Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

23 janvier 2019

Sorcières, la puissance invaincue des femmes

Essai de Mona Chollet.

Après Beauté fatale où elle dénonçait l’injonction faite aux femmes d’être jolies et de se taire (pour résumer grossièrement ce brillant ouvrage), Mona Chollet décortique les atteintes faites aux femmes fortes, que ce soit par les hommes ou par les religions (majoritairement menées par les hommes). « Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femmes ces siècles de terreur ont-ils censurés, diminués, réprimés ? » (p. 3 & 4) Pour l’autrice, il s’agit de la femme indépendante, de la femme sans enfant et de la femme âgée. Comme dans son précédent essai consacré aux femmes, Mona Chollet cite de nombreuses penseuses féministes, mais illustre également sa démonstration de références populaires ô combien parlantes ! Les séries Charmed, Ma sorcière bien-aimée ou Buffy contre les vampires, les romans Moi, Tituba sorcière ou La servante écarlate ou encore le film Les sorcières d’Eastwick proposent des représentations différentes de la sorcière et il est passionnant de les croiser, de les comparer et de les opposer.

La sorcière, la vraie, celle qui terrifie le patriarcat – religieux ou non –, c’est la femme qui ne se marie pas, et/ou qui n’a pas d’enfant, et/ou qui a un emploi ou une activité en dehors du foyer, et/ou qui est financièrement ou socialement autonome. Bref, un être à l’égal de l’homme, et ça, mon brave Monsieur, évidemment qu’on ne peut pas laisser faire ! Je passe sur les siècles de violences patriarcales, paternelles, matrimoniales, gynécologiques, obstétriques et institutionnelles : au mieux, vous en avez entendu parler ; au pire, vous les avez subies. Alors, libérer la parole est plus que jamais nécessaire, comme c’est le cas actuellement avec #MeToo. Parce que cette libération, c’est permettre à la vérité d’exploser, mais aussi – pourquoi pas – aux incantations de résonner. Tremblez, oppresseurs de tout poil, la sorcière n’a peut-être plus de balai volant ou de chaudron bouillonnant, mais elle a toujours de grands pouvoirs !

Ma chronique n’avait pas pour but de résumer l’essai de Mona Chollet, mais de vous donner envie de le lire. Et si vous hésitez encore, quelques morceaux choisis pour achever de vous décider !

« À travers elle [la sorcière] m’est venue l’idée qu’être une femme pouvait signifier un pouvoir supplémentaire, alors que jusque-là une impression diffuse me suggérait que c’était plutôt le contraire. » (p. 12)

« Une femme doit avoir un maître, quitte à ce qu’il s’agisse de l’homme qui l’a enlevée et séquestrée alors qu’elle avait douze ans. » (p. 49)

« Les seuls cas où l’on accorde à un féminicide la place qu’il mérite, où l’on reconnaît sa gravité, c’est lorsque le meurtrier est noir ou arabe, mais il s’agit alors d’alimenter le racisme et non de défendre la cause des femmes. » (p. 68)

« La disqualification de l’expérience des femmes représente une perte et une mutilation immenses. Les inciter à changer le moins possible, à censurer les signes de leur évolution, c’est les enfermer dans une logique débilitante. » (p. 156)

« On finit par intégrer ce regard sur soi, cette évidence de sa propre inanité, de sa propre incompétence. » (p. 183)

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Sorcières, la puissance invaincue des femmes

    J'espère bientôt le découvrir à mon tour Je suis curieuse ! Et rien de mieux que de se faire son propre avis. Voilà, j'ai trouvé plein de raisons. Le choix de tes citations me plaît beaucoup.

    Posté par Acr0, 24 janvier 2019 à 13:03 | | Répondre
  • Merci ! Bonne lecture ! ☺

    Posté par Lili Galipette, 24 janvier 2019 à 15:01 | | Répondre
Nouveau commentaire