Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

02 novembre 2016

Possédées

Gros_PossedeesRoman de Frédéric Gros.

C’est l’émoi dans la cité de Loudun : Scévole de Sainte-Marthe, poète et notable, est mort. Sous son bienveillant patronage, catholiques et protestants vivaient en harmonie. Son jeune ami, Urbain Grandier, tente de maintenir cette concorde, mais c’est moins facile qu’il n’y paraît. Grandier est le curé de Loudun : habile orateur et bel homme, il aime les femmes qui le lui rendent bien. Un écart de trop le condamne à la vindicte des notables et du peuple de Loudun. Désormais, on veut la tête du beau prêtre. Et la plus enragée est Jeanne des Anges, mère supérieure du couvent des Ursulines de Loudun : depuis toujours, la religieuse cherche l’extase. « Elle aussi veut mourir de plaisir, sentir l’effusion mystique lui traverser les reins, sentir les vagues chaudes de la prière. Elle veut défaillir. » (p. 13) Hélas, ne la trouvant pas dans l’adoration de Dieu, Jeanne décide de la trouver dans l’hérésie et se déclare possédée, ainsi que d’autres sœurs du couvent, par des diables envoyés par Urbain Grandier. « Mais enfin, qui irait jamais prendre au sérieux des accusations démentes, est-ce qu’on fait crédit aux fous ? Mais il fallait se rendre à l’évidence : cela avait un peu pris quand même. » (p. 132) Pris dans des jeux de pouvoir qui opposent l’évêque à l’archevêque de Bordeaux et le gouverneur de Loudun au cardinal de Richelieu, le pauvre curé a peu de chances d’échapper à la terrible accusation proférée par Jeanne des Anges. « Urbain Grandier accusé par quelques folles, elles soutenues par des infâmes, et condamné d’avance par un tribunal de pleutres, de juges vendus et lâches. » (p. 217)

En faisant un roman de la célèbre affaire des possédées de Loudun, Frédéric Gros fait exploser les désirs inassumés dans une époque où la politique et la religion se heurtent jusqu’à l’embrasement. Alors que Richelieu est bien décidé à faire tomber le mur d’enceinte, les tours et le donjon de Loudun pour priver de tout refuge les protestants et pour mettre en œuvre son grand projet de ville idéale, la fière cité du Poitou affronte la peste et accuse d’une même voix les réformés et le trop brillant Urbain Grandier, humaniste trop sensuel pour son temps. D’exorcismes spectaculaires en jugements iniques, Loudun tremble sous les assauts d’un catholicisme enfiévré. « Ce mal a servi à nous débarrasser des faux chrétiens et des vicieux invétérés. » (p. 89) Possédées est un roman passionnant, au style cinématographique et à la plume enlevée. Chapeau bas pour Frédéric Gros qui donne à voir avec talent un épisode saisissant de l’histoire de France.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [10] - Permalien [#]

Commentaires sur Possédées

  • Oh, mais voilà qui m'intéresse !

    Posté par Lydia B, 02 novembre 2016 à 08:59 | | Répondre
  • Lydia, nous sommes 2 alors !!

    Posté par Mamanous, 02 novembre 2016 à 11:03 | | Répondre
  • Rhooo mais moi aussi ça m'intéresse ! Je le note, non merci en numérique ! Comment tu fais ?

    Posté par Asphodèle, 02 novembre 2016 à 21:18 | | Répondre
  • Comment je fais pour lire en numérique ? Sur ma liseuse, depuis février !

    Posté par Lili Galipette, 03 novembre 2016 à 08:00 | | Répondre
  • Avec un tel sujet j'ai bien sûr repéré ce roman. On verra si je le lis ou pas.

    Posté par nathalie, 05 novembre 2016 à 13:32 | | Répondre
Nouveau commentaire