Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

24 février 2017

Le baron Miaou

Bally_Baron miaouRoman de Nico Bally.

Dans ce roman, vous trouverez :

  • Une jeune fille timide qui se cache sous des masques,
  • Un chat alchimiste immortel, « Le médecin chalchimiste aux multiples talents. » (p. 2)
  • Une enfant frappée par une maladie lunaire,
  • Un dresseur de feux follets,
  • Un incendie qui ravage toute une ville,
  • Des parents indignes,
  • Une roulotte laboratoire qui semble plus grande à l’intérieur,
  • Un voyage jusqu’en Italie et même sur la Lune,
  • Une île secrète et un labyrinthe,
  • Un ermite dans une grotte,
  • Une épée extraordinaire,
  • Des guerres légendaires,
  • Un lapin vert.

Et j’en passe ! Fantasque, poétique, original, sucré comme un bonbon, piquant comme un autre bonbon, ce roman est un vrai plaisir ! D’un abord un peu fier, le baron Miaou se laisse aimer et on voudrait bien l’avoir sous la main, ce matou, pour lui faire quelques gratouilles. « Nous avons devant nous un gros chat habillé comme un gentilhomme, et ça ne nous est pas venu à l’esprit de le papouiller ? » (p. 18) Ce texte parle d’aventures, d’amitié, de loyauté et de courage. Face à l’adversité, on ne compte jamais mieux que sur ses amis, même si l’on pense qu’il faudrait les protéger au lieu de les exposer. En quelque sorte, on a toujours besoin d’un plus petit/fragile/timide que soi ! « J’avais été idiot de penser que ce voyage serait trop dangereux pour vous. Au contraire, c’est sans vous qu’il aurait été dangereux. » (p. 215)

Les citations en exergue de chaque chapitre témoignent d’une culture éclectique, hétéroclite, foisonnante et chamarrée comme certains masques vénitiens. Parlons-en, des masques ! « Ce sont des œuvres d’art, d’ornementation, des objets de cérémonie ou de transformation. » (p. 5) La jeune héroïne le sait fort bien : un masque cache autant qu’il révèle celui qui le porte. S’il modifie les traits, il dévoile l’âme. Masqué qui masquera bien le dernier ! Ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on cache, mais ce qu’on laisse voir à ceux qui nous sont proches. Et surtout, ne jamais juger sur l’apparence ! « Moi qui porte justement des masques pour ne pas être jugée à ma tête, je regarderais les autres avec trop d’insistance ? » (p. 105)

Le baron Miaou est un excellent roman pour la jeunesse qui s’étend, c’est bien connu, de 7 à 77 ans, et au-delà ! Un grand bravo pour les dernières pages qui donnent des informations insolites, donc indispensables. Sachez qu’il y a un lapin de jade sur la Lune, eh oui ! Mon conseil : faites découvrir ce joli texte à votre entourage. Ça rendra votre poil soyeux et vos moustaches brillantes. « C’est impossible, mais on va quand même le faire. » (p. 139)

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Le baron Miaou

    Je ne sais pas si j'ai envie d'avoir le poil soyeux et la moustache brillante mais tu donnes envie de lire ce roman que j'avais vu sur un réseau social.

    Posté par Lydia B, 25 février 2017 à 14:29 | | Répondre
    • On a tous envie d'avoir le poil soyeux, non ???

      Posté par Lili Galipette, 25 février 2017 à 15:12 | | Répondre
      • Voui, voui, voui...

        Posté par Lydia B, 25 février 2017 à 15:39 | | Répondre
Nouveau commentaire