Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

06 mai 2015

Purge

Oksanen_PurgeRoman de Sofi Oksanen.

Un matin de 1992, alors que le bloc de l’Est poursuit son effondrement et que les Russes quittent peu à peu l’Estonie, la vieille Aliide trouve une jeune fille affolée dans son jardin, Zara, jeune Finlandaise qui fuit un homme. « Peut-être qu’elle faisait maintenant une erreur en se rebellant contre son destin de pute, mais il était vain de penser à cela maintenant. » (p. 293) L’histoire de Zara entre en résonnance avec celle d’Aliide qui, des décennies plus tôt, a aimé Hans, le mari de sa sœur, et qui aurait tout fait pour l’avoir rien qu’à elle, jusqu’à l’impensable. Depuis des années, elle vit avec des secrets et des hontes : son passé est lourd à porter et elle craint sans cesse qu’il refasse surface, qu’il remonte de la cave où elle vécu sa plus grande douleur. Aliide est de ceux qui ont collaboré, qui ont laissé les Russes toucher à l’Estonie. Pour ça, elle sait qu’on la hait et elle craint les pillages, mais elle ne reculera jamais. « Cette terre était sa terre, elle en était issue et elle y resterait, elle n’en partirait pas, elle n’y renoncerait pas. » (p. 195) Aider Zara, finalement, c’est s’opposer enfin à l’URSS, dire non à la toute-puissance des hommes et à leurs désirs sales. Zara aussi a beaucoup à cacher, mais elle cherche surtout à comprendre le pesant secret de famille qui est son héritage.

Sordide. Épais. Poisseux. Crasseux. Ces qualificatifs n’ont cessé d’accompagner ma lecture. Purge est un roman pesant et sombre où se heurtent en un violent fracas l’histoire de l’Estonie et le destin de quelques individus. La rédemption ne s’y acquiert qu’au prix du sacrifice et de la brutalité. L’image récurrente des mouches qui se posent sur la viande résume parfaitement l’atmosphère de ce récit : ici, tout est putride. Lecture âpre et dérangeante, mais qui marque pour longtemps. Il est dans mes habitudes de lire les bestsellers des années après tout le monde : j’aurais peut-être dû attendre encore un peu pour ouvrir celui-là.

Posté par Lili Galipette à 08:30 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [8] - Permalien [#]

Commentaires sur Purge

  • Comme toi, l'excès de visibilité d'un bouquin dans les médias et dans les blogs aurait plutôt l'effet inverse sur moi. Je me suis fait prendre plusieurs fois : à force de trop en entendre dire du bien, on en attend souvent trop. Alors, pour éviter les grosses déceptions, je préfère que le temps efface tout ce que j'ai pu lire ou entendre et entamer la lecture "quasi-vierge". C'est la raison pour laquelle Purge attend toujours son tour. Mais ce que tu en dis ce matin pourrait hâter sa lecture

    Posté par Ex-In Cold Blog, 06 mai 2015 à 09:30 | | Répondre
  • Bon courage !! Il faut avoir le coeur bien accroché !

    Posté par Lili Galipette, 06 mai 2015 à 12:32 | | Répondre
  • Il prend la poussière dans ma bibliothèque. Il faudra que je le sorte un jour...

    Posté par Lydia B, 07 mai 2015 à 09:59 | | Répondre
  • Il ne me fait pas du tout envie tellement il parait rude et violent !

    Posté par Miss Alfie, 07 mai 2015 à 14:15 | | Répondre
  • Ca ne me tente pas du tout. J'ai peur que trop de sordide tue le sordide (oui je sais elle était facile

    Posté par Melusine1701, 19 mai 2015 à 09:19 | | Répondre
Nouveau commentaire