Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

08 janvier 2016

Les indociles

Magellan_IndocilesRoman de Murielle Magellan. À paraître le 11 janvier.

Pour résumer Olympe Delbort, il n’est besoin que de trois extraits du roman.

« Olympe a trente-sept ans et elle n’a jamais vraiment écouté une phrase jusqu’au bout. On n’est pas l’une des galeristes les plus en vue de paris, à trente-sept ans, sans avoir un fond d’impolitesse, un mépris de la lenteur, une persistante hâte. » (p. 12)

« Rien n’est jamais plus simple que la sexualité d’Olympe, désirer et être désirée, le dire, le faire. Elle s’étonne que cela puisse chez certains engager tant de choses, alors que c’est pour elle un pétillement, une récréation. » (p. 28)

« Elle ne croit pas l’homme capable d’amour même si elle le croit capable d’avoir inventé l’amour. » (p. 29)

Loin d’être réducteurs, ces extraits conjugués dressent le portrait complexe d’une femme moderne et libre, éprise de séduction et d’art pictural. Son prénom fait clairement référence à la révolutionnaire féministe et indépendante qui perdit la tête sous la guillotine. Olympe, c’est aussi un traumatisme sexuel niché dans l’enfance et de nombreux articles de presse qui tentent de percer le mystère de son succès et de son originalité. Quand Olympe veut, elle obtient : un tableau, un artiste, un homme. Elle assouvit ses désirs avec la même impatience goulue que le marcheur qui avale un verre d’eau fraîche après une journée dans le désert. « Prendre le plaisir puisqu’on peut le prendre. » (p. 46) Et l’amour dans tout ça ? Justement, l’amour, Olympe n’y croit pas. Elle croit au rapprochement et à la friction des corps, pas à celles des cœurs.

Puis elle rencontre Paul Anger et Claude Solal. Le premier est marié, heureux dans une existence calme et un rien bourgeoise. L’autre est artiste, écorché par la vie et encore riche d’une créativité qui ne demande qu’à s’exprimer. Au premier, elle va demander ce qu’elle n’a jamais attendu d’aucun autre partenaire. Au second, elle va promettre la gloire et la reconnaissance. D’abord réticents, inquiets de quitter leur tranquillité, les deux hommes rendent les armes face au désir d’Olympe.

Évidemment, il y a quelque chose des Liaisons dangereuses dans les échanges entre Olympe et Paul, mais la galeriste est plus Valmont que Merteuil puisqu’elle ne se grise jamais de la souffrance qu’elle peut infliger à l’autre et qu’elle ne cherche en aucun cas à la susciter. Sans aucun doute, Olympe préfère conquérir plutôt que posséder. Don Juan en jupons et au corps androgyne, elle découvre brutalement les élans du cœur. « Elle est jalouse et on n’est pas jaloux ainsi d’un ami. Elle est jalouse donc. Elle est jalouse donc elle aime Paul ? » (p. 152)

La fin, la suite, elles importent finalement assez peu quand on a compris que Paul et Claude sont les deux faces d’un même homme et qu’en perdant l’un, Olympe ne sait pas garder le second. Il n’y a pas de miracle, personne ne change : au mieux, on se réinvente avec les briques de son ancien moi. Ce n’est qu’un réaménagement. Olympe reste fidèle à ce qu’elle est. Elle connaissait le pouvoir de création de l’art, elle a découvert celui de l’amour, mais aussi leur folle puissance destructrice.

Cette lecture m’a intriguée. J’ai observé Olympe comme je l’aurais fait d’un animal exotique. Sans m’être antipathique, Olympe ne m’a pas touchée, au contraire de Paul que j’ai largement plaint. Olympe est la part violente de mon être dont j’ai depuis longtemps compris qu’elle ne m’intéressait pas. Les indociles est un roman étonnant sur le désir, l’amour et l’art qui sont trois forces dynamiques dont il faut se méfier autant qu’il faut les admirer.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Les indociles

Nouveau commentaire