Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

27 septembre 2017

Orgasme à Moscou

Hilsenrath_Orgasme à MoscouRoman d’Edgar Hilsenrath.

Nino Pepperoni est l’homme le plus riche de New York. Il est aussi le parrain de la mafia américaine. Sa fille Anna Maria est la prunelle de ses yeux. Quand elle s’absente plusieurs mois pour interviewer Brejnev et Kossyguine et qu’elle revient enceinte, c’est le drame ! Le géniteur est Sergueï Mandelbaum, fils de rabbin, qui a donné à la jeune Américaine son premier orgasme. Hélas, le jeune homme ne peut pas sortir d’URSS. Nino Pepperoni est prêt à tout pour le bonheur de sa fille. « Ce serait la meilleure si lui, le roi de la mafia américaine, ne parvenait pas à faire sortir ce petit Juif de Russie ! » (p. 7) Grâce à son avocat, Archibald Seymour Slivovtiz, il entre en contact avec S. K. Lopp (comme ça se prononce), passeur hors pair, pour que son futur gendre traverse le rideau de fer. « Je connais le trou du rideau de fer aussi bien que mon trou de balle. »  (p. 63) Petit bémol, Lopp est un dépeceur sexuel et Pepperoni craint pour l’intégrité de Mandelbaum. Qu’à cela ne tienne, il n’y a qu’à castrer S. K. Lopp ! « Le plan le plus fou de toute l’histoire contemporaine de la castration. » (p. 20)

Tout cela vous paraît dingue ? Ce ne sont que les 10 premières pages du livre ! Ce roman est loufoque, déjanté, foutraque, vicieux, pervers, vulgaire et absolument génial ! Hilarante de bout en bout, cette parodie des romans d’espionnage qui ont fleuri pendant la guerre froide m’a fait verser des larmes de rire. Le texte est bourré de références aux films et aux livres de gangster et de mafia. C’est aussi une brillante satire de la diplomatie internationale qui, semble-t-il, repose sur la mafia américaine qu’il est impératif de sauvegarder !

Tous les personnages sont foutrement bien montés… Attendez, non, je vais le dire autrement : ils sont tous très bien élaborés. Voilà, là, c’est mieux. Mention spéciale pour Mandelbaum dont le sexe est entouré d’une légende connue dans toute la Russie. « Sa queue est si longue […] qu’il n’a pas d’autre choix que de se l’enrouler autour du ventre et de faire un nœud gordien avec ! / Et c’est quoi un nœud gordien ? / Un nœud avec une énigme. À ce jour, un seul homme a réussi à le dénouer. / Qui est cet homme ? / Alexandre le Grand. / Mais Alexandre le Grand est mort […]. / Alors je plains Sergueï Mandelbaum. » (p. 15 & 16)

La grande majorité du texte est le récit a posteriori de l’exfiltration de Sergueï Mandelbaums. Les effets dilatoires sont savoureux et la chute est tonitruante. Et il y a une rivière qui s’appelle Prout. Oui, Prout. Si je ne vous ai pas convaincus après tout ça, j’abandonne ! Et je ne peux que vous recommander les autres romans d’Edgar Hilsenrath, Fuck America ou Le nazi et le barbier.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [12] - Permalien [#]

Commentaires sur Orgasme à Moscou

    Si Le nazi et le barbier est très marquant, pas sure de vouloir retenter l'écriture d'Hilsenrath malgré tout très particulière !

    Posté par Miss Alfie, 27 septembre 2017 à 08:41 | | Répondre
    • Je me permets de conseiller ce roman à l'Homme, je pense que ça pourrait lui plaire.

      Posté par Lili Galipette, 27 septembre 2017 à 09:07 | | Répondre
  • Pepperoni, S. K. Lopp, Slivovitz... tout cela est appétissant!

    Note: aussi cocasse que cela puisse nous paraître, la rivière "Prout" existe réellement, elle coule du côté d ela Moldavie et est un affluent du Danube.

    Enfin, quel titre pour ce roman!

    Posté par DF, 27 septembre 2017 à 10:26 | | Répondre
    • L'auteur s'amuse en effet à donner des noms gastronomiques à ses héros !
      Je connaissais l'existence de la rivière Prout, mais mon esprit pipi-caca ne pouvait pas résister au plaisir d'en parler !
      Un titre génial et un contenu tout aussi bon !

      Posté par Lili Galipette, 27 septembre 2017 à 11:56 | | Répondre
      • "mon esprit pipi-caca ne pouvait pas résister au plaisir d'en parler ! "

        Rigoler de ce genre de choses fait parfois beaucoup de bien, en effet!

        Posté par DF, 02 octobre 2017 à 16:02 | | Répondre
  • J'ai adoré.. Peut être la seule vérité de ce roman, la rivière Prut existe bel et bien!

    Posté par domquan, 27 septembre 2017 à 10:55 | | Répondre
    • Je connaissais l'existence de cette rivière, mais il m'est bien difficile de ne pas rire de ce nom... comme devant celui du lac Titi-Caca du reste !

      Posté par Lili Galipette, 27 septembre 2017 à 11:57 | | Répondre
  • Mais quel auteur ! Je n'en ai lu qu'un, mais j'en ai déjà 2 en stock.

    Posté par nathalie, 30 septembre 2017 à 17:10 | | Répondre
    • Alors je te souhaite bien du plaisir avec Hilsenrath !

      Posté par Lili Galipette, 30 septembre 2017 à 17:34 | | Répondre
  • Tu m'as convaincue !

    Posté par Lydia B, 30 septembre 2017 à 18:11 | | Répondre
Nouveau commentaire