes de bas de page de Sidney Orr sont des explications, des souvenirs et des justifications qui finissent par constituer une histoire parallèle à celle qu’il raconte. Dans ce roman, Paul Auster propose en fait une multitude d’histoires : il y a l’histoire racontée par Sidney Orr et ses interminables digressions en bas de page, le roman que celui-ci écrit et le manuscrit La nuit de l’oracle – texte que l’on aurait furieusement envie de lire tant il semble obséder le personnage créé par Sidney Orr. À la fois histoires gigognes et histoires en maillons, chacune dépendant de l’autre, ces textes se contaminent les uns les autres et entraînent le lecteur dans un labyrinthe narratif tout à fait étourdissant. Sans aucun doute, La nuit de l’oracle est le meilleur roman de Paul Auster que j’ai lu jusqu’à présent.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [4] - Permalien [#]

Commentaires sur La nuit de l'oracle

  • Je suis d'accord, ce livre est une merveille ! Juste derrière "Le voyage d'Anna Blume" , juste sublime...

    Posté par Une Comète, 16 septembre 2014 à 16:49 | | Répondre
  • Mes Paul Auster dorment toujours dans ma très vieille PAL, je dis toujours qu'il faut que je m'y remette et je ne le fais pas... J'ai bloqué sur un (je ne sais plus lequel) et j'ai lâchement abandonné, je sais que j'ai tort, que c'est pas bien mais voilà... Je sais aussi que j'y reviendrais quand cela s'imposera...

    Posté par Asphodèle, 19 septembre 2014 à 13:06 | | Répondre
Nouveau commentaire