Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

20 février 2018

La légèreté

Meurisse_LegereteBande dessinée de Catherine Meurisse.

7 janvier 2015. Les frères Kouachi font un massacre dans les locaux de Charlie Hebdo. En retard pour la conférence de rédaction, parce qu’elle pleurait sur un amour compliqué, Catherine Meurisse n’était pas dans les locaux. Survivante. Rescapée. Épargnée. Sauvée. Mais aussi choquée. Secouée. Déboussolée. « Je voudrais être vivante, comme avant. » (p. 65) La protection personnelle qui lui a été assignée l’encombre, l’étouffe. Les cauchemars étreignent son sommeil, bouffent ses nuits. Même marcher sur les pas de Marcel Proust à Cabourg n’y fait rien : Catherine Meurisse est profondément perdue. Peut-elle encore dessiner ? Doit-elle rester à Charlie Hebdo ? « T’es pas mort ! On n’est pas mort. Fuck’em all !! » (p. 21) Mais vient la tuerie du Bataclan et les angoisses redoublent. Pour reprendre pied, Catherine Meurisse tente une immersion dans la beauté en Italie : combattre le syndrome du 7 janvier par le syndrome de Stendhal !

« Le terrorisme, c’est l’ennemi juré du langage. » (p. 50) Dans ce cas-là, si les mots sont impuissants, il faut continuer à dessiner, opposer la caricature d’encre à la caricature de religion. Je n’ai jamais aimé la plume de cette dessinatrice de presse, mais lire cette bande dessinée, c’est aussi ma façon d’être Charlie. Dieu que cette expression est dévoyée aujourd’hui… Tant pis, je suis sincère quand je la prononce. Au fil des pages, il y a des aquarelles qui m’ont donné envie d’apprendre à nager dans la peinture, de m’envoler dans le coton. Douce et forte, cette lecture prend aux tripes.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [7] - Permalien [#]

Commentaires sur La légèreté

    Autant j'adore les BD, autant je ne lirai pas celle-ci. Oui, l'expression ne veut plus rien dire aujourd'hui en effet et c'est bien dommage (je sais, te connaissant, que tu es sincère en l'écrivant). Ça me gêne d'autant plus que l'on se fasse de l'argent sur ces actes atroces. C'est peut-être une façon pour les personnes qui ont vécu ces drames de se délivrer d'un poids, une sorte de psychothérapie par l'écriture mais...

    Posté par Lydia B, 20 février 2018 à 09:01 | | Répondre
  • Cet album est magnifique et dit tout de la nécessité de l'art.
    C'est dommage que tu n'aimes pas ses dessins, car Mes hommes de lettres et Le pont des arts sont brillants ! Drôles et érudits.

    Posté par nathalie, 20 février 2018 à 10:07 | | Répondre
    • Je ne doute pas que les ouvrages que tu cites soient drôles, mais vraiment, le dessin pointu et brouillon de cette artiste me déplaît.

      Posté par Lili Galipette, 20 février 2018 à 10:55 | | Répondre
  • Lu il y a un moment... et j'avais été très touchée.

    Posté par Karine, 03 mars 2018 à 14:31 | | Répondre
Nouveau commentaire