Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

05 juin 2017

L'Italienne

Trigiani_ItalienneRoman d’Adriana Trigliani.

Confiés par leur mère à la garde du couvent San Nicola à Vilminore, Ciro et Eduardo grandissent sous le regard bienveillant des religieuses, espérant que leur maman tiendra sa promesse de venir les chercher. Mais les années passent. Eduardo devient très pieux et se destine à la prêtrise alors que le sang de Ciro bouillonne de désir pour les femmes et le monde. « Les filles étaient pour lui comme une religion. Il voyait leurs charmes et certains détails de leur beauté l’obsédaient littéralement. » (p. 133) Quand Ciro est envoyé en Amérique pour apprendre le métier de cordonnier, il est persuadé de revenir très vite en Italie pour retrouver son frère et sa mère. Tout comme Enza Ravanelli, jeune couturière qui embarque pour les États-Unis avec son père afin de gagner l’argent nécessaire à l’achat de la maison où la famille vivra enfin en sécurité. Enza et Ciro viennent du même village et se sont rencontrés quand ils étaient adolescents. En Amérique, ils ne cesseront de se croiser et de se manquer pendant des années. Sauront-ils conjuguer leurs espoirs américains avec les élans de leurs cœurs ? Ils sont tous deux pleins d’ambition et très travailleurs, bien décidés à réaliser leurs rêves.

Étendu sur plusieurs décennies, ce roman commence au début du 20° siècle et traverse les deux guerres mondiales. Cette longue épopée amoureuse et américaine se lit facilement et sans déplaisir, mais il y a plusieurs mais. Des gros mais. Je passe sur le titre original,The Shoemaker’s wife, qui est infiniment plus représentatif du roman que le titre français. J’en viens au style dont voici un exemple. « Sa peau avait le parfum des pêches et la douceur du satin. » (p. 10) Est-il possible de faire plus cliché ou plus éculé ? Oui, apparemment, Adriana Trigliani excelle dans ce domaine avec des considérations oiseuses sur la famille, la séparation, les liens familiaux, l’ambition, la religion, etc. Je passe également sur les nombreuses coquilles qui parsèment le texte et ne sont pas le fait de l’auteure, mais de l’édition française. Ainsi, annulaire devient annuaire, moins facile pour passer la bague au doigt…

En revanche, impossible de faire l’impossible de faire l’impasse sur les mots italiens qui parsèment le texte : si le roman est traduit, il doit l’être totalement, sinon cela brise la suspension consentie de l’incrédulité. Je sais très bien que des Italiens qui parlent ensemble dans un village reculé d’Italie parlent italien, mais j’accepte de lire leurs échanges en français puisque je lis un texte traduit. Or, chaque mot italien glissé dans les échanges me fait sortir de l’histoire, me rappelant justement que ma lecture est une traduction et me demandant pourquoi ces mots-là ne sont pas traduits ! En outre, comme il faut que je cherche le sens de ces mots, je m’éloigne encore plus de ma lecture. C’est foutu pour l’immersion !

Autre gros problème de forme avec les prétéritions qui donnent au roman un ton faussement dramatique, mais surtout qui semblent ne pas devoir être prises pour argent comptant. Je n’évoquerai pas celle qui me choque le plus pour ne pas dévoiler la fin du récit, mais voici une analogie. Si en page 100, le narrateur annonce que le personnage ne mangera plus jamais de gâteau au chocolat de sa vie parce que ça peut le tuer, il est absolument impensable et inacceptable de voir ce même personnage tendre la cuillère vers un tel gâteau en page 50 parce qu’il existe un médicament qui peut le sauver. Sinon, c’est se moquer du lecteur et pulvériser la crédibilité de l’intrigue.

Tous ces gros bémols sur la forme ont quelque peu entaché mon plaisir de lecture et m’ont empêchée d’en profiter pleinement. D’aucuns diront que je pinaille et que je m’attache à des détails. Il n’est pas question de détails quand la cohérence de l’histoire est mise à mal.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [6] - Permalien [#]

Commentaires sur L'Italienne

    Voilà, voilà...

    Posté par Lydia B, 05 juin 2017 à 12:25 | | Répondre
    • Je ne t'ai pas donné envie ? Ben mince alors !

      Posté par Lili Galipette, 05 juin 2017 à 13:51 | | Répondre
      • Tu me diras, l'histoire en elle-même n'était pas pour moi.

        Posté par Lydia B, 05 juin 2017 à 13:58 | | Répondre
        • Pas non plus pour moi, mais c'est une lecture pour mon club de lecture !

          Posté par Lili Galipette, 05 juin 2017 à 14:57 | | Répondre
  • Surtout, surtout, ne lis pas "Bienvenue à Big Stone Gap". En matière de clichés, c'est pire.

    Posté par Miss Alfie, 07 juin 2017 à 11:03 | | Répondre
Nouveau commentaire