Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

12 décembre 2014

Simetierre

King_SimetierreRoman de Stephen King.

Louis Creed, son épouse Rachel et leurs enfants, Ellie et Gage, emménagent à Ludlow, dans le Maine. La maison craque un peu, mais elle est grande et le voisinage est charmant : un grand jardin et des bois tout autour, des voisins sympathiques. Mais il y a aussi cette route sur laquelle les camions passent à vive allure sans se soucier des riverains. Pas loin, il y a également un vieux cimetière dans lequel les gamins du coin ont pris l’habitude d’enterrer leurs amis à quatre pattes. « Un gosse dont la petite bête familière se fait écraser sur la route, ça n’oublie plus. » (p. 28) Et de l’autre côté du cimetière pour animaux se trouve une nécropole indienne : il y a des siècles déjà, les Micmacs prêtaient à cette terre isolée un étrange pouvoir. « Cet endroit… aussitôt que vous y avez mis les pieds, il prend possession de vous… et vous vous inventez les intentions les plus louables du monde afin d’avoir un prétexte pour y retourner. » (p. 229) Alors, quand le chat de la famille Creed se fait percuter par un camion, Louis est prêt à tout pour épargner du chagrin à sa petite fille. Mais à quoi serait-il prêt si l’un des siens devait disparaître ? Au pire, sans aucun doute.

Parfaitement glaçant ! Stephen King fait d’abord monter l’émotion en évoquant chats, chiens, lapins et autres bestioles qui, en mourant, emportent un peu du cœur de leur propriétaire. Impossible de ne pas chouiner un peu en lisant la description du cimetière des animaux. Ah, que ne donnerait-on pas pour voir revenir notre meilleur ami poilu, pour ne pas l’avoir perdu ? Puis voilà que l’auteur braque à 180 degrés : revenir d’entre les morts, ce n’est pas une partie de plaisir, surtout pour ceux qui ne sont jamais partis. Stephen King propose une profonde et touchante réflexion sur la famille, les liens qui la composent et ce que cela suppose de sacrifice pour en maintenir les membres unis et heureux. Le tout saupoudré de légendes indiennes qui font froid dans le dos !

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [6] - Permalien [#]

Commentaires sur Simetierre

    Brrr, nous sommes loin du monde des petits pinpins coquins cette fois-ci !!

    Posté par Mamanous, 12 décembre 2014 à 09:51 | | Répondre
  • Intéressant tout ça ! Je l'ai aussi. Il faut vraiment que j'arrive à me trouver du temps pour lire cet auteur !

    Posté par Lydia B, 13 décembre 2014 à 13:58 | | Répondre
  • Lu à 12 ans, il m'a hanté très longtemps et encore aujourd'hui !
    Du même auteur, je suis en train de lire "Ça".

    Posté par DeL, 14 décembre 2014 à 20:23 | | Répondre
    • "Simetierre" est un roman tout à fait dérangeant !

      Posté par Lili Galipette, 15 décembre 2014 à 07:27 | | Répondre
Nouveau commentaire