Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

27 octobre 2015

Délivrances, pour les Matchs de la rentrée littéraire de PriceMinister

Morrison_DelivrancesRoman de Toni Morrison.

J’ai la chance de participer aux Matchs de la rentrée littéraire organisés par #PriceMinister, les #MRL15. J'ai reçu Délivrances de Toni Morrison. C'est une histoire magnifique, poignante et lumineuse.

Quatrième de couverture : Dans son onzième roman, qui se déroule à l'époque actuelle, Toni Morrison décrit sans concession des personnages longtemps prisonniers de leurs souvenirs et de leurs traumatismes. Au centre du récit, une jeune femme qui se fait appeler Bride. La noirceur de sa peau lui confère une beauté hors norme. Au fil des ans et des rencontres, elle connaît doutes, succès et atermoiements. Mais une fois délivrée du mensonge - à autrui ou à elle-même - et du fardeau de l'humiliation, elle saura, comme les autres, se reconstruire et envisager l'avenir avec sérénité.

 Voici donc mon avis – créatif, comme demandé par PriceMinister.

********

Délivrances, pièce en une scène.

Voix dans le noir.

Sweetness – Ma fille, ta peau est noire comme goudron, sombre comme l’Afrique. Moi, mulâtre au teint blond, je ne sais que faire de toi.

Bride – Maman, ne peux-tu pas me prendre dans tes bras et me donner un peu de douceur ? Ne m’as-tu pas un peu aimée quand j’ai dénoncé cette femme et ce qu’elle faisait aux enfants de l’école ?

Sweetness – Oui, tu as fait ton devoir, tu m’as rendue fière. Toi, la petite noire, tu as mis une blanche en prison.

Sofia – La blanche, c’est moi. Quinze ans ont passé, je veux qu’on m’oublie. Je veux oublier.

Bride – Sofia, laisse-moi t’aider.

Sofia – Dehors ! Tu en as déjà trop fait !

Moi, lectrice – Tant de violence, tant de bruit ! Mon coeur est saisi d'émoi et de tristesse !

Voix dans l’ombre.

Bride – Maman, j’ai tellement mal ! Mon corps est blessé, ma féminité régresse, mon enfance frappe à la porte et elle cherche le pardon pour ses lâchetés.

Sweetness – Tu es une grande fille, tu as réussi, tu as de l’argent. Tu es un papillon de nuit qui fascine parce que ta peau noire brille comme un diamant. Que veux-tu de plus ?

Bride – J’étais resplendissante, le monde me voulait, les hommes m’aimaient. Je veux l’amour. Je veux Booker. Il est parti, disant que je n’étais pas la femme qu’il lui fallait. Je ne suis même pas sûre d’être la femme qu’il me faut. Qui suis-je ?

Booker – Laisse tomber le masque, Bride. Ta peau noire n’est pas ta seule identité. Tu es tellement plus, toi, ma belle. Confesse tes mensonges et j’abandonnerai mes chagrins pour te revenir.

Moi, lectrice – Oh, Bride, écoute-le ! Rends les armes !

Voix dans la lumière.

Bride – Je n’ai plus mal. J’ai fait face à mes démons. Je suis délivrée.

Moi, lectrice – Bride, merci de m'avoir emmenée dans ton monde sombre et lumineux. Mme Morrison, merci pour cette lecture bouleversante.

Rideau.

MRL_header

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [7] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Délivrances, pour les Matchs de la rentrée littéraire de PriceMinister

  • J'avais postulé moi aussi pour celui-ci mais n'ayant eu aucune nouvelle de Price Minister, j'en ai déduit que je n'avais pas été retenue.

    Très bel avis ma Lili ! Il est magnifique ! Bravo !

    Posté par Lydia B, 27 octobre 2015 à 09:06 | | Répondre
  • Zut !
    Je te le prêterai dès qu'on me l'aura rendu !

    Posté par Lili Galipette, 27 octobre 2015 à 09:43 | | Répondre
    • C'est gentil. Mais ne te tracasse pas, je vais me l'offrir.

      Posté par Lydia B, 27 octobre 2015 à 09:45 | | Répondre
  • Bonjour Lili, en lisant ton billet, je ne sais pas si tu as apprécié ce roman qui pour ma part ne m'a pas emballée plus que cela. L'histoire ne m'a pas passionnée du tout. En revanche, Home, son roman précédent m'avait éblouie. Bonne journée.

    Posté par dasola, 05 novembre 2015 à 09:34 | | Répondre
Nouveau commentaire