Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

01 octobre 2016

Le garçon

Malte_GarconRoman de Marcus Malte.

En 1908, dans le sud de la France, le garçon se retrouve orphelin. Celle qui était sa mère est morte. Où aller désormais ? « Il sait qu’il se trouve d’autres hommes sur terre mais il n’a pas idée de leur nombre. » (p. 31) Le garçon quitte sa masure et son isolement pour se frotter au vaste monde. Il ne le connaît pas. Il veut tout apprendre. Devenir un homme. « Ce qu’il va gravir maintenant n’est rien de moins que la montagne de la civilisation. » (p. 229) D’abord recueilli par un petit village, puis par un lutteur formidable qui vit dans une roulotte, le garçon rencontre Emma. La jeune fille sera son amie, sa sœur, son amante, sa mère, son univers. Vient la guerre et le garçon part dans les tranchées. À son retour, Emma l’attend. Reste à vivre le bagne, la jungle amazonienne et la solitude encore. Et jamais le garçon ne prononcera un mot.

Garçon, le héros l’est par son sexe et sa solitude. S’il est momentanément fils, ami, amant ou soldat, il redevient toujours le garçon. Son identité se résume à ce vocable. Il est un singleton, mais jamais une anomalie. Son mutisme constant enrichit son anonymat qu’Emma a coiffé d’un prénom et d’un nom. Mais seul, abandonné, le garçon n’est que cela, un garçon. C’est à la fois un mystère et une légende. Le garçon aurait pu être un enfant sauvage, un fou, un ermite. Il a choisi le monde, mais reste à sa lisière, lui qui est plus enfant du silence que de la société.

Ce récit sensoriel et sensuel est souvent affolant d’érotisme et parfois troublant de terreur. Entre musique et extase du corps, l’auteur touche au sublime. Et quand il parle de mort et de gorges tranchées, les images ne sont pas moins belles, seulement plus poisseuses. Marcus Malte a produit un roman puissant et façonné un personnage fascinant.

*****

J’ai lu ce roman dans le cadre des Matches de la rentrée littéraire de PriceMinister. Cette année, j’ai été invitée à partager mon avis sur Instagram et non sur mon blog. Ma participation officielle (et j'espère originale) est donc à retrouver sur mon compte Instagram.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [6] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Le garçon

    J'en ai entendu parler. D'après ce que tu en dis, il a l'air chouette ce roman ! J'aime beaucoup ton avis sur Instagram !

    Posté par Lydia B, 01 octobre 2016 à 16:29 | | Répondre
  • Merci !

    Posté par Lili Galipette, 01 octobre 2016 à 17:44 | | Répondre
  • On touche au sublime... je ne peux qu'être d'accord avec toi...! Ma révélation de cette rentrée ! <3

    Posté par Noukette, 27 octobre 2016 à 10:27 | | Répondre
    • Je découvre l'auteur avec ce roman. Très envie de lire ses autres textes.

      Posté par Lili Galipette, 28 octobre 2016 à 04:06 | | Répondre
  • Très beau billet ma Lili, toujours dans la concision parfaite ! Je ne l'ai lu qu'hier soir après avoir fait le mien qui bien sûr fait des kilomètres, on ne se refait pas ! Bisous♥ J'ai adoré aussi !

    Posté par Asphodèle, 27 octobre 2016 à 12:45 | | Répondre
    • Ahaha, la concision, ça finit par venir ! J'ai aussi fait, par le passé, des billets interminables. Et ça m'arrive encore !

      Posté par Lili Galipette, 28 octobre 2016 à 04:07 | | Répondre
Nouveau commentaire