Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

29 août 2016

Juste avant le crépuscule

King_Juste avant le crepusculeRecueil de nouvelles de Stephen King.

En ouvrant ce recueil, vous êtes invités à :

  • Attendre un train pour l’éternité,
  • Courir pour échapper à la mort,
  • Raconter vos rêves pour qu’ils ne se réalisent pas,
  • Intervenir dans une dispute conjugale,
  • Pédaler pour maigrir et échapper à des poursuivants mécontents,
  • Vous débarrasser d’objets venus du passé pour alléger votre culpabilité de survivant,
  • Contempler la fin du monde,
  • Rétablir l’ordre du monde,
  • Vous méfier des chats,
  • Vous méfier des autostoppeurs,
  • Vaincre la maladie par un baiser,
  • Vous équiper pour aller au petit coin et vous méfier de vos vieux voisins.

Le rythme de chaque nouvelle, courte ou longue, est impeccable et leur enchaînement fait sens, comme un gigantesque plan cosmique qui se mettrait en place. « Il y a la partie rationnelle de mon esprit qui me dit que ce ne sont que des conneries, mais une est persuadée que non, pas du tout, et c’est celle-ci qui a le dessus. » (p. 206) Au détour d’un article, on retrouve Castle Rock qui est le lieu de l’intrigue de plusieurs romans du King et on croise Julia Shumway dont le personnage sera largement développé dans Dôme. Il y a les sujets que l’on aime retrouver chez cet auteur, parce qu’on sait qu’il les aime aussi et qu’il sait en parler : la famille, l’écriture, l’Amérique, les rêves, les peurs, etc. Comme l’assassinat de JFK, le 11 septembre a une place particulière dans l’univers de l’auteur : c’est une balise sinistre qui jette un éclat sombre sur les États-Unis et l’histoire.

Dans l’introduction, Stephen King explique son rapport aux nouvelles qui sont des histoires urgentes qui se présentent à lui, souvent quand il consacre son énergie à des textes plus longs. S’il met certaines idées de côté pour les reprendre ensuite, d’autres lui échappent ou évoluent jusqu’à se transformer et devenir des histoires complètement inédites. « La réalité est un mystère […], et la texture quotidienne des choses est le rideau dont nous le drapons pour masquer son éclat et ses ténèbres. Je pense que nous recouvrons le visage des morts pour la même raison. Nous voyons dans le visage des morts une sorte de portail. Il est fermé sur nous… mais nous savons qu’il ne le sera pas toujours. Qu’un jour il s’ouvrira pour chacun de nous, et que chacun de nous le franchira. Mais il y a des endroits où ce rideau est usé jusqu’à la trame, où la réalité est ténue. Un visage regarde de l’autre côté. » (p. 217) Juste avant le crépuscule est une excellente moisson de textes dans lesquels Stephen King prouve toute l’étendue de son talent de conteur d’histoires qui font flipper. « Les rêves sont les poèmes écrits par le subconscient. » (p. 101) Il y a du sang, de la sueur et de la merde, de la peur, du désespoir et de l’angoisse. Mais aussi une certaine dose d’humour pour qui aime le second degré et l’autodérision. Et dans la note conclusive, ce bon vieux King titille mes terreurs récurrentes et mes TOC mal assumés. À croire qu’il lit dans ma tête, ce salopiaud !

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Juste avant le crépuscule

    J'aime beaucoup la fin de ton billet !

    Posté par Lydia B, 29 août 2016 à 11:01 | | Répondre
Nouveau commentaire