Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

29 janvier 2016

The Big Short - Le casse du siècle

Lewis_The Big Short-Le casse du siecleTexte de Michael Lewis.

Quatrième de couverture : En 2005, profitant de l’aveuglement généralisé des grosses banques, des médias et du gouvernement, quatre outsiders du monde de la finance anticipent l’explosion de la bulle financière et mettent au point le casse du siècle ! Michael Burry, Steve Eisman, Greg Lippmann et Ben Hockett : des personnages visionnaires et hors du commun qui vont parier contre les banques et tenter de rafler la mise…

Wall Street, univers étrange, mystérieux, un peu magique pour les non-initiés. C’est avant tout une place dangereuse où se brassent des millions, voire des milliards de dollars chaque jour, chaque heure. Les traders spéculent et enregistrent des gains ou des pertes considérables, des sommes qu’il est presque impossible d’imaginer tant leurs montants sont extravagants. Ces hommes ne sont pas corrompus, mais incapables de bien gérer les capitaux qui leur sont confiés. Et ces capitaux, ce sont des maisons, des crédits contractés par les classes moyennes. Entre montages financiers, mécanismes illusoires et cercles vicieux, le marché se tend jusqu’à l’explosion. Rares sont ceux qui ont anticipé le désastre, mais ils ont su, pour certains, en profiter. « Un petit nombre de personnes – plus de dix, moins de vingt – paria directement contre le marché des subprimes, qui valait des milliers de milliards de dollars, et, par extension, contre le système financier dans son ensemble. Ce qui était en soi un fait remarquable : la catastrophe était prévisible, et pourtant seule une poignée de gens s’en rendait compte. » (p. 162) Tout paraît trop gros, trop invraisemblable. Comment tous les spécialistes ont pu passer à côté de ça ? La question reste encore en suspens. Steve Eisman, Michael Burry, Greg Lippmann et Ben Hockett sont les héros de ce récit, mais des héros sans armure et dont la victoire est contestable si on se place du côté de la morale, mais écrasante si on se place du côté de la finance.

J’ai bien compris toute cette mécanique en lisant, mais je serai bien en peine de l’expliquer. Tout le monde a entendu les noms suivants : Goldman Sachs, J. P. Morgan, Salomon Brothers, Moody’s. Savoir précisément ce qu’ils représentent et ce qu’ils dissimulent est une autre affaire. Dans son analyse, Michael Lewis est précis. Il n’accuse pas, mais il rend à chacun ses responsabilités dans l’explosion de la bulle financière américaine et la crise qui a secoué les classes les moins aisées de l’Amérique. Il y a également un certain cynisme dans ce texte. « La jeunesse américaine ne s’est jamais rebellée contre la culture de l’argent. Pourquoi prendre la peine de renverser le monde de ses parents quand on peut l’acheter puis le revendre morceau par morceau ? » (p. 18) Passionnant, effrayant et même épique, ce récit ne laisse pas indifférent !

Le film d’Adam McKay avec Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling et Brad Pitt cartonne actuellement en salles, mais je ne pense pas aller le voir. J’ai eu ma dose de haute finance et de drames socio-économiques !

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [14] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur The Big Short - Le casse du siècle

  • Pas lu mais j'ai vu le film et j'ai été épatée. D'ailleurs, on croirait par moment voir un documentaire.
    Je me laisserais bien tenter par le livre, quand je le trouverai à la médiathèque.

    Posté par Nanou, 29 janvier 2016 à 22:56 | | Répondre
  • Finalement, le monde des finances et de ses requins n'a guère changé depuis "l'argent" de notre cher Emile....

    Posté par Mamanous, 30 janvier 2016 à 12:19 | | Répondre
    • Et oui, c'est toujours les petites gens qui trinquent !

      Posté par Lili Galipette, 31 janvier 2016 à 11:25 | | Répondre
  • Ce n'est pas trop ardu comme bouquin ?

    Posté par Lydia B, 31 janvier 2016 à 12:01 | | Répondre
    • Si, un peu, mais c'est bien expliqué. Je comprenais tout en lisant, mais là, deux semaines après ma lecture, je ne saurai pas en parler !

      Posté par Lili Galipette, 31 janvier 2016 à 12:02 | | Répondre
      • Bon, je le note mais pas pour tout de suite. Cerveau trop embrumé (mal à la gorge, état fébrile...)

        Posté par Lydia B, 31 janvier 2016 à 12:20 | | Répondre
        • Oh mince, la crève ! Soigne-toi bien !!!

          Posté par Lili Galipette, 31 janvier 2016 à 12:22 | | Répondre
          • Merci ma Lili ! Et bon courage à toi aussi. Un bisou sur la truffe à Bowie.

            Posté par Lydia B, 31 janvier 2016 à 12:24 | | Répondre
  • Pas trop pour moi ces sujets sérieux et complexes, dans les romans j'ai vite tendance à en décrocher...

    Posté par Melusine1701, 01 février 2016 à 12:51 | | Répondre
    • Ce n'est pas du tout un roman, justement ! C'est un document entre essai et témoignage !

      Posté par Lili Galipette, 01 février 2016 à 12:52 | | Répondre
      • Au temps pour moi. Un peu de pédagogie là-dessus me ferait probablement du bien.

        Posté par Melusine1701, 01 février 2016 à 13:19 | | Répondre
  • Bonsoir Liligalipette, tu peux tout à fait te dispenser de voir le film qui personnellement m'a paru touffu. Sur le même sujet j'ai préféré Margin Call ou le documentaire Inside Job. Bonne soirée.

    Posté par dasola, 01 février 2016 à 21:50 | | Répondre
Nouveau commentaire