Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

04 janvier 2017

Tortilla Flat

Steinbeck_Tortilla FlatRoman de John Steinbeck.

Sur les hauteurs de Monterey, dans le quartier pauvre de Tortilla Flat, Danny hérite de deux maisons. C’est une véritable aubaine pour ce vétéran de la guerre sans ambition et sans projet. Aimant le vin par-dessus tout, abhorrant toute forme d’effort, il se laisse vivre, entouré de ses amis. Ce sont des coquins, des paresseux et des filous dont le seul talent est de toujours savoir où trouver un gallon de vin. « D’où viennent les sous pour payer un verre, le marchand de vin ne s’en occupe pas. D’où vient une messe, Dieu ne s’en occupe pas. Il les aime, exactement comme tu aimes le vin. » (p. 25) Danny, Pilou, Pablo, Jean-Maria, Big Joe Portagee et le Pirate sont des loosers magnifiques qui n’ont pas l’innocence et la grâce de Lennie et George, mais derrière leur apparence de vaurien, ils ont un cœur généreux où l’ivresse le dispute à l’amitié. Ils me rappellent Les Valeureux d'Albert Cohen, tellement jouisseurs, escrocs et bonimenteurs, mais aussi capables d’un altruisme incomparable. Tout aussi agaçants qu’attachants, les habitants de Tortilla Flat sont de ceux que l’on n’oublie pas.

Conclusion sur une image des femmes et de l’amour que je trouve extrêmement poétique, bien que très cynique. « Nous sommes trop souvent liés aux femmes par les bas de soie que nous leur offrons. » (p. 46) John Steinbeck me touche dans chacun de ses textes. Je ne peux que vous recommander La perle et Des souris et des hommes, mais aussi le monumental À l’est d’Eden.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [9] - Permalien [#]

Commentaires sur Tortilla Flat

  • Steinbeck, voilà un auteur qu'il faudra que je découvre (non, ne grimace pas, tu sais que les "classiques" et moi, on a longtemps été fâchés !)...

    Posté par Miss Alfie, 04 janvier 2017 à 17:00 | | Répondre
    • Je sais et je ne grimace pas, ça fout des rides !
      Commence par "Des souris et des hommes" ou "La perle", ce sont des romans très courts, presque des nouvelles. Et tout le génie de Steinbeck éclate en quelques pages.

      Posté par Lili Galipette, 04 janvier 2017 à 17:23 | | Répondre
  • J'ai beaucoup aimé aussi Les raisins de la colère et En un combat douteux (à mon avis l'un des meilleurs romans sur la grève). Par contre je ne connais pas sa veine burlesque. Tortilla flat me tente donc beaucoup.

    Posté par Cleanthe, 04 janvier 2017 à 21:47 | | Répondre
    • Je me réserve "Les raisins de la colère" pour cet été.

      Posté par Lili Galipette, 05 janvier 2017 à 07:56 | | Répondre
  • J'avais tellement aimé À l'est d'Eden... il faudrait que je le relise d'ailleurs, pour me rafraîchir la mémoire!

    Posté par Karine, 05 janvier 2017 à 03:10 | | Répondre
    • Je l'ai lu l'été dernier et quelle claque !!! J'en ai même rêvé !

      Posté par Lili Galipette, 05 janvier 2017 à 07:57 | | Répondre
  • "Les raisins de la colère"... quel texte puissant !
    "Des souris et des hommes"...que de larmes versées...

    Posté par Mamanous, 05 janvier 2017 à 10:22 | | Répondre
  • Steinbeck, c'est une valeur sûre !

    Posté par Lydia B, 08 janvier 2017 à 17:48 | | Répondre
Nouveau commentaire