Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

17 décembre 2014

Eichmann à Jérusalem - Rapport sur la banalité du mal

Arendt_Eichmann a jerusalemEssai historique et philosophique d’Hannah Arendt.

Le procès d’Adolf Eichmann : 16 semaines de procès ; 4 mois de délibérés ; 15 chefs d’accusation, dont 12 passibles de la peine de mort ; des milliers de documents et de pages tirées des bandes de l’interrogatoire. « Le procès est celui de ses actes, et non des souffrances des Juifs, il n’est pas celui du peuple allemand ou de l’humanité, pas même celui de l’antisémitisme et du racisme. » (p. 47)

Capturé en Argentine par le Mossad en 1960, interrogé, jugé et condamné à mort par pendaison à Jérusalem, Adolf Eichmann est un personnage déconcertant dont l’histoire et le procès n’ont cessé de pointer les bizarreries et l’impensable banalité. Hannah Arendt propose à la fois un portrait de cet homme et une longue revue détaillée de son procès. Elle revient sur l’histoire d’Eichmann et du Troisième Reich. Entre tentative d’éclaircissement et réflexion sur les fondements du mal, Eichmann à Jérusalem est un texte fondamental pour qui veut tenter de comprendre ce que fut la Shoah. « Nul n’est tenu d’obéir à des ordres manifestement criminels. » (p. 501)

Adolf Eichmann était un homme médiocre, sans grande intelligence, ni grande culture et parfaitement malhabile quand il s’agissait de s’exprimer. Il est extraordinaire qu’il ait réussi à occuper une telle place dans l’appareil de destruction nazi. Il avait le mérite d’être très organisé et zélé et c’est à force de travail qu’il devint spécialiste des affaires juives au sein du Reich. À noter qu’il n’était aucunement antisémite, ni même pro-aryen. Mais, fonctionnaire modèle, Adolf Eichmann souscrivait sans réserve aux thèses prônées par Hitler : incapable de remettre en cause la loi érigée par le Führer, il obéissait aux ordres. « Plus on l’écoutait, plus on se rendait à l’évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu’un d’autre. » (p. 118) Adolf Eichmann est un vantard qui passe par des phases d’euphorie et d’ennui profond. Lors de son interrogatoire et de son procès, il répondait par des phrases toutes faites et faisait montre d’une mémoire, sinon lacunaire, sinon profondément encline à réécrire l’histoire. « Malgré tous les efforts de l’accusation, tout le monde pouvait voir que cet homme n’était pas un “monstre” ; mais il était vraiment difficile de ne pas présumer que c’était un clown. » (p. 126)

Hannah Arendt remet en perspective le travail d’Adolf Eichmann. Avant d’en venir à l’extermination systématique et mécanique des Juifs d’Europe, le fonctionnaire a d’abord mis en œuvre diverses solutions, telles que l’expulsion vers une autre terre. Aussi incroyable que cela semble, Eichmann avait pour obsession de mettre une terre sous les pieds des Juifs, ce qui fait de lui un sioniste convaincu et acharné. Quels que soient ses crimes, il a aidé des centaines de Juifs à quitter l’Allemagne dans des conditions favorables, sinon acceptables. Attention, il n’a rien d’un Schindler : l’objectif d’Eichmann était bien de rendre l’Allemagne jüdenrein, débarrassée des Juifs. Mais il faut accorder à Eichmann d’avoir vraiment cru qu’il était chargé de trouver une solution pour vider le pays des Juifs sans passer par la violence. Pendant un temps, ses vagues projets de déportation à Madagascar et ailleurs lui ont été laissés par un régime qui pensait déjà et depuis longtemps à une solution plus radicale. Et quand le Reich a finalement affiché ses véritables intentions, la grande faute d’Eichmann est de n’avoir pas protesté et d’avoir continué à œuvrer pour le régime. « Comme Eichmann le déclara, le facteur le plus décisif pour la tranquillisation de sa conscience fut le simple fait qu’il ne vit personne, absolument personne qui ait pris effectivement position contre la Solution finale. » (p. 226) Un peu mouton, complètement embrigadé, Adolf Eichmann a suivi le mouvement. Et le tribunal de Jérusalem n’a pas porté cela à son crédit. « Il faisait son devoir, répéta-t-il mille fois à la police et au tribunal ; non seulement il obéissait aux ordres, mais il obéissait aussi à la loi. » (p. 253) Voilà le mal selon Eichmann : non un mal par principe, mais un mal selon la loi et selon les ordres. Voilà comment un homme aussi médiocre a pu présider à l’extermination de millions de Juifs. « Mis à part un zèle extraordinaire à s’occuper de son avancement personnel, il n’avait aucun mobile. Et un tel zèle n’est nullement criminel. […] Simplement, il ne s’est jamais rendu compte de ce qu’il faisait, pour le dire de manière familière. » (p. 494) C’est sur cela qu’Hannah Arendt a fondé sa thèse sur la banalité du mal.

Arendt_Eichmann a jerusalem_1

Dans sa cage de verre, Adolf Eichmann était représenté par l’avocat Robert Servatius, dont la défense se fondait sur deux principes : les crimes d’Eichmann étaient des crimes d’État – ce que le tribunal de Jérusalem n’a jamais concédé, car cela aurait empêché tout procès – et Eichmann était un bouc émissaire. Sous la présidence de Ben Gourion, le tribunal de Jérusalem était investi d’un grand rôle. « Et si pour Ben Gourion, “le verdict prononcé contre Eichmann lui était indifférent”, la seule tâche du tribunal de Jérusalem était incontestablement d’en prononcer un. » (p. 71) Le procès Eichmann, contrairement au procès de Nuremberg, a mis les Juifs en position d’acteurs et non seulement de victimes et de spectateurs. « On pensait que les Juifs n’avaient pas le droit d’apparaître comme juges dans leur propre cause, mais qu’ils devaient agir uniquement comme accusateurs. » (p. 468) Dans sa relecture de l’Histoire, Hannah Arendt soulève aussi les terribles secrets de l’extermination des Juifs, comme la coopération des autorités juives. « Le juge Halévi découvrit, à partir du contre-interrogatoire d’Eichmann, que les nazis considéraient la coopération des Juifs comme la pierre angulaire même de leur politique juive. » (p. 238) Dans ce procès et dans l’Histoire, il est toujours bien ardu de séparer le bien du mal, chacun frayant avec l’autre.

J’avais étudié ce texte en terminale pour un projet en binôme à présenter au baccalauréat. Je gardais de cet essai un souvenir confus, mais une expression m’est restée, celle de la banalité du mal. Cette relecture, dix ans après mon baccalauréat, a des saveurs de nostalgie, car je me suis revue bûchant sur ce texte que je trouvais alors ardu, dense et bien épais pour ma pauvre ambition lycéenne de connaissances. C’est très certainement avec cet ouvrage que j’ai « appris à penser ». La clarté du propos et de la démonstration permet d’explorer des thèses épineuses, sans toujours obtenir des réponses, et de relire un épisode historique tristement célèbre qu’il ne faut pas effacer. « Les oubliettes n’existent pas. Rien d’humain n’est à ce point parfait, et il y a simplement trop de gens dans le monde pour rendre l’oubli possible. Il restera toujours un survivant pour raconter l’histoire. » (p. 409) En relisant Eichmann à Jérusalem, j’ai souvent pensé à ma récente découverte de Leïb Rochmann, avec son texte À pas aveugles de par le monde. Voilà deux textes essentiels, certes bouleversants, mais nécessaires, indispensables. Et j’arrête là avec les synonymes pour vous conseiller de vous frotter au texte d’Hannah Arendt : il est accessible et passionnant.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [6] - Permalien [#]

Commentaires sur Eichmann à Jérusalem - Rapport sur la banalité du mal

    Oooooh ! Je me souviens bien de cette lecture ! Tu m'en avais parlé longuement à cette époque... (c'était avec ton prof "chouchou" ??)

    Posté par Mamanous, 18 décembre 2014 à 11:16 | | Répondre
    • Avec mes 3 profs chouchous : le prof de philo, la prof d'histoire-géo et la prof de lettres. Et une chouette camarade en binôme !

      Posté par Lili Galipette, 18 décembre 2014 à 12:52 | | Répondre
  • Cela fait quelques mois déjà que j'ai repéré ce livre. La sortie du film sur Hannah Arendt il y a quelques mois a remis à la lumière du jour cette personne.
    Par contre en terminale en philosophie ma prof était très loin de nous parler d'elle, la philosophie moderne ne devait pas l'intéresser ou elle pensait que ça ne nous intéressait pas.

    Posté par MissG, 23 décembre 2014 à 10:17 | | Répondre
    • Dommage, car c'est un texte passionnant et bien plus accessible que ceux de Kant et consorts !

      Posté par Lili Galipette, 23 décembre 2014 à 20:06 | | Répondre
  • L'aspect philosophique, je ne te le cache pas, me fait largement peur.
    Je rejoins MissG : les profs de philo devraient élargir leurs références. La mienne était fan des grecs anciens. Autant te dire que ça m'a un peu traumatisée. Alors qu'un auteur comme Hannah Arendt, lu en lien avec le cours d'histoire, aurait pu avoir un vrai sens.

    Posté par Miss Alfie, 31 décembre 2014 à 14:05 | | Répondre
    • J'ai en effet relié cette lecture à mes cours d'histoire de terminale et c'était passionnant !

      Posté par Lili Galipette, 31 décembre 2014 à 18:41 | | Répondre
Nouveau commentaire