Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

25 octobre 2016

Harry Potter et l'enfant maudit

Rowling_Thorne_Tiffany_Harry potter et lenfant mauditPièce de théâtre de John Tiffany et Jack Thorne, d’après une histoire originale de J. K. Rowling.

Dix-neuf ans après la bataille de Poudlard, Harry et Ginny sont les heureux parents de James, Albus et Lily. Et c’est au tour d’Albus d’entrer à Poudlard. Contre toute attente, le Choixpeau l’envoie à Serpentard. Albus se lie d’amitié avec Scorpius, le fils de Draco Malfoy. « Albus Potter. Une aberration. Même les portraits lui tournent le dos quand il monte l’escalier. » (p. 25) Harry voit d’un mauvais œil cette amitié et ne peut s’empêcher de prêter foi aux rumeurs selon lesquelles Scorpius serait le fils de Voldemort. Ne dit-on pas que le Seigneur des Ténèbres aurait eu un enfant avant de mourir ? Les années passent à Poudlard : Albus s’intègre de mieux en mieux à Serpentard, mais s’éloigne de son père. « Je n’ai pas choisi, vous savez ça ? Je n’ai pas choisi d’être son fils. » (p. 27) Ce n’est pas facile d’être le rejeton du Survivant et du Sauveur. Quant à Harry Potter, directeur de la justice magique, il souffre depuis peu de sa cicatrice : cela signifie-t-il que le mal est de retour ? « Si une partie de Voldemort, sous quelque forme que ce soit, a pu survivre, nous devons nous tenir prêt. Et j’ai peur. » (p. 62) Ajoutez à cela la douleur d’Amos Diggory d’avoir perdu son fils Cedric, une nouvelle prophétie et des âmes bien intentionnées qui veulent utiliser un Retourneur de Temps pour éviter certains drames et vous obtenez une intrigue qui rappelle que ce n’est jamais une bonne idée de vouloir modifier le passé. « On ne peut pas réécrire sa vie. Quand on est orphelin, on l’est pour toujours. C’est quelque chose que ne vous quitte jamais. » (p. 247)

Nombreux sont les grands fans de la saga qui ont crié au scandale après avoir lu ce texte, lui reprochant d’être moins développé que les précédents romans. Rien de plus normal : nous avons ici une pièce de théâtre destinée à la représentation. En ce sens, Harry Potter et l’enfant maudit est selon moi un très bon texte. J’y ai retrouvé tout ce que j’aime : le Poudlard Express, le polynectar, les chocogrenouilles et tous les sorts. Albus et Scorpius sont deux gamins débrouillards qui font montre d’autant de ressources que leurs pères respectifs en leur temps. Sans tomber dans le fan service, John Tiffany et Jack Thorne ont inscrit leur texte dans un univers riche et désormais incontournable. C’est avec plaisir que j’assisterai à une représentation de cette pièce si elle est jouée près de chez moi.

Mon avis sur les romans de J. K Rowling.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [6] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Harry Potter et l'enfant maudit

    Je suis contente de lire ton avis, je sais que tu es mesurée dans ton analyse et que, si tu écris que l'intrigue est bonne, c'est qu'elle l'est.
    Il n'empêche que je ne peux m'empêcher de considérer qu'il s'agit là d'une opération avant tout commerciale... Je ne sais toujours pas si je tenterai...

    Posté par Miss Alfie, 25 octobre 2016 à 08:20 | | Répondre
    • Ah oui, sans aucun doute, c'est commercial et ça surfe sur une vague et un désir non dissimulé des fans.
      Mais ça peut être commercial et de qualité !

      Posté par Lili Galipette, 25 octobre 2016 à 08:28 | | Répondre
  • Je finis de lire le livre de Marie Laberge et je m'y mets. J'aime beaucoup Harry Potter et il me tardait d'avoir cette pièce. C'est fait !

    Posté par Lydia B, 25 octobre 2016 à 14:41 | | Répondre
  • J'ai lu les HP quand j'étais enfant, mais là même si le héro a considérablement grandi (comme moi) je n'ai plus trop envie de me replonger dans ses aventures. Je peux ceci dit, changer d'avis, dans un mois comme dans 5 ans. :p

    Posté par Ana, 26 octobre 2016 à 12:58 | | Répondre
    • Ce sont surtout les aventures de son fils, en fait !

      Posté par Lili Galipette, 26 octobre 2016 à 13:09 | | Répondre
Nouveau commentaire