Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Des galipettes entre les lignes
29 juin 2015

La tempête du siècle

King_Tempete du siecleScénario de Stephen King.

Une tempête s’approche de Little Tall Island, petite île du Maine. Des tempêtes, les iliens en ont déjà vu et ils savent se serrer les coudes quand il le faut. « Et nous sommes capables de garder un secret, quand il le faut. C’est que nous avons fait en 1989. Les gens qui habitent ici n’ont pas ouvert la bouche. » (p. 27) Cette phrase, c’est le narrateur, Mike Anderson, qui la prononce au début de son récit, mais alors que la tempête est passée depuis plusieurs années. Qu’est-ce donc que les habitants de Little Tall Island ont caché après cette fameuse tempête ? Qui est André Linoge, cet inconnu à la canne à pommeau d’argent ? Et pourquoi répète-t-il sans cesse « Donnez-moi ce que je veux, et je m’en irai. » (p. 106) Oui, que veut Linoge, cette sinistre créature arrivée en même temps que la tempête ? Comment connaît-il tous les secrets, toutes les hontes et toutes les culpabilités des habitants ? Alors que la tourmente fait rage, Linoge met les iliens face à leurs pêchés, il les rend fous et les pousse à commettre leur pire, répétant qu’il veut qu’on lui donne ce qu’il veut. L’issue de la tempête sera tragique, le déchaînement des éléments n’étant qu’une brise au regard de ce qui va se jouer dans la salle de l’hôtel de ville, quand les habitants seront confrontés au choix le plus sinistre de leur existence.

Je me souviens avoir vu le film avec mon frère : nous étions alors tous minots, mais nous gardons de ce visionnage un souvenir hilare. Le jeu des acteurs était atroce et la mise en scène pas moins mauvaise. Mais à découvrir le scénario, je suis surtout nostalgique d’une époque où nous regardions ensemble les pires nanars en pleurant de rire. Pour parler du texte lui-même, je salue la maîtrise de Stephen King : il connaît sa Bible, surtout le chapitre de l’Apocalypse qui, étymologiquement, signifie « révélation ». C’est bien ce qui se passe ici : les iliens voient leurs secrets révélés, puis leurs peurs et leurs lâchetés. Finalement, entre solidarité et survie, le choix sera dramatique et Linoge, en cavalier solitaire, mène à bien sa tâche macabre.

Publicité
Publicité
Commentaires
M
Si celui-là, j'en ai vu la fin.... <br /> <br /> Un autre film interminable : les langoliers...
Répondre
M
Je me souviens de ce film interminable....
Répondre
L
Oui, c'est sûr, surtout par rapport à ce qu'il écrit !
Répondre
L
Hihihi, c'est tellement bizarre de dire que Stephen King est un auteur doudou !
Répondre
L
L'auteur doudou est de retour ! ;-)
Répondre
Publicité