Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

22 août 2016

Au commencement du septième jour

Lang_Commencement du septieme jourRoman de Luc Lang.

Quatrième de couverture : 4 h du matin, dans une belle maison à l’orée du bois de Vincennes, le téléphone sonne. Thomas, 37 ans, informaticien, père de deux jeunes enfants, apprend par un appel de la gendarmerie que sa femme vient d’avoir un très grave accident, sur une route où elle n’aurait pas dû se trouver. Commence une enquête sans répit alors que Camille lutte entre la vie et la mort. Puis une quête durant laquelle chacun des rôles qu’il incarne : époux, père, fils et frère devient un combat. Jour après jour, il découvre des secrets de famille qui sont autant d’abîmes sous ses pas. De Paris au Havre, des Pyrénées à l’Afrique noire, Thomas se trouve emporté par une course dans les tempêtes, une traversée des territoires intimes et des géographies lointaines. Un roman d’une ambition rare.

Quand je me cache derrière une quatrième de couverture au lieu de proposer un résumé de mon cru, c’est soit parce que je ne veux pas déflorer l’intrigue, soit parce que je n’ai pas suffisamment progressé dans le livre pour prétendre le synthétiser. Ici, deuxième cas et abandon page 230, en plein milieu d’une phrase.

J’avais pourtant terriblement envie d’apprécier ce livre. Lors de la présentation de la rentrée littéraire des éditions Stock, Luc Lang m’avait envoûtée par sa présence, sa prestance, son regard profond. Hélas, je me suis heurtée de plein fouet à l’écriture de l’auteur : dense, étouffante, omniprésente. Faites un test si vous croisez ce livre : ouvrez-le n’importe quelle page et vous verrez un espace saturé d’écriture, sans presque aucun saut de ligne. À croire que le texte reflète l’état d’esprit de Thomas, protagoniste perdu. « C’était simplement un brouillard de plus en épais autour de Camille depuis cet accident. » (p. 79) Heureusement qu’il y a des retours à la ligne pour reprendre un peu son souffle ! Ici, tout est au même niveau, discours ou récit.

J’avais pourtant terriblement envie d’apprécier ce livre, de découvrir les mystères qui entourent Thomas, son frère et sa sœur, de comprendre ce qui se passait dans la vie de Camille. « Je sens comme une malédiction qui pèse sur la famille, sur nous… » (p. 216) Mais il y a trop d’histoires dans cette histoire : des affaires professionnelles, des magouilles politiques, des secrets de famille, des cheminements personnels, etc.

J’avais pourtant terriblement envie d’apprécier ce livre. Pas réussi. La faute à qui ? Certainement pas à Luc Lang dont le travail est remarquable. Sans doute à mon esprit un peu fatigué. Mais ce n’est pas un adieu : je range Au commencement du septième jour pour un dimanche où mes neurones, mieux entraînés à la brasse coulée, accepteront de plonger dans sa masse textuelle.

Posté par Lili Galipette à 13:00 - Mon Enfer - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Au commencement du septième jour

    Aie ! Bon, ça arrive... peut-être une autre fois !

    Posté par Lydia B, 25 août 2016 à 17:47 | | Répondre
  • J'ai de plus en plus de remords quand je vois l'accueil que lui fait la presse et les lecteurs en général... Suis-je passée à côté de quelque chose ?

    Posté par Lili Galipette, 01 septembre 2016 à 11:28 | | Répondre
Nouveau commentaire