Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

25 mars 2019

Emily Brontë, une vie

Biographie de Denise Le Dantec.

Née en 1818 et disparue en 1848, Emily Brontë a marqué la littérature anglaise et mondiale avec son roman Les hauts de Hurlevent et ses poèmes, cependant moins connus. Durement frappée pendant son enfance par la mort de sa mère et de ses sœurs aînées, Maria et Elizabeth, elle a vite décidé de vivre sa vie en toute indépendance, et d’écrire pour sublimer l’existence face au mystère impénétrable de la mort et de la disparition. « Rejetant toute conformité à l’usage, aux règles, à la modération et au compris, qu’elle considérait presque comme une lâcheté, Emily Brontë n’accepta jamais la mesure. Tout plutôt que la contrainte. » (p. 30) N’ayant presque jamais quitté Haworth, le village où son père était pasteur, Emily a grandi avec Charlotte, Branwell et Anne et a composé avec eux leur fameuse œuvre de jeunesse, le Gondal, qui se retrouve en partie dans son chef-d’œuvre. Selon la volonté de son père, et à l’instar de son frère et de ses sœurs, Emily est très instruite, mais elle dispose en outre d’un esprit très vif et d’une vie intérieure intense qui la poussent naturellement à l’introspection et à la solitude.

L’abondante bibliographie présentée en fin d’ouvrage prouve l’intérêt intense de Denise Le Dantec pour Emily Brontë, et l’introduction présente un projet précis. « Écrire la vie d’Emily Brontë revient-il sans doute à consoler le rêve intérieur que j’avais d’elle, et même à compenser la perte de l’élan excessif qui, jeune, m’avait entraînée vers elle. Néanmoins, loin de réinventer mon rêve, je me suis appliquée ici, au contraire, à la différencier de moi. » (p. 12) Nourrie d’extraits de lettres, de journaux et d’œuvres des Brontë, cette biographie est intéressante, mais se livre parfois à des extrapolations que je qualifierai de romanesques, notamment sur les pensées de la jeune Emily, et à des explications de texte parfois un peu audacieuses. « Ses poèmes ne sont pas pittoresques. Ils ne décrivent pas, même s’il s’agit des landes de Haworth. Emily n’est pas un poète qui exalte sa région mais, sous sa plume, jeune encore, la moindre bruyère devient toutes les bruyères du monde. » (p. 202) C’est à croire que Denise Le Dantec a quelque peu échoué dans son entreprise de se libérer de la fascination qu’elle éprouve pour l’immense autrice des hauts de Hurlevent.

Si vous cherchez un autre éclairage sur la vie de cette fratrie d’écrivains que furent les Brontë, je vous conseille l’excellent ouvrage de Daphné du Maurier, Le monde infernal de Branwell Brontë.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Ma Réserve - Lignes d'affrontement [4] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Emily Brontë, une vie

    yes l'ouvrage de du Maurier est top !

    Posté par nathalie, 26 mars 2019 à 08:12 | | Répondre
  • Si je devais en lire une, ce serait forcément celle de Daphné du Maurier, du moins dans un premier temps.

    Posté par Lydia B, 30 mars 2019 à 16:35 | | Répondre
Nouveau commentaire