Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

11 décembre 2016

Billevesée #259

Pas de révélation fracassante aujourd'hui.

L'aumônière est la bourse que l'on portait à la ceinture et qui servait à faire l'aumône. Le temps et la mode passant, elle est devenue un accessoire d'apparat, changeant de taille et d'objet.

Si je parle de ça en ce dimanche frileux, ce n'est pour culpabiliser personne. Chacun fait selon ses moyens et sa conscience.

C'est juste que, au gré de mes déplacements dans Paris et sa région, je vois de plus en plus de personnes sans abri, dormant à même le sol. SDF français ou migrants, pour moi, c'est du pareil au même, pas de distingo : ce sont des êtres humains en très grande précarité auxquels je regrette, souvent avec honte et une immense conscience de ma chance sociale, de ne pas pouvoir donner plus, plus souvent.

Ce n'est pourtant pas grand-chose, une pièce, un sandwich, un sourire.

Alors, billevesée ?

Billevesee_Aumoniere

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Boudoir - Lignes d'affrontement [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Billevesée #259

  • Et l’aumônière est même entrée dans la cuisine ! Comme quoi, le mot a vraiment évolué.

    Posté par Lydia B, 11 décembre 2016 à 14:41 | | Répondre
  • C'est triste tous ces gens dans la rue et nous sommes de plus en plus sollicitées par les associations pour donner mais là aussi on fait ce que l'on peut !
    Cela dit les aumônières de crêpes pommes-chocolat, je vous les conseille ou pommes-caramel beurre salé ! Avec des feuilles de brick c'est pas mal non plus ! A offrir à un SDF affamé...

    Posté par Asphodèle, 11 décembre 2016 à 23:10 | | Répondre
Nouveau commentaire